Advertisement

Un film qui ne manque pas de mordant

Avis sur L'Île aux chiens

Avatar Flaw 70
Critique publiée par le

Avec Isle of Dogs, Wes Anderson reste fidèle à son univers fantasque et à lui-même. Inutile de s'attendre à un changement majeur dans le cinéma du monsieur car cela n'arrivera pas. Ce qui n'est pas dérangeant tant le cinéaste a su avec les années gagner une précision et une maestria visuelle hors du commun. Aujourd'hui, il n'y a tout simplement pas d'autres réalisateurs qui font du cinéma comme lui. Une maîtrise qu'il avait pleinement assise avec son dernier film en date, The Grand Budapest Hotel en 2014. Son amour du cinéma artisanal explosait alors complètement dans un mélange habile de décors réels, maquettes ou encore peintures sur glace. Il s'amusait aussi à jouer avec les formats de l'image pour perturber son cadre et parler du pouvoir de transmission et d'héritage à travers les époques que ce soit par le récit ou l'évolution même des procédés cinématographiques.

Pour Isle of Dogs, Anderson va aussi s'amuser à restreindre son cadre, non pas pour marquer une époque mais pour marquer un contexte. Œuvre bien plus politique, sans pour autant que cet aspect soit central, dans laquelle le cinéaste expose un futur peu reluisant encore régi par des gouvernements arbitraires et l'exclusion. Ici ce sont les chiens les victimes de la stupidité humaine, prête à tout pour s'aliéner les autres, et Anderson trouve la brillante idée de créer un décalage de langage entre les canidés et les humains. Se déroulant au Japon, les humains parleront la langue locale tandis que les chiens communiqueront en anglais (ou français selon la version que vous verrez). En imposant cette impossibilité de communiquer par les mots, Anderson dresse un portrait sur la différence ou plutôt ce qui rapproche les êtres vivants. Sans jamais tomber dans un discours niais sur l'entraide et l'amour, le film véhicule une certaine naïveté enfantine à travers la vision candide des chiens ou l'optimiste insondable et révolutionnaire des enfants. Ce qui encadre une histoire touchante et surprenante dans sa capacité de traiter des thématiques adultes sans pour autant les imposer à ses spectateurs. On pourra déplorer une structure un brin trop chapitrée du récit, une marque de fabrique un peu redondante chez Anderson, ou encore quelques clichés parfois de mauvais goûts principalement quand cela touche la culture japonaise.

Mais le tout bénéficie d'un humour truculent et d'une intelligence remarquable dans l'exécution du récit, que ce soit dans les dialogues finement écrits ou le sens du cadrage. Wes Anderson signe une mise en scène savoureuse, toujours dans le mouvement, qu'ils soient latéraux, verticaux ou à base de zooms et de dézooms, pour jouer sur les entrées et les sorties de champs qui amorcent souvent des gags visuelles resplendissants. Ici, le cinéaste apporte même un soin particulier aux diverses échelles de plan pour donner à l'ensemble un côté encore plus vif et imprévisible. Toujours soutenu par un montage qui tourne à plein régime, parfois peut-être même un peu trop surtout dans l'accumulation un peu excessive des flashbacks et des divers points de vues des personnages, et la brillante musique d'Alexandre Desplat. Le compositeur est capable du meilleur comme du pire, mais lorsqu'il travaille avec Anderson il est toujours à son top. Utilisant des sonorités japonaises, il compose un score percutant et intense qui s'impose comme un de ses plus beaux travaux. Ajoutez à ça un casting vocal prestigieux et irréprochable tel que Bryan Cranston, Edward Norton, Bill Murray, Scarlett Johansson ou encore Jeff Goldblum et vous obtenez un tout impeccable.

Isle of Dogs est une fable politico-sociale à la fois drôle et sensible et qui s'impose aussi comme une formidable lettre d'amour pour les canidés. Le film de Wes Anderson toussote un peu sur son montage par moments trop excessif et didactique, sur son rythme ou quelques petits clichés un peu trop appuyés mais il propose une aventure hors norme et inventive. Adapté pour tout la famille, il devrait satisfaire les plus jeunes comme les plus grands car la magie du cinéma d'Anderson réside dans le fait de savoir communiquer avec tous, malgré sa forme si spécifique. C'est un univers rêveur et fantasque qu'on aime découvrir encore et encore, car même si Wes Anderson ne change pas sa formule en profondeur, elle reste suffisamment unique et fougueuse pour nous emporter loin et ne plus nous faire redescendre.

Ma critique sur cineseries-mag.fr

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 561 fois
9 apprécient · 1 n'apprécie pas

Flaw 70 a ajouté ce film d'animation à 1 liste L'Île aux chiens

  • Films
    Cover Attentes 2018

    Attentes 2018

    Encore une année cinématographique qui se termine, une page qui se tourne et avant de faire le bilan de 2017 il faut contempler...

Autres actions de Flaw 70 L'Île aux chiens