👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

"La grande Vadrouille", c'est mon enfance, ce sont des fous rires, c'est "thirty three" & "Tea for two", c'est Louis de Funès qui se déjouit des performances de son orchestre, c'est Bourvil et ses pinceaux, c'est mon sempiternel refus de consommer des citrouilles car ce sont uniquement des projectiles à balancer aux allemands...

"La grande vadrouille", c'est le folklore mythologique d'une France résistante bon enfant face à l'envahisseur Teuton. Point de collaborateurs, points de privations ou de massacres, tout est terriblement sujet à la rigolade.

Et il faut bien l'avouer, qu'est ce qu'on rigole. Le tandem Funès / Bourvil est à son sommet pour ce film, chacun bénéficiant de scènes d'anthologies...

Toujours engoncé dans ses rôles de gentil méchant / méchant gentil, Louis de Funès interprète une partition exceptionnelle, ce chef d'orchestre virtuose dans ses crises de colères, ses caprices de chaussures, ses en-cas nocturnes, cette scène d'anthologie aux bains turcs..

Et Bourvil ! Son timbre de voix geignard se lamentant des tourments que lui impose Stanislas, à lui prendre ses chaussures ET son vélo, à tâcher les allemands, à s'inquiéter de son physique au coucher, qui s'interroge sur les westerns...

Louis de funès & Bourvil ; Augustin & Stanislas, c'est la réplique absolue "Y a pas d'hélice hélas -- C'est là qu'est l'os."

La réalisation n'est pas transcendante, mais qu'importe, revoir la scène de Louis de Funès maltraitant verbalement ses musiciens suffit à me redonner le moral pour une semaine au minimum.

Enfin, "La grande vadrouille" reste en proportion population/nombre de spectateurs en salles le plus grand succès du cinéma français, loin devant le "Bienvenus chez les Chtis" de Boon et "l'Astérix et Cléopatre" de Chabat.

Rien que pour ça, on se doit de chérir cette merveille nationale du cinéma franchouillard, et prendre le temps de léguer le tout aux générations futures.
La Grande Vadrouille
SBoisse
8

C'est ça ton film culte...

Mache (10 ans), qu’en penses-tu ? C’est ça ton film culte ! (blanc) Papa, t’inquiète, je ne veux pas te faire de peine. Ce n’était pas drôle ? Si, c’est drôle. C’est tout. Oui. Développe. Hum. Je...

Lire la critique

il y a 4 ans

55 j'aime

21

La Grande Vadrouille
Hypérion
8

But alors you are french ?

"La grande Vadrouille", c'est mon enfance, ce sont des fous rires, c'est "thirty three" & "Tea for two", c'est Louis de Funès qui se déjouit des performances de son orchestre, c'est Bourvil et ses...

Lire la critique

il y a 10 ans

49 j'aime

5

La Grande Vadrouille
Grard_Rocher
9

Critique de La Grande Vadrouille par Gérard_Rocher

Au cours de cette année 1942, malgré l'occupation allemande, tout ne va pas si mal pour Augustin et Stanislas. Le premier est un brave peintre en bâtiment qui prend la vie comme elle vient et le...

Lire la critique

il y a 9 ans

49 j'aime

20

Princesse Mononoké
Hypérion
10

Un Miyazaki terrestre et mélancolique

Princesse Mononoké est un film à part dans la carrière de Miyazaki, une étape autant qu'une sorte de testament de son art. C'est peut être ce qui en fait l'un de ces films les plus adulés parmi ses...

Lire la critique

il y a 11 ans

450 j'aime

80

Le vent se lève
Hypérion
9

L'histoire d'un formidable égoïste

Le vent se lève, il faut tenter de vivre est définitivement un film à part dans la filmographie de Hayao Miyazaki, pour moult raisons que j'aurais bien du mal à évoquer de façon cohérente en un...

Lire la critique

il y a 8 ans

409 j'aime

34

Kaamelott
Hypérion
9
Kaamelott

Alexandre Astier, héros des temps télévisuels modernes

Alexandre Astier est remarquablement similaire à son personnage Arthur. Comme Arthur, il est responsable de tout (Roi du royaume / responsable scénario, musique, production, dialogues, direction,...

Lire la critique

il y a 11 ans

364 j'aime

57