VDM version musicien

Avis sur Inside Llewyn Davis

Avatar Confucius
Critique publiée par le

(critique à réécrire)

Ce qu’il y a de bien avec les frères Coen, qui font pour moi parti des plus grands réalisateurs contemporains, c’est que quasiment à chaque fois je me prends une bonne baffe dans la figure, que cela soit avec Barton Finke, Fargo, The Big Leboswki, The Barber, No Country for Old Men, Miller’s Crossing ou encore A Serious Man.
C’est dire donc si j’attendais ce retour après deux années d’absences depuis True Grit, des frères prodiges du cinéma américain, qui n’ont jamais ou quasiment trahit leur esprit originel pour les sirènes des blockbusters sans âme, un Coen reste donc (en principe) toujours un Coen.

On suit ainsi dans ce film les pérégrinations d’un musicien-looser, Llewyn Davis, joueur de folk de son état, qui survis timidement en jouant dans quelques bars et en squattant chez ses divers « amis ».
Et bien entendu qui dit Coen dit destin de merde, et là encore plus que dans certains films, le cher Llewyn, incarné par un formidable Oscar Isaac qui habite, que dis-je, vit, clairement son rôle, ne va pas avoir le droit au moindre éclairci de soleil dans sa maussade vie, et va vivre déception sur déception, désillusion sur désillusion.
De plus dans Inside Llewyn Davis on n’a donc logiquement pas le droit à une hagiographie d’un super musicien incarnant la vertu et la droiture en ce bas monde - Je dis ça parce que l’année dernière on a pu voir un film-documentaire, Sugar Man, qui certes était de bonne qualité mais où on nous présentait le chanteur comme un homme parfait – ainsi on constate que Llewyn est un homme lambda, pas le moins du monde absent d'objet de critiques (manque de réflexion dans ses actes, caractère un peu de cochon sur les bords…), mais ce qui le rend dans un sens encore plus attachant, on se dit, le pauvre il est comme tout le monde mais n’a pas « mérité » ce qui lui arrive dans le fond. C’est d’ailleurs un des seuls films des frères Coen que j’ai trouvé vraiment émouvant par certains aspects. Mais rassurez-vous, on retrouve toujours leur côté humoristique-pathétique qui leur est cher.
Bien entendu le film offre un petit côté "réaliste", on se doute bien que véritablement, des situations similaires il devait (doit) y en avoir beaucoup tant ce métier parait précaire quand on s’écarte des stars qui vivent comme des rois. En clair on nous offre un aperçu possible de la misère de l’artiste.

Pour le reste, il faut dire que les seconds rôles on ici une moindre importance que dans d’autres films des frères Coen tant le film se fixe sur ce musicien. Même pour ceux-ci on n’a pas le droit à la même galerie qui revient de manière récurrente au cours de leurs films, à part notre cher John Goodman dont j’ai d’ailleurs trouvé l’intervention moins percutante que d’habitude. La nouvelle coqueluche d’Hollywood Carey Mulligan ne sert pas à grand-chose, à si à dire fuck, Justin non plus. En clair même si ceux-ci sont moins mis en avant, j’aurais préféré que leur choix soit plus pertinent.

Qui dit film sur un musicien dit importance de la musique, et là, franchement, les Coen brothers fait très fort, en tant que parfait profane de la musique folk j’ai été absorbé, captivé par ce que j’avais à l’écran, grosse grosse claque de ce côté-là, notamment dès la scène d’introduction où on mis directement dans le bain. Par contre d’un autre côté je dirais que ces instants musicaux se font parfois un peu trop présents, ce qui enlève un petit plus à leur charme. Attention à la redondance mes amis.
La réalisation bien entendu, comme chacun s’en doute est ici très belle, on sent vraiment toute la maîtrise des réalisateurs, qui au-delà de l’appréciable photographie et la réussite des plans, ont d’ailleurs opté pour une réalisation par certains côtés très ternes, qui se mêle bien avec le propos du film, est pourrait-on dire à la couleur de la vie de Llewyn, maussade.

Bon voilà, je ne préfère pas trop en dire pour vous laisser plus de plaisir de la découverte, mais en tout cas je m’avance peut être un petit peu, mais je crois avoir trouvé un des films de l’année, ce n’est pas le meilleur Coen, loin de là, mais c’est sans doute un de leurs plus attachants et émouvants.
En tout cas, Joel et Ethan, encore merci pour votre au cinéma, et les émotions que vous nous transmettez depuis bientôt 30 ans (enfin moi un peu moins…), chapeau mes amis.

Classement Coen : http://www.senscritique.com/liste/Top_12_films_des_freres_Coen/245098

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 791 fois
42 apprécient · 1 n'apprécie pas

Confucius a ajouté ce film à 8 listes Inside Llewyn Davis

Autres actions de Confucius Inside Llewyn Davis