Independence Day des Urgences

Avis sur Independence Day : Resurgence

Avatar HugoShapiro
Critique publiée par le

C'est évidemment blindé à la moelle de puérilité et d'immaturité cinématographique jusqu'à la moelle.
Fox vient de ramener au dîner de famille, le tonton que tout le monde avait oublié, celui qui t'avais sorti des blagues ultra racistes qui t'ont rendu blême de gène (un peu) mais qui t'ont fait secrètement marré (beaucoup), et qu'au fond personne ne réclamait.
Car voir de la destruction massive en 1996, ca sortait du lot, les gens disaient "Woah".
Aujourd'hui même une franchise comics basée sur un conflit Martin Luther King/Malcolm X s'adonne à l'écroulement de building, en veux tu en voila.
Roland Emmerich avait ouvert la voie 20 ans plus tard, et c'est pas en remettant le couvert avec Independence Day: Resurgence qu'il va impressionner quiconque.
Donc même si la séquence de "BOUM EXPLOSE LONDRES BOUM BA DA BOUM" est appréciable, en partie parce qu'ils l'ont bien mérités avec leur Brexit à la con, on a déjà eu Snyder, Bay et tout leurs émules dégénérés qui l'ont fait entre temps.
Sans compter que désolé Roland, mais les CGI ca n'impressionnent plus, ca à même tendance à agacer.
Mais à défaut de ramener la plus grosse force de son précédent opus, ce qui était de toute évidence peine perdue, Roland va s’évertuer à en gommer la myriade de torts.
Et ce qui saute aux yeux dès les premières minutes, c'est que le film assume pleinement son coté Série B/Comic Book Movie en nous présentant une Terre transformée par l'utilisation de la technologie Alien, ou maintenant un remorqueur peut venir te chercher de la Lune à un village paumé en Afrique, tkt oklm.
C'est un univers fascinant, qui malheureusement semble trop vite expédié pour ramener la menace Alien, ce qui nous amène au premier des deux défauts majeurs du film: la gestion de ses éléments.
Les présentations de tout ce qui fait ce nouvel univers sont quasiment non existantes.
A la place, on a des retours de personnages surprenants mais inutiles au possible (avait on vraiment besoin du père de Jeff Goldblum et du bus de gosses ?).
D'autres personnages restent dans le récit alors que leur rôle s'est clairement arrêté 1h30 avant (Charlotte Gainsbourg en tête).
Et ces nouveaux arrivants constituent l'autre défaut majeur: l'absence d'un jeune avec du charisme.
Parce que très clairement, c'est pas le bouffon qui te vend du parfum et qui voulait se faire Katniss dans Hunger Games qui va pouvoir te l'apporter.
Ni son pote débile, déjà que j'ai a tolérer l'autre sosie insoutenable de John Oliver.
Et c'est encore moins le fils de Will Smith, a qui on a du répéter les lignes de dialogue dans l'oreillette tellement il est convaincant.
Il y'a bien que Maika Monroe qui se défend mais quand tu vois ce qu'on lui donne à bouffer, t'as le visage un peu triste et tu te dis que tu aurais presque envie d'envoyer des donnations pour qu'on lui donne de meilleurs rôles.
Si y'a encore des fous sur cette planète d'aimer Independence Day, c'est bien à cause de Will Smith et non pas de ses drapeaux américains agités.
Mais voila, lui Resurgence au moins les agite pas.
Pas de patriotisme exacerbé, le petit coté progressiste avec Sela Ward en présidente des US.
Et pas de scène ridicule comme dans le premier ou les Etats Unis s'adressent aux autres en disant "MOI APPRENDRE A VOUS COMMENT ETRE INTELLIGENT. MOI VOUS APPRENDRE A DEGAGER ALIEN".
A la place le dernier quart du film offre une scène inédite qui rompt totalement avec le quasi remake du premier que le film offrait jusque la, qui de part le fait qu'elle ne donne pas dans la destruction massive, offre un spectacle rafraîchissant et bienvenue.
Sans compter une scène de mort touchante et écrite sans pathos, ca change.
Ca a l'air "MEH" comme ca, mais enrobé d'une bonne couche d'humour (le gag référence à la Maison Blanche est du génie) ca passe très bien.
C'est ça qui est beau avec le Emmerich des années 2010, même quand il se paye un film troué de défauts, en faisant une suite à un gros navet bien pourrave, il en reste un truc sympathique qui en plus à la courtoisie de nous ramener ce Jeff Goldblum qui nous manquait tant.
Donc merci Roland.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 244 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de HugoShapiro Independence Day : Resurgence