En apnée

Avis sur L'Odyssée

Avatar Fannaille .
Critique publiée par le

À la base, j'accompagnais juste une amie à l'avant-première avec l'équipe du film, sans attente particulière. Quelle merveilleuse surprise que ce film ! Je ne suis pourtant pas adepte des biopics, mais celui-ci vaut vraiment le détours! Comme l'a précisé Jérôme Salle, il ne voulait absolument pas tourner en studio, les scènes de plongé ont donc été tournées en Antarctique, au milieux des requins... ce qui nous offre une image merveilleuse et nous fait découvrir les mystères sous-marins en même temps que les personnages. Pourtant, il ne s'agit pas ici d'un documentaire animalier. Au contraire, il s'agit ici d'une aventure humaine, une ''plongée'' dans les tourments d'une famille qui se déchire, dont les membres n'ont ni les mêmes ambitions, ni les mêmes visions du monde. Ainsi le Capitaine Cousteau (Lambert Wilson) nous est montré sous toutes ses facettes, et nous découvrons ses vices éloignés de l'image qu'on ce fait habituellement de lui. Porté par ses ambitions, il délaisse sa famille : sa femme Simone (Audrey Tautou) qui vit une descente aux enfers, son fils Philippe (Pierre Niney), porteur d'idées écologistes, qui entre en en conflit avec son père, et même son autre fils qui apparaît très peu à l'écran. La mise en scène simple, sans artifice nous livre une image splendide permet de nous rapprocher de ces personnages et de leurs sentiments et de suivre leur évolution au fil des années. Nous vivons avec eux à bord de la Calypso, et suivons dans un aspect méta-filmique, la réalisations des films et reportages du Commandant Cousteau, les réflexions, ambitions et échecs de cette équipe de nouveaux explorateurs qui veut partager leur découverte, au début dans un but lucratif. Et puis vient le moment de la révélation : lors d'un voyage en mer Philippe observe les déchets que le cuistot jette à la mer, et, alors qu'il s'appétait à y jeter son mégot, il l'écrase sur la coque et le ramène avec lui. Ce court instant est en fait un tournant du film, s'en suit une prise de conscience : la problématique de la conservation de l'océan apparaît alors, et ce d'une manière fine et assez inattendue. Comme Philippe, nous réalisons la décrépitude de ce monde qu'on nous a montré merveilleux et plein de vie. Philippe porte donc un message écologiste subtil, tout simplement beau, qu'il partage avec le spectateur mais surtout avec son père, et lui permet la prise de conscience qui le transforme en défenseur de l'écologie que nous connaissons.

Il y a 30 ans, j'ai découvert un nouveau monde. J'ai voulu l'explorer, le partager, le conquérir, alors que j'aurais dû le protéger.

Un film merveilleux sur les profondeurs de l'âme humaine et de l'Océan et les remous que ces deux mondes connaissent, chacun à leur façon.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 391 fois
3 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Fannaille . L'Odyssée