Prix Spécial du Jury au Festival de Cannes session 2013, Inside Llewyn Davis est en effet un très bon cru des frères Coen qui se déguste avec délectation : un film ironique, pluvieux et hivernal, ce qui explique peut-être sa sortie en novembre, sur les mille galères d'un chanteur de folk sans le sous et sans talent, réduit à faire du couchsurfing chez toutes ses connaissances de Manhattan en attendant que sa carrière décolle enfin, avec un chat fugitif dans les bras.

Inside Llewyn Davis est l'antithèse de Sugar Man, qui a participé à la reconnaissance tardive d'un musicien complètement oublié des années 70, en brossant le portrait d'un homme humble et talentueux. Ici, c'est tout le contraire, on comprend pourquoi il aurait été oublié s'il eût existé, il lui manque l'étincelle de génie qui fait la différence : Llewyn Davis n'est pas particulièrement sympathique, avec son caractère soupe au lait et son faux air d'Al Pacino jeune, son acharnement à réussir est sans cesse contre-balancé par son orgueil et sa jalousie devant la réussite des autres. Les deux films sont marqués par la figure tutélaire de Bob Dylan, qui apparaît dans une des scènes finales, l'icone de toute une génération qui a réussi à concilier en même temps talent et succès, ce que Sixto Rodriguez ou Llewyn Davis ont été incapables de faire en temps et en heure.

Défilé de trognes et de caractères improbables, avec des acteurs à contre-emploi (Justin Timberlake méconnaissable en chanteur barbu niais, Carey Mullingan en brune énervée), le retour de F. Murray Abraham qu'on avait un peu perdu de vue depuis les années 90 et bien sûr l'acteur fétiche des Coen, John Goodman, toujours grandiose, même à moitié comateux et vaticinant à tout-va, Inside Llewyn Davis est une comédie douce-amère, évitant adroitement la nostalgie tout en ranimant un temps qui a définitivement disparu, où l'auto-stop et le vinyle allaient de pair pour célébrer l'esprit beatnik. Seule reste la musique dans des bars enfumés. Et des chats roux épris de liberté qui s'échappent dès qu'on laisse la porte ouverte.





.
Socinien
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Coup d'un soir, moutard neuf mois plus tard. et Les meilleurs films de 2013

Le 26 mai 2013

79 j'aime

18 commentaires

Inside Llewyn Davis
Sergent_Pepper
8

That’s all folk.

« Pendez-moi, j’ai défié le monde… » chante Llewyn dans la chanson qui ouvre le film. Tout est là, comme souvent chez les frères Coen, pour irrémédiablement condamner le protagoniste. Parasite,...

il y a 8 ans

134 j'aime

6

Inside Llewyn Davis
Socinien
7

Notes à benêt

Prix Spécial du Jury au Festival de Cannes session 2013, Inside Llewyn Davis est en effet un très bon cru des frères Coen qui se déguste avec délectation : un film ironique, pluvieux et hivernal, ce...

il y a 9 ans

79 j'aime

18

Inside Llewyn Davis
Torpenn
6

Les douze coups de minou

Il existe au cinéma une véritable esthétique de la moulasse, avec de très nombreuses variations autour de la moule au milieu du salon, quelque chose qui place le mollusque au niveau des losers...

il y a 9 ans

68 j'aime

22

Les Sept Samouraïs
Socinien
9

Mais enfin, Doc, tous les meilleurs trucs sont fabriqués au Japon.

Sept critiques pour le prix d'une. Spéciale promo avant les soldes. Déstockage Massif. Critique Blasée Avec un peu de napalm ou une petite bombe atomique, on aurait pu éviter les 3H30 de film...

il y a 11 ans

291 j'aime

45

Twilight : Chapitre 5 - Révélation, 2e partie
Socinien
4

Episode V : Le Vampire contre-attaque

Que restera-t-il de sept ans de folie Twilight ? Des objets dérivés ringards qui deviendront peut-être enfin collectors dans vingt ans, des livres qui prendront la poussière en haut des étagères, la...

il y a 10 ans

253 j'aime

101

Man of Steel
Socinien
3
Man of Steel

Faire du neuf avec des vieux.

Un jour, j’arrêterai de tomber dans le panneau et de payer pour voir sans cesse le même film, avec plus ou moins de lens flares. Surtout quand la climatisation de la salle, une de mes grandes...

il y a 9 ans

202 j'aime

161