Avis sur

L'Heure suprême par Teklow13

Avatar Teklow13
Critique publiée par le

On est en 1914, à Montmartre, Chico nettoie les égouts de Paris et Diane vit avec sa sœur qui la bat.
Les deux vont se rencontrer.
L'Heure suprême c'est encore une fois une histoire d'amour fou. Je ne vais pas m'attarder mais tout ici concentre le cinéma de Borzage : le contexte social, la guerre, la religion, et bien sûr la naissance d'un couple et de leur amour.
Comme dans ses prochains film, i l est aussi question d'ascension.
Au début du film, Chico dans le propre comme dans le figuré est en bat de l'échelle, le premier plan est d'ailleurs très clair, il travail sous terre, dans les égouts de Paris. Il est isolé, à l'écart du monde et de la vie sociale qu'il regarde soit par en dessous, soit par en dessus (car Chico travaille sous terre mais vit dans une mansarde au 7ème étage d'un immeuble). Diane aussi est en bas. Dès le premier plan, on l'a voit ramper sur le sol et elle reçoit des coups de fouets par sa sœur alcoolique.
A la suite de leur rencontre, Chico la défendant devant sa sœur puis devant la police en la faisant passer pour sa femme, les deux, dans un plan-séquence magique, vont grimper là encore au propre comme au figuré, au septième ciel (Seventh Heaven),par un escalier en colimaçon, au septième d'étage de l'immeuble jusqu'à la mansarde de Chico. Comme le dit Diane ici, c'est le paradis. On domine tout Paris et on peut toucher les étoiles. Il y a, dans ce mouvement ascensionnel guidé par l'amour, quelque chose de magnifique, comme si on parvenait à s'extirper de la crasse pour parvenir au sublime. Là haut, les amants sont comme dans un cocon, un nid protecteur. Pourtant, le monde d'en bas tente par moments d'extirper les amants hors du nid, de les faire redescendre. Cette main crochue, c'est celle de la sœur, celle de la police, mais c'est surtout celle de la guerre. Chico est mobilisé.
Sans trop en dévoiler, dans l'heure suprême il y a aussi la fin, d'une grande puissance lyrique et surréaliste. Où dans un plan fou et osé, l'Amour défit toutes les règles, toutes les conventions. Sa réapparition concrète dans le plan va exclure par la même occasion l'aspect social, religieux et politique. Ils disparaissent pour ne mettre en lumière qu'une seule chose, la seule en laquelle semble vraiment croire Borzage. Dans cette dernière séquence il y a, je pense, tout son cinéma. Magnifique.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 392 fois
6 apprécient

Teklow13 a ajouté ce film à 1 liste L'Heure suprême

  • Films
    Illustration TOP 10 FILMS 1927

    TOP 10 FILMS 1927

    Avec : L'Aurore, L'Heure suprême, L'Inconnu, Le Mécano de la Générale,

Autres actions de Teklow13 L'Heure suprême