👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Vu à de très nombreuses reprises étant gamin, je ne m’étais pas replongé dans ce classique depuis des lustres. Force est de constater que le résultat traverse plutôt bien les années. Bien entendu, les séquences les plus cultes et les plus drôles sont restées tellement ancrées dans les mémoires qu’elles ne surprennent plus autant et qu’elles ne font plus autant rire mais elles font partie intégrante du patrimoine culturel de notre cinéma. Le duo Bourvil – de Funès est un régal et l’opposition entre les deux n’est pas aussi marquée que dans mon souvenir. Leurs personnages ne sont pas si caricaturaux et leur relation est émaillée de moments surprenants qui enrichissent le jeu des deux acteurs (de Funès remontant, par exemple, le moral de Bourvil).

Le rythme, quant à lui, est particulièrement trépidant et bien mené. C’est une véritable comédie d’aventure, typique du cinéma de Gérard Oury. Cet exercice difficile, très américain, a souvent été imité en France mais rarement égalé même si la filmographie de Gérard Oury, certes plutôt inégale, en regorge. L’humour marque également par sa richesse. Très français (le côté Guignol, les quiproquos, le comique de mots), mais aussi très américain (le principe de la course-poursuite, le burlesque des citrouilles) et évidemment très anglais (avec ses trois parachutistes so British), il emporte tout sur son passage. Il est d’autant plus efficace que ses interprètes (et ses deux vedettes notamment) sont désopilants d’un bout à l’autre.

Bien entendu, le film ne manque pas de faiblesses. Le discours montrant des Français tous résistants (ce qui peut paraître étrange pour le personnage joué par de Funès), la bêtise des Boches (mais c’est le côté Guignol), une histoire qui semble s’achever en cours de route, des séquences trop téléphonées, des invraisemblances trop fortes par moments, mais c’est un film important. C’est un des premiers à explorer le contexte de la seconde Guerre Mondiale pour en rire. D’autres suivront sans jamais atteindre ce haut degré de pochade où, nous le savons bien, tous les petits Français n’étaient pas de braves Résistants et où tous les Boches n’étaient pas des imbéciles vociférant à tout bout de champ. Pour le coup, cependant, il est vraiment bon d’en rire.

il y a 6 mois

16 j'aime

8 commentaires

La Grande Vadrouille
SBoisse
8

C'est ça ton film culte...

Mache (10 ans), qu’en penses-tu ? C’est ça ton film culte ! (blanc) Papa, t’inquiète, je ne veux pas te faire de peine. Ce n’était pas drôle ? Si, c’est drôle. C’est tout. Oui. Développe. Hum. Je...

Lire la critique

il y a 4 ans

55 j'aime

21

La Grande Vadrouille
Hypérion
8

But alors you are french ?

"La grande Vadrouille", c'est mon enfance, ce sont des fous rires, c'est "thirty three" & "Tea for two", c'est Louis de Funès qui se déjouit des performances de son orchestre, c'est Bourvil et ses...

Lire la critique

il y a 10 ans

49 j'aime

5

La Grande Vadrouille
Grard_Rocher
9

Critique de La Grande Vadrouille par Gérard_Rocher

Au cours de cette année 1942, malgré l'occupation allemande, tout ne va pas si mal pour Augustin et Stanislas. Le premier est un brave peintre en bâtiment qui prend la vie comme elle vient et le...

Lire la critique

il y a 9 ans

49 j'aime

20

Astérix et le Griffon - Astérix, tome 39
Play-it-again-Sam
7

Le retour de la griffe Goscinny-Uderzo

Depuis la reprise de la série par Ferry et Conrad, nos amis gaulois avaient une sacrée gueule de bois. La disparition de René Goscinny avait déjà très sérieusement entamé la qualité des albums même...

Lire la critique

il y a 7 mois

20 j'aime

19

Le Grand Restaurant
Play-it-again-Sam
7

De Funès en salles et aux fourneaux

La première moitié du film est du pur de Funès. Pour une raison, d’abord, bien simple : c’est lui qui a quasiment écrit toute la première partie du film. Ce projet, qui lui tenait à cœur depuis de...

Lire la critique

il y a 9 mois

18 j'aime

9

Les Vikings
Play-it-again-Sam
7
Les Vikings

Par Odin !!!

Ce qui frappe d’emblée ici est le soin apporté à l’ensemble : des décors aux costumes en passant par les paysages, tout semble avoir été étudié à la perfection. L’immersion est à ce titre totale dans...

Lire la critique

il y a 5 mois

16 j'aime

12