👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Looser par excellence, Llewyn Davis répond à tous les critères du genre, paumé, incompris, fauché, opportuniste, poissard...

Il pourrait être l'une de ses grandes figures musicales des années 60, une de celles qui soulève les foules et dont les chansons le long des ondes hertziennes rythment la vie quotidienne. Lui non, il est cette vie quotidienne, ce musicien lambda qui erre dans les rues de New York cherchant un concert où jouer et un toit pour dormir. Coincé dans ses péripéties journalières, il galère, se demandant ce qu'il doit résoudre en priorité, retrouver le chat de ses amis qu'il laisse s'échapper par mégarde ou s'occuper de l'avortement de la fille qu'il a mis, là aussi par mégarde, enceinte. Peut être le monde va t'il trop vite pour lui.

Fidèle à ses convictions, Llewyn Davis n'imagine pas sa vie en dehors de la musique. Il essaye d'avancer, parfois, provoquant même les événements. Mais la vie, ce cruel personnage trouve toujours quelque chose à lui mettre sur le dos qu'il l'est mérité, ou non.
Le film est à l'image de cette errance maussade, il piétine et se calque sur ce rythme de vie, l'idée est tel Llewyn de ne pas savoir ou l'on se retrouvera dans les 5 prochaines minutes. Alors, de la sympathie se crée pour ce musicien désabusé, l'impression de relire l'histoire entre ces grandes lignes et savourer un simple instant de vie.
BazzBazz
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste 2013: Et en salle ça se passe comment ?

il y a 8 ans

1 j'aime

Inside Llewyn Davis
DjeeVanCleef
10

Like a rolling stone.

http://youtu.be/754sRFIHIrA (note le chat sur la pochette) Ça commence comme une chanson qui prend son temps. Avec une guitare, une voix et des silences. Une chanson qui raconte la vie d'un type...

Lire la critique

il y a 8 ans

183 j'aime

44

Inside Llewyn Davis
Sergent_Pepper
8

That’s all folk.

« Pendez-moi, j’ai défié le monde… » chante Llewyn dans la chanson qui ouvre le film. Tout est là, comme souvent chez les frères Coen, pour irrémédiablement condamner le protagoniste. Parasite,...

Lire la critique

il y a 8 ans

131 j'aime

6

Inside Llewyn Davis
Socinien
7

Notes à benêt

Prix Spécial du Jury au Festival de Cannes session 2013, Inside Llewyn Davis est en effet un très bon cru des frères Coen qui se déguste avec délectation : un film ironique, pluvieux et hivernal, ce...

Lire la critique

il y a 9 ans

79 j'aime

18

Black Swan
BazzBazz
9
Black Swan

Danse macabre

Ouverture, une ballerine évolue sur une scène éclairée d'un seul projecteur. Des violons joués à l'unisson soulignent, tout en fluidité, ses mouvements virtuoses et gracieux. Un homme surgit de...

Lire la critique

il y a 8 ans

4 j'aime

2

Boy and bicycle
BazzBazz
5

De l'anecdote à la SF

La première réalisation d'un cinéaste, voilà un événement. Lorsque Ridley Scott sort le sien, 'Boy and Bicycle', il est encore étudiant. Pour situer, nous sommes en 1965, la nouvelle vague française...

Lire la critique

il y a 8 ans

3 j'aime

1

Inside Llewyn Davis
BazzBazz
9

Épopée folk

Looser par excellence, Llewyn Davis répond à tous les critères du genre, paumé, incompris, fauché, opportuniste, poissard... Il pourrait être l'une de ses grandes figures musicales des années 60,...

Lire la critique

il y a 8 ans

1 j'aime