Avis sur

La Créature de la mer hantée par zardoz6704

Avatar zardoz6704
Critique publiée par le

Je vais faire un effort surhumain, et essayer de récapituler le scénario pour en montrer l'ineptie.

Peu après l'arrivée de Fidel Castro au pouvoir, un commando de l'armée de Batista file avec la trésorerie cubaine sur un yacht affrété par un truand, Renzo. A bord, la poule de luxe de Renzo, Mary Belle ; Pete, un costaud en marinière au cerveau dérangé, qui imite des cris d'animaux au lieu de parler ; Happy Jack, le frère de Mary Belle ; Sparks Moran, agent de la C.I.A. sous couverture, en réalité éperdument amoureux de Mary Belle. Renzo n'a qu'une idée : se débarrasser des Cubains pour garder l'or pour lui. Il met sur pied un plan diabolique : à l'aide d'un rateau aiguisé, d'algues et d'huile verte, assassiner les Cubains un par un dans leur sommeil en faisant croire qu'un monstre marin est à l'oeuvre. Sauf qu'un "véritable" monstre marin suit le bateau et tue deux Cubains au lieu d'un.

Les Cubains ne croient pas qu'un monstre est à l'oeuvre, mais ne soupçonnent pas le moins du monde Renzo pour autant. Ils acceptent cependant de dérouter le bateau vers un atoll. Et là, Renzo a sa deuxième idée de génie : faire couler le bateau sur un récif corallien en vue de l'île, en sortant le coffre juste à côté de l'épave. Le film devient dès lors une robinsonnade. Mais contre les attentes de Renzo, les Cubains sont de bons plongeurs. Après avoir envoyé Happy Jack caboter et revenir avec un bateau de location, il faut bien organiser des plongées. Et nos truands (Happy Jack, Pete, qui n'est pas conscient de ce qu'il fait, et Renzo) tuent un peu à chaque plongée un Cubain, en mettant aussi cela sur le dos du monstre, mais les Cubains continuent à trouver cela normal.

Arrivent plusieurs nouveaux personnages, pour enrichir cette intrigue palpitante. La robinsonnade engendre une série de triangles amoureux, qui trouvent heureusement une résolution. Pete découvre dans la jungle Rosina Perez, une grosse aussi folle que lui. Et Jack ramène avec le bateau Carmelita, qui tombe amoureuse de Sparks, et non de lui. Pour le consoler, Rosina lui présente sa fille Mango, qui vit apparemment dans la jungle et se laisse draguer par Jack. Ils vont se baigner, pendant que Renzo tue une dernière cargaison de Cubains. Mais cette fois le monstre est là, et tue Mango. Jack accuse Renzo, qui perd aussi, de manière complétement invraisemblable, la confiance de Mary Belle. Quant au dernier officier cubain restant, il renonce au trésor, pour ne plus sacrifier inutilement ses hommes (sauf qu'il vient de dire avant qu'il n'en a plus !). Finalement le monstre émerge, tue Mary Belle, l'officier et Renzo (peut-être aussi Pete, le montage oublie de dire ce qu'il devient).
Bref, il ne reste plus que Sparks, Carmelita, dont il accepte l'amour (ce qui est facile maintenant que Mary Belle est morte), et le monstre, qui peut rester à veiller sur l'or.

C'est peu dire que le scénario est inconsistant. Ma première impression, au vu de tous les trous scénaristiques, était qu'il avait été rédigé par un gamin de 5 ans. A posteriori, je me dis qu'il y a peut-être une intelligence plus élevée derrière, une intelligence malfaisante dont la volonté était de transformer les cellules grises des spectateurs en gelée de méduse.

Par où commencer, car ce naufrage défie vraiment l'inventaire ? Les scènes de plongée avec des animaux marins, qui n'ont d'autre justification que d'avoir été perçues comme une valeur ajoutée par un cerveau malade ? L'impression que le tournage n'était qu'une excuse pour passer une dizaine de jours sur un littoral paradisiaque ? Le racisme latent vis-à-vis des Cubains, qui se laissent tuer comme des imbéciles, quand ils ne marchent pas au pas cadencé comme des robots ? Les saynettes censées être comiques, mais tellement ineptes qu'elles n'arrivent jamais jusqu'au loufoque ? Les justifications scénaristiques qui arrivent au détour d'une phrase, pour combler tant bien que mal une incohérence sur dix ? Le monstre lui-même, plongeur recouvert de papier mâché, dont on voit, dans une scène sous-marine, le costume de plongée à peine dissimulé ? Son apparence a d'ailleurs un vague air de totem vaudou négroïde.

Ha, et j'oubliais la séquence où des garde-côtes cubains accostent le yacht à la recherche du trésor, et où ils se font massacrés tandis que pendant toute la séquence, on voit des plans de Mary Belle chantant de manière suave une mélopée, accoudée au bastingage, et où on n'arrête pas de se dire : il y a visiblement une intention, mais quelle est-elle ?

Je sens bien qu'il y avait une vague tentative de recréer Le port de l'angoisse, mais ça n'en rend le film que plus affligeant.

Suivent une série de petites notes prises en cours de visionnage :

"My real name is XK150".

"Ceci, par exemple, est l'appel du yak de l'Himalaya".

Des plongeurs qui sautent à pieds joints depuis le bord du bateau... Amateurs.

" - Si elle ne m'aime pas, je vais me tuer.
- Non, non, ne te tue pas. Viens dans la jungle.
- Quand on a vu une jungle, on les a toutes vues.
- Non non, viens avec moi. Tu verras, tu aimeras".

"C'était le crépuscule. Je pouvais le dire, car le soleil commençait à se coucher".

Vous l'avez compris, c'est vraiment très mauvais. ça peut se regarder avec des amis pour rire, ça fera son effet. Mais si vous regardez ce film une deuxième fois dans votre vie, vous mourrez probablement. C'est le genre d'expérience limite qu'un cerveau ne peut supporter qu'une seule fois sans sombrer dans la folie.

Ha, et merci à Nicolas pour ce conseil avisé en période de tempête.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 201 fois
1 apprécie

zardoz6704 a ajouté ce film à 1 liste La Créature de la mer hantée

  • Films
    Illustration Bouses à éviter

    Bouses à éviter

    Je les ai vus pour vous, et franchement, ne perdez pas votre temps. Ils vous mettront en colère, comme ils l'ont fait pour moi.

Autres actions de zardoz6704 La Créature de la mer hantée