I Am the Ambiance

Avis sur L'Ambulance

Avatar DrunkenBastard
Critique publiée par le

*J'offre un gyrophare au premier qui me décrypte le titre.

Alors voila, c'est Eric Roberts et sa coupe mulet qui déambulent dans les rues de New York, quand tout à coup notre jouvenceau aperçoit dans la foule cette fille qu'il a repérée depuis des semaines. Une belle brune aux yeux de biche, qui lui inspire les héroïnes qu'il dessine continuellement à son effigie dans les comics de la maison d'édition qui l'emploie. Bien décidé à la coucher sur autre chose que du papier, Eric se décide à accoster sa promise fantasmée avec l'entrain qu'on ne lui connaît pas dans le reste de sa filmo. Il entreprend de la séduire en lui achetant un walkman au camelot du coin. Cette stratégie élaborée échouant, Eric se met dès lors à verser dans un babil improductif qui finira néanmoins par délasser sa proie revêche. Las, sa dulcinée en devenir est prise d'un soudain malaise et s'allonge sur le trottoir en toute hâte. avant d'expliquer au tombeur de ces dames qu'elle est diabétique. A peine ce dernier a-t-il eu le temps de réclamer une ambulance aux passants alentour qu'un véhicule hospitalier surgit de nulle part, toutes sirènes hurlantes. L'imposante déménageuse, au look furieusement seventies, embarque sa patiente et disparaît aussi vite qu'elle est apparue.

Ne flairant pas l'embrouille, Eric se rend immédiatement au dispensaire que lui ont indiqué les infirmiers. Mais une fois sur place, réalisera qu'il s'est fait feinter la tronche par une équipe fantôme d'ambulanciers kidnappeurs. Qui se cache derrière ce service des urgences fictives ? Pour quel mobile ? Il ne reste plus que la Police pour lui venir en aide, et c'est en la personne de James Earl Jones qu'Eric trouvera le salut. Ou pas. Du tout. Cet inspecteur pour le moins ambigu semble croire profondément au récit de son visiteur, tout en l'envoyant chier. Autant dire que c'est pas gagné. Le gars Eric va ruer dans les brancards pour extirper sa future ex des griffes de ses ravisseurs, et rencontrer quelques embûches au fil de son enquête. Mais attention ! Toujours guilleret, et cabot comme pas deux.

Je mettrais bien le magnétoscope sur pause pour vous conter fleurette à propos du génie comique d'une scène ou d'une autre, et me répandre en descriptions savoureuses, mais ce serait vous gâcher la surprise. Vous constaterez au visionnage que le film dispose d'une mise en scène ondoyante, et d'un montage à l'avenant. Ce qui dénote un talent certain du réalisateur, que je n'aurais pas présagé en lançant la lecture. J'ai goûté le second degré permanent, l'invraisemblance des situations, et le featuring dévastateur d'un monstre sacré du TV soap américain dont je tairais le nom, et vous exhorte à vérifier que mes papilles oculaires sont de bonne constitution.

Maintenant y a plus qu'à. Et vous me ferez le plaisir de le voir en VF!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 523 fois
15 apprécient

Autres actions de DrunkenBastard L'Ambulance