👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Film attendu de longue date, Interstellar bénéficie de l'aura qui entoure les dernières oeuvres de Nolan: réalisation pêchue scénario réfléchie, aucune concession sur ce qui sera montré. Et pourtant, l'ambition semble vite retomber à mesure que le temps passe et que l'aventure s'étire longuement sur près de 3 heures de film.

Et oui, ce film parle d'espace-temps et il faut croire que le notre se tord inexorablement, happé par un trou noir, pour devenir parfois interminable, en raison de bavardages complètement inutiles. Le début tente de nous expliquer la vie simple menés par certains hommes dans ce monde pré-apocalyptique, mais 10 mn aura suffit. Ensuite, le voyage s'éternise de planète en planète, et nous semble souvent aussi vide que l'espace intersidéral. Jusqu'à la fin, les scènes où l'action prennent le dessus sont bien rares pour caler l'amateur de blockbuster de Nolan, et on assiste finalement à une succession de très beaux plans, mais oubliables.

L'ensemble de ces déceptions ne font pas complètement oublier les bonnes idées, encore faut-il maitriser un minimum les lois de la relativité et être initié à la mécanique quantique afin de profiter au mieux des idées exposées, sous peine de perdre son temps à essayer de comprendre et de finir par perdre complètement pied.
L'aspect psychologique est loin d'être aussi intéressant qu'espéré, mais cette lacune est comblée par l'aspect intellectuel, plus fouillé, où quelques concepts scientifiques, philosophiques et humains sont abordés pour finalement former un intéressant fil conducteur à l'aventure.

A situer ce film, il oscille entre Sunshine et 2001 - sans atteindre leur force respective - et propose quelques plans aussi beaux que dans Gravity - en évitant de nous montrer uniquement un joli fond d'écran animé.

Dans l'ensemble, ce film donne l'impression d'une coquille un peu vide, ou plutôt d'une coquille trop grosse pour un contenu qui ne réussit pas à bien la remplir.

Pas mauvais, mais loin de l'ambition annoncée.

Kinote: 4/7 ou 6/10
Poulpix
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Mes Blu-Ray & HD-DVD, Films 2014, Films 2018 et Films 2021

il y a 7 ans

Interstellar
Samu-L
8
Interstellar

Rage against the dying of the light.

Un grand film, pour moi, c'est un film qui m'empêche de dormir. Un film qui ne s'évapore pas, qui reste, qui continue à mijoter sous mon crâne épais, qui hante mon esprit. Le genre de film qui vous...

Lire la critique

il y a 7 ans

415 j'aime

71

Interstellar
blig
10
Interstellar

Tous les chemins mènent à l'Homme

Malgré ce que j'entends dire ou lis sur le site ou ailleurs, à savoir que les comparaisons avec 2001 : L'Odyssée de l'Espace sont illégitimes et n'ont pas lieu d'être, le spectre de Kubrick...

Lire la critique

il y a 7 ans

324 j'aime

85

Interstellar
guyness
4
Interstellar

Tes désirs sont désordres

Christopher navigue un peu seul, loin au-dessus d’une marée basse qui, en se retirant, laisse la grise grève exposer les carcasses de vieux crabes comme Michael Bay ou les étoiles de mers mortes de...

Lire la critique

il y a 7 ans

291 j'aime

141

Explorer
Poulpix
5
Explorer

Critique de Explorer par Poulpix

Des films de SF à budget modéré et d'un autre niveau que les bouses de Syfy ne sont pas légion: il faut souvent aller chercher ailleurs qu'aux USA pour espérer trouver quelque chose...

Lire la critique

il y a 5 ans

9 j'aime

1

Voyage au centre de la Terre 2 : L'Île mystérieuse
Poulpix
6

Critique de Voyage au centre de la Terre 2 : L'Île mystérieuse par Poulpix

Un film aussi mal nommé simplement pour permettre d'utiliser la franchise qui a permis d'adapter une version libre du livre éponyme de Jules Vernes pouvait laissait craindre le pire! Néanmoins, même...

Lire la critique

il y a 10 ans

8 j'aime

Minuscule : La Vallée des fourmis perdues
Poulpix
4

Critique de Minuscule : La Vallée des fourmis perdues par Poulpix

Poétique? Certainement. Magique? beaucoup moins... Minuscule est extrêmement représentatif de ce que sait faire la France en la matière, avec ses qualités, et ses (grosses) limites: visuels...

Lire la critique

il y a 8 ans

6 j'aime