Aucun intérêt

Avis sur La Conquête

Avatar gallu
Critique publiée par le

On a plus entendu parler de la Conquête au moment de sa production qu'au moment de sa sortie. A l'origine, le projet avait en effet l'allure piquante : un Caiman à la française, ça avait de quoi exciter les imaginations. Mais il fallait remarquer qu'à la manœuvre, il y avait Durringer, petit faiseur de navets comme on en croise beaucoup dans la population cinéaste française. Il n'y avait donc pas de quoi espérer. Le film a fait pschit lors de sa sortie. On pouvait s'attendre à ce que les français qui etendent déjà parler du président du matin au soir dans les médias ne se ruent pas dans les cinémas pour payer dix euros afin d'entendre la même chanson. Mais au-delà de ça, c'est l'hypothèse de la médiocrité qui explique le mieux le soufflé.

On croirait le scénario écrit par un lycéen à partir d'une revue de presse, tellement la narration est pauvre, linéaire, calquée sur les multiples offs glanés ça et là dans la presse. Sans être un stakhanoviste de l'actualité, on connait par cœur chacune des répliques du film à l'avance. La conquête est cousu de fil blanc, il est constitué de bout en bout par des dialogues d'exposition minables et surfaits, déblatérés par des acteurs qui valent pourtant souvent mieux que cela. Denis Podalydès n'est effectivement pas mauvais dans son incarnation, qui relève toutefois plus de l'imitation que du jeu. Tout le parti-pris du film est là : ce n'est pas une œuvre, mais une tentative d'imitation du réel, qui, c'était prévisible, s'embourbe dans le ridicule du simulacre. Il y avait matière à produire une bonne immersion dans les arcanes d'une campagne politique, au lieu de cela, Durringer nous inflige niaiserie sur niaiserie, cherchant l'empathie du public pour le personnage principal, présenté comme un être sensible sous ses allures frustres et vulgaires. Encore une fois, on est dans le duel au soleil, le western entre stéréotypes, l'essentialisation, mécaniques qui font le lit des mauvais films. Vraiment aucun intérêt.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 498 fois
13 apprécient · 4 n'apprécient pas

Autres actions de gallu La Conquête