👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Une croisière vers l’ennui !

Le dévoreur de films indépendants aussi appelé Netflix engraisse sa line-up d’objets cinématographiques en tous genres. Alors que sont prévus en exclusivité sur la plateforme les prochains films de Michael Bay, Zack Snyder ou encore Scorcese, force est de constater que pour remplir le reste de son catalogue Netflix fouille les fonds de tiroirs des autres Majors. Au dépend évidemment parfois d’une certaine qualité, mais peu emporte le géant rouge puisque la force de Netflix reste son nombre colossal d’abonnés qu’il conserve grâce à son immense catalogue de films dont il a l’exclusivité de distribution. C’est le cas d’IO, cette science fiction indépendante produite par Mandalay Pictures (Horns, Birth of a Nation, The Voices…) et réalisée par le Français Jonathan Helpert, réalisateur du long métrage House of Time sorti en 2015. Un film indépendant qui mise sur Anthony Mackie à l’affiche de beaucoup de succès Hollywoodiens (Avengers Infinity War, No Pain no Gain, Gangster Squad…), un film qui était voué sans aucun doute à une sortie DTV en France mais qui s’offre une nouvelle vie sur l’énorme catalogue de Netflix. Mais qu’en est-il du film ?

A l’inverse des autres films de SF qu’a pu distribuer Netflix, IO se veut plus intimiste et donc forcément plus facilement crédible. Sur ce point, le film ne se trompe pas avec ses beaux décors et costumes. Cependant sur le fond c’est tout autre chose et c’est là que ça se complique…Certe le film est un huis clos tentant d’éveiller une conscience philosophique sur la place de l’homme sur terre et le rôle qu’il a joué, sauf que le film l’aborde dans une suite de scènes monotones voir barbantes. Tout y est, sauf les émotions, le film est d’une longueur interminable et d’une mollesse suborbitale, c’est à se demander si en faire un court-métrage n’aurait pas été un choix plus approprié.

La suite à lire ici

Pulpmovies
3
Écrit par

il y a 3 ans

Io
Pezin_Marc-Andr
2
Io

Plus lent que ça et vous avez un diaporama

Poussif, incohérent et prétentieux. Certains réalisateurs sont à ce point persuadé que chaque plan filmé est un chef d’œuvre qu'ils en oublient de faire un film. Et pour le coup on est très loin du...

Lire la critique

il y a 3 ans

17 j'aime

4

Io
ManuPodj
5
Io

L'Interstellar du pauvre...

Si on aime la mélancolie et l'odeur de la fin du monde ce film est à ajouter à votre collection. Il se laisse regarder, plutôt lent et en huis-clos entre 2 des tous derniers habitants de la terre, il...

Lire la critique

il y a 3 ans

15 j'aime

3

Io
DavidRumeaux
6
Io

IO !

Nouveau petit film post apo sorti sur Netflix, IO ne bénéficie pas vraiment d'une presse favorable. Et pourtant... Alors que la Terre a dû faire face à un cataclysme provoqué indirectement par nos...

Lire la critique

il y a 3 ans

14 j'aime

Terminal
Pulpmovies
7
Terminal

Margot Robbie le caméléon !

Premier long métrage plutôt réussi pour le réalisateur américain Vaughn Stein. Assistant directeur sur des films tels que La Belle et la Bête, Danish Girl ou encore World War Z, Vaughn signe avec...

Lire la critique

il y a 4 ans

3 j'aime

Mortal Engines
Pulpmovies
4

Pas assez exigeant

Après la trilogie du Hobbit, Peter Jackson, le réalisateur du Seigneur des Anneaux revient doucement au cinéma. Ainsi après quelques années de repos, il revient avec ce Mortal Engines, adaptation de...

Lire la critique

il y a 3 ans

2 j'aime

Alita: Battle Angel
Pulpmovies
9

Ce qu’Hollywood fait de mieux !

Le nom de James Cameron, l’un des génies du cinéma contemporain, résonne une nouvelle fois dans nos salles pour le plus grand plaisir du spectateur. Alors qu’il prépare intensément les suites...

Lire la critique

il y a 3 ans

2 j'aime