👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Il y a dans jeux d'enfants l'essence d'un chef d'oeuvre. Son concept a en tout cas été remarquablement préparé dans son évolution, perverti au fur et à mesure du développement de ses personnages, culminant dans les méchancetés les plus sadiques, sans jamais recourrir à la violence physique. C'est un petit jeu de cours, qui prends place dans un climat d'enfance anxiogène ( la mère de Julien est atteinte d'un cancer, que son père vit toujours comme un drame, et Sophie est stigmatisée pour son statut de fille de polonaise (un peu étrange, mais soit)). Le monde est trop sérieux et trop ancré dans une austérité corrective pour ces deux là, alors il faut vivre par la défiance, en étant les seuls à oser faire leurs gamineries. Mais si ce jeu rapproche, il finit aussi par créer une barrière de défiance vis à vis de l'autre, pour le faire toujours aller dans ses derniers retranchements. La partie adulte est à ce titre jubilatoire pour ses jeux cruels, qui tirent de plus en plus vers les dernières limites de torture psychologique qu'on peut imposer à un amour, mais mûri d'une façon bien singulière.

Avec un tel contexte, Jeux d'enfants a de quoi devenir fascinant, d'autant plus qu'il est relativement peu prévisible. Alors qu'est-ce qui a merdé ? La forme ! Plutôt que de la jouer à l'épure (la partie adulte et adolescente l'est davantage, à quelques scènes près), le film encombre son visuel d'un style kitsch qui a bien du mal à être nuancé (l'enfance ressemble à Amélie Poulain), dommangeable au film car il en atténue la spontanéité (il croit instaurer un petit malaise avec le contexte bien lourd et la légèreté de ses protagonistes et de leurs jeux, mais l'ambiance ne sonne jamais comme cruelle). Ca s'arrange un peu plus par la suite, avec hélas quelques petits renvois à l'enfance (le tyran et le flan, petite image un peu trop soulignée). Ca et le jeu d'acteur un peu blasé que chacun adopte au fur et à mesure de l'usure du jeu, heureusement dissipé par la dernière manche, totalement réjouissante.

Bon film un peu tiède, jeux d'enfants reste une tentative sympathique du cinéma hexagonal, en pervertissant intelligemment les codes de la comédie romantique.

Voracinéphile
6
Écrit par

il y a 6 ans

6 j'aime

3 commentaires

Jeux d'enfants
Nienawisc
2

Critique de Jeux d'enfants par Nienawisc

Je me rappelle... J'avais 15 ans. Des hormones plein les veines, des boutons plein la face, la sève qui monte, tout ça, tout ça, idéaliste foireux un peu sale toujours affublé d'un sweat Ludwig Von...

Lire la critique

il y a 11 ans

71 j'aime

2

Jeux d'enfants
VirginiA
3

Critique de Jeux d'enfants par VirginiA

Dans ce film, deux enfants jouent et deviennent âmes soeurs, parce que l'enfance est innocente et malicieuse. Dans ce film, les deux enfants grandissent et en viennent à s'enliser dans une relation...

Lire la critique

il y a 12 ans

45 j'aime

5

Jeux d'enfants
marivaudage
1

Critique de Jeux d'enfants par marivaudage

Dans le cinéma-poubelle, ce film fait office de couvercle

Lire la critique

il y a 11 ans

32 j'aime

8

2001 : L'Odyssée de l'espace
Voracinéphile
5

The golden void

Il faut être de mauvaise foi pour oser critiquer LE chef d’œuvre de SF de l’histoire du cinéma. Le monument intouchable et immaculé. En l’occurrence, il est vrai que 2001 est intelligent dans sa...

Lire la critique

il y a 8 ans

97 j'aime

118

Le Hobbit - La Bataille des Cinq Armées
Voracinéphile
3

Peter, t'as le bide qui dépasse !

Attention, il n'y a que des spoilers dans cette critique, mais lisez la, elle peut vous éviter une déception. Il y a tellement de mauvais points dans cette bataille des 5 armées que je ne sais pas...

Lire la critique

il y a 7 ans

68 j'aime

56

Hannibal
Voracinéphile
3
Hannibal

Canine creuse

Ah, rarement une série m’aura refroidi aussi vite, et aussi méchamment (mon seul exemple en tête : Paranoia agent, qui commençait merveilleusement (les 5 premiers épisodes sont parfaits à tous les...

Lire la critique

il y a 8 ans

67 j'aime

34