Chat de Riviera sur un toit brûlant

Avis sur La Main au collet

Avatar 270345
Critique publiée par le

Bon, ce n'est pas le meilleur film d'Hitchcock, mais il surprend... Pas de huis clos ni de scènes intimistes genre Psychose où les oiseaux ! Ici, vive les extérieurs de la côte d'Azur, et le grand spectacle genre Bal masqué organisé par et pour la haute société niçoise. Et le grand Albert ne crachait pas sur les moyens pour rendre encore plus attractive sa réalisation : location d'hélicoptère qui nous permet des vues superbes sous le soleil, utilisation de la Vistavision... Quézaco ? Un procédé de défilement des images qui se voulait concurrent du Cinémascope mais qui fut rapidement abandonné... Par contre, le maître du suspense munissait ses objectifs d'un filtre vert pour atténuer le bleu trop criard des pellicules. Le grand maître savait joindre l'utile à l'agréable : avant le tournage, il avait fait un régime alimentaire préalablement à son parcours le menant sur les lieux du tournage. Et pris un train de sénateur pour y arriver, se ménageant des étapes dans les villes où se trouvaient les meilleurs restaurants gastronomiques !
Ici, pas de suspense non plus mais le goût du vertige, fil conducteur de s "Sueurs froides" ou encore "La mort aux trousses" On se croirait dans un film d'Arsène Lupin : un cambrioleur exécute ses forfaits en passant par les toits et doit à cette méthode d'être surnommé "le chat" ! Il a fini par se reconvertir, mais voilà ; quelqu'un se faut passer pour lui en utilisant ses méthodes ! Cha alors ! L'ancien vrai va donc chercher pour se disculper à trouver son siamois...
C'est vif, rythmé, et inondé de soleil et de belles imageS.
De belles femmes aussi ! Hitchcock retrouve dans ce film son actrice fétiche : Grace Kelly, qui n'hésitait pas à sélectionner rigoureusement ses rôles. Quand elle a tourné ce film, elle n'imaginait certainement pas quand le présentant à Monaco l'année de sa sortie, elle allait faire la connaissance du Prince Rainier dont elle allait faire la connaissance et devenir la femme, et mère du trône héritier.
La main au collet allait devenir un conte de fées : la main dans la main...
On raconte aussi que myope, l'actrice emmène à un certain moment Cary Grant dans son cabriolet décapotable et devait rouler vite avant de freiner au ras d'un précipice. Durant ces scènes, chacun était mort de trouille. Prémonitoire ? C'est dans ces circonstances que la princesse trouva la mort dans un accident de voiture...
Revenons à Cary Grant qu'Hitchcock a dû convaincre d'abandonner une semi-retraite pour réaliser ce film. Si le maître du suspense haïssait les acteurs, il avait une considération particulière pour Cary Grant... Il réalise même amaigri (voir plus haut les raisons) un caméo en étant à ses côtés à l'arrière d'un vieux bus. Dans ce casting très réussi on peut découvrir un français :Charles Vanel... Hitchcock était friand de ce type de silhouette.
A l'époque, le réalisateur remplissait les salles ! Pas moins de 3,3 MM de spectateur se sont rués dans les salles...
Arte le 07.04.2019

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 75 fois
1 apprécie

Autres actions de 270345 La Main au collet