👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

En 1988, sur l'Île d'Ouvéa en Nouvelle-Calédonie, des troupes militaires françaises donnent l'assaut, après l'assassinat de quatre gendarmes, à la gendarmerie, puis la prise d'otages par des indépendantistes Kanak de vingt-sept gendarmes mobiles, entre les deux tours de l'élection présidentielle....

Mathieu Kassovitz est un mec énervant. Talentueux, il est un des rares réalisateurs français à faire de la mise en scène, à l'instar de Florent Emilio Siri. Son travail est toujours méticuleux, réfléchi. L'influence des grands maitres d'Hollywood (Spielberg, De Palma, Scorsese) est évidente mais jamais écrasante. Le montage est soigné, la photo léchée, la mise en scène carrée (et souvent virtuose). Il suffit de revoir Assassin(s), son meilleur film. Une véritable claque en terme de réa.

Seulement le bonhomme est aussi un chien fou, qui ouvre sa gueule pour un oui ou pour non, et qui montre, hélas, une conscience politique limitée. Ses déclarations sont souvent maladroites, ses propos parfois douteux (sur le 11 septembre, notamment) , et ses partis paris dérangeants (il dit être du coté "des casseurs"). En gros , Kassovitz, c'est un Balavoine bloqué dans les années 80-90, qui ne cherche jamais la complexité (ou alors quand ça l'arrange).

L'ordre et la morale est un exemple saisissant. Kassovitz est passé à coté du sujet. Il aurait pu en faire son chef d'oeuvre.

Comme toujours, la mise en scène est une claque : cadrage parfait, découpage impecc', montage extra... Rien à dire, c'est du super boulot.

Malheureusement, le propos est toujours aussi douteux et manichéen. Dans le pourtant excellent Assassin(s), Kasso se mélangeait les pinceaux en confondant discours bobo-gaucho-progressistes (si les jeunes sont des racailles, ce n'est pas de leurs fautes...) et propos réactionnaires (... c'est de la faute de la télévision ! ).

Ici , il jette la complexité à la poubelle. les Kanaks sont des gentils, les soldats français des méchants. (Sauf son personnage, qui est gentil et intelligent).

Bref, Kassovitz a choisi son camp, comme toujours. Mais un peu de nuance n'aurait pas fait de mal....

clementpons1
6
Écrit par

il y a 5 ans

1 j'aime

L'Ordre et la Morale
Heisenberg
2

L'ordre est amoral

Exaspérant. Dommage car l'ouverture était plutôt alléchante, fut-elle deux minutes perdues au milieu de 2h16 d'un film interminable (ou minable tout court d'ailleurs). L'ordre et la morale c 'est une...

Lire la critique

il y a 10 ans

23 j'aime

14

L'Ordre et la Morale
LeBlogDuCinéma
8

Critique de L'Ordre et la Morale par Le Blog Du Cinéma

L'ordre et la morale vient confirmer une nouvelle tendance dans le cinéma français cette année, après L'Assaut ou Omar m'a tuer, celle d'enfin regarder son histoire (récente ou pas) en face et de la...

Lire la critique

il y a 10 ans

19 j'aime

1

L'Ordre et la Morale
Gand-Alf
8

Kasso ressuscité.

Après une expérience hollywoodienne absolument désastreuse, Kassovitz nous revient enfin avec un projet qui lui tenait à coeur depuis longtemps. Basant son film sur les mémoires du véritable...

Lire la critique

il y a 10 ans

18 j'aime

1

Le Cinéma de Durendal
clementpons1
3

Monsieur Cinéma (^^)

A aimé " Lucy " de Luc Besson. Et là, tout est dit..... Bon, arrêtons d'être méchant et faisons une critique constructive. Durendal ne connait rien au cinéma. Oui je sais, ma phrase est méchante...

Lire la critique

il y a 7 ans

10 j'aime

2

Simple Mortel
clementpons1
7

Bienvenue parmi les humains

Un jeune spécialiste en linguistique reçoit des messages d'origine extra-terrestre en gaélique ancien, via l'autoradio de sa voiture. D'abord sceptique (s'agit-il d'une blague?), il va voir sa vie...

Lire la critique

il y a 7 ans

8 j'aime

1

Hors du temps
clementpons1
4

Le temps n'est rien

Hors du temps souffre de la comparaison avec L'étrange histoire de Benjamin Button . Car malgré un sujet similaire ( une histoire d'amour sur fond de fantastique ) , le réalisateur Robert Schwentke...

Lire la critique

il y a 8 ans

7 j'aime