👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Prothèse, antithèse, synthèse

Prothèse : celle dont le père d'Ibrahim a besoin pour accéder à un poste de serveur. Antithèse : Ibrahim lui-même, pas très loin de la délinquance. Synthèse : ces deux-là vont-ils rétablir la communication entre eux ? Le premier long-métrage de Samir Guesmi est à l'image de ce que l'on perçoit de l'homme derrière l'acteur : tout en pudeur, en retenue et en silences. D'une certaine façon Ibrahim est à l'opposé, par son traitement et la description d'un milieu, d'un autre film récent, également centré sur l'adolescence : Seize printemps. Un peu prévisible quand même, le film multiplie non-dits et ellipses, peut-être de manière un peu trop systématique pour que l'on soit touché aussi profondément qu'on le souhaiterait. Son ton est trop monocorde, sans traits d'humour qui auraient alléger l'atmosphère (la romance qui s'installe par ailleurs n'est pas des plus probantes et éloigne quelque peu de l'essence du sujet). Ce qu'on aurait aimé, à vrai dire, est d'en voir davantage sur cette relation père/fils difficile et compliquée par les différences culturelle et générationnelle. Cependant, si le film peut être considéré comme une semi-réussite, c'est avant tout grâce à l'interprétation, celles de Samir Guesmi et de son "fils" Abdel Bendaher, très crédibles, mais aussi de tous les seconds rôles jusqu'aux plus minuscules, qui permettent de croiser un instant Marilyn Canto ou Rufus, notamment.

6nezfil
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Au fil(m) de 2021

il y a 1 an

3 j'aime

Ibrahim
6nezfil
6
Ibrahim

Prothèse, antithèse, synthèse

Prothèse : celle dont le père d'Ibrahim a besoin pour accéder à un poste de serveur. Antithèse : Ibrahim lui-même, pas très loin de la délinquance. Synthèse : ces deux-là vont-ils rétablir la...

Lire la critique

il y a 1 an

3 j'aime

Ibrahim
JorikVesperhaven
5
Ibrahim

Un tout petit film, sorte de court-métrage rallongé, qui révèle un acteur mais reste trop dans la re

Second rôle récurrent et sympathique du cinéma français depuis trois décennies et notamment vu chez la défunte Solveig Anspach ou chez Anne Fontaine, Samir Guesmi passe derrière la caméra pour la...

Lire la critique

il y a 8 mois

1 j'aime

Ibrahim
Nielk
8
Ibrahim

Critique de Ibrahim par Nielk

Ibrahim est un homme jeune, lycéen de son état. Il est élevé par son seul père qui tient l'étal d'écailler d'une grand brasserie de la place. Ils sont des taiseux tous les deux mais très vite nous...

Lire la critique

il y a 12 mois

1 j'aime

1

The Power of the Dog
6nezfil
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

Lire la critique

il y a 9 mois

61 j'aime

12

Mon inconnue
6nezfil
7
Mon inconnue

Relativité restreinte

Et si on supprimait les bandes-annonces des salles de cinéma ? Celle de Mon inconnue, outre le fait qu'elle dévoile copieusement tous les tenants et presque les aboutissants du film, en accentue la...

Lire la critique

il y a 3 ans

55 j'aime

9

Drunk
6nezfil
8
Drunk

Mélan(al)colique

Le problème de Thomas Vinterberg est d'avoir atteint un niveau très élevé dès son deuxième long-métrage, Festen, sans être capable de réitérer pareille performance par la suite, malgré quelques...

Lire la critique

il y a plus d’un an

51 j'aime