Bande-annonce
Affiche Je t'aime, je t'aime

Je t'aime, je t'aime

(1968)
12345678910
Quand ?
7.2
  1. 5
  2. 11
  3. 17
  4. 35
  5. 79
  6. 181
  7. 292
  8. 283
  9. 129
  10. 62
  • 1.1K
  • 107
  • 1.4K

Un homme, Claude Ridder, oscille entre la vie et la mort après une tentative de suicide. A sa sortie de clinique, deux mystérieuses personnes l'abordent et lui proposent une expérience fantastique : essayer une machine à remonter le temps.

Casting : acteurs principauxJe t'aime, je t'aime

Casting complet du film Je t'aime, je t'aime
Match des critiques
les meilleurs avis
Je t'aime, je t'aime
VS
Je ne te hais point

A l’heure où tout le monde parle de ce Monsieur, je me sens terriblement exclu. Je l’aime bof bof. Ce qui m’a toujours travaillé chez Resnais, c’est la lenteur de son cinéma. Je n’ai rien contre les films lents à condition qu’ils proposent un réel travail esthétique pour s’occuper l’œil, une démarche contemplative, ou bien une histoire passionnante narrée avec la virtuosité nécessaire à l’intérêt du spectateur. Mais dans Je t’aime je t’aime, je n’ai guère trouvé beaucoup de merveillosités à...

33 14
Critique de Je t'aime, je t'aime par Maqroll

Après Muriel où déjà il tournait en rond, Resnais s’est essayé sans succès au film politique (La guerre est finie) avant de revenir à ses obsessions sur le temps et la mémoire. Avec son snobisme déjà patent, il se croit obligé de chercher une touche d’originalité en abordant un genre nouveau pour lui, à savoir la science-fiction. En fait, on voit très vite ce qui a captivé le futur auteur de Mon oncle d’Amérique dans cette histoire de voyage dans le temps : séduit par les théories alors... Lire la critique de Je t'aime, je t'aime

6
Critiques : avis d'internautes (26)
Je t'aime, je t'aime
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
"Pendant 100 millions d'années, la Terre a subi le règne des algues et des mollusques"

Je t'aime, je t'aime. Un film assez curieux pour son époque. Osé. Dès le début, on est embarqué dans le délire très excitant du cinéaste : un homme, choisi parmi des millions d'autres, va vivre un voyage dans son propre passé. Oui mais voilà, avec ce genre de scénario frappant dès le départ, on risque toujours de se casser la gueule, de ne pas respecter ses engagements vis à vis du spectateur.... Lire la critique de Je t'aime, je t'aime

5
Avatar Mud
7
Mud ·
Découverte
Archipels

L’amour, répété dans le titre, est en soi un sujet qui n’a jamais cessé d’irriguer la fiction : parce qu’il en est l’origine, et parce qu’il s’écrit par des phrases que nous nous acharnons à ne pas comprendre. Cette complexité d’un langage qui nous charme autant qu’il nous déconcerte a nourri dans un premier temps la parade du mythe : puisque nous sentons à quel point l’amour peut combler,... Lire l'avis à propos de Je t'aime, je t'aime

34 4
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·
Et l'amour Resnais de ses cendres

Seul film de la prog déjà dans mes envies. Sérieux prétendant à un ou plusieurs prix. Resnais s'approprie ici l'audacieux concept du voyage dans le temps. Néanmoins, il a eu la sagesse de laisser de côté toute prétention métaphysique. Dans l'idée, on s'approche plus de l'aspect poétique du voyage au pays des souvenirs développé par Marker dans La Jetée. On retrouve d'ailleurs les scientifiques... Lire la critique de Je t'aime, je t'aime

21 4
Avatar Verywelles
8
Verywelles ·
L'année dernière avec Catrine.

1968. Alors qu'une bonne partie des réalisateurs de la Nouvelle Vague partent au front filmer les révoltes de la jeunesse, Resnais reste dans ce qu'il sait faire de mieux : filmer des souvenirs, la mémoire, les regrets, les troubles temporels, la non-linéarité... Il filme un homme quelconque, bien que particulièrement désabusé et sarcastique, cobaye d'une expérience scientifique qui fait revivre... Lire la critique de Je t'aime, je t'aime

11
Avatar MrOrange
7
MrOrange ·
Mélo-Mélo

Si présenter Je t'aime, je t'aime comme le chef-d'œuvre méconnu, voire maudit, d'Alain Resnais est devenu un cliché, il est néanmoins difficile de passer cet aspect sous silence tant il semble directement lié à la problématique même du film (schématiquement mémoire vs. oubli). Sorti à la fin du mois d'avril 1968, sélectionné au festival de Cannes finalement annulé en raison des événements que... Lire l'avis à propos de Je t'aime, je t'aime

8 3
Avatar Adam_Kesher
8
Adam_Kesher ·
Toutes les critiques du film Je t'aime, je t'aime (26)
Bande-annonce
Je t'aime, je t'aime
Vous pourriez également aimer...