Ape-pocalypse now: critique de la Planète des Singes - Suprématie

Avis sur La Planète des singes : Suprématie

Avatar sdtheking
Critique publiée par le

Le dernier volet de la saga de la planète des singes est un très grand film, Matt Reeves délivre tout son potentiel pour nous livrer le meilleur opus de la saga et ainsi finir dignement cette saga déjà très bonne. En effet, Matt Reeves nous pond un film qui se révèle être à la fois un film de guerre et d'action impressionnant, mais aussi un film dramatique plein de sagesse, ou encore un thriller sombre.
Plébiscité par la critique et attendu au tournant, Matt Reeves régale avec cet ultime opus de la Planète des Singes. Il signe ici un blockbuster qui diffère des autres de part son intelligence. Andy Serkis (qui joue César) est bien entendu toujours aussi bon dans son rôle, les autres singes sont très bien faits, tellement bien fait qu'un côté humain ressort. Les scènes d'actions sont dantesques, gros coup de cœur de ma part pour la scène d'introduction ainsi que la bataille à la fin qui prend des proportions de fin du monde, c'est hallucinant et époustouflant. La réalisation du film est impeccable, au lieu d'avoir un seul film, le réalisateur prend soin grâce à un esthétisme et une ost particulière de nous montrer trois films en un seul comme je l'ai dit précédemment.

En effet, l'on rentre directement dans l'action, dans la guerre puis le ton redescend pour devenir plus calme mais sans tomber dans l'ennui, parfois dans des longueurs, mais jamais dans l'ennui. Puis après l'action, la guerre, on reste dans un climat délicat, terrifiant, les singes sont pourchassé, on le ressent, et le film bascule tout doucement et parfaitement vers le dramatique pour se finir par du thriller et de la guerre. Tout cela se fait par les changements de ton et d'atmosphère très influencé par la qualité esthétique du film.Tout au long du film on retrouve une ambiance froide, sombre, voir apocalyptique.

L’esthétique et la photo sont grandiose, mélangé à cela les décors dans la neige qui accentue l'ambiance froide et sombre avec les couleurs, c'est juste génial. Le début avec le côté humide des forêts apporte une vision parfaite de guerre, les couleurs froide, brutale, tout cela accentué par les petits mots inscrit sur les casque des soldats humains tel que « tueurs de singes », il n'en faut pas plus pour nous mettre dans l'ambiance. Puis l'épopée de la vengeance dans la neige, on est toujours dans ce côté froid, sombre, c'est la continuité parfaite de cette guerre, de ce début. La partie thriller dans la prison, qui est pareil, dans la neige mais avec en plus les couleurs de métal, avec quelques rouges dans les pavillons qui rajoute un petit coté violent ou monstrueux à la froideur déjà présente avant. La fin d'une tonalité allant de plus en plus vers le coloré apporte une nouvelle vie, un nouveau départ. Les ruptures des couleurs/ambiances et thèmes marquent encore plus les scènes, leurs actions et l'émotion, déjà très présente à la fin. Le film trace son intrigue avec, parfois, des proportions quasi biblique pour expliquer la genèse des singes et le déclin de l'humanité, c'est assez logique, très bien fait et très beau.

Dans ce film il y a une nouveauté, une petite touche d'humour qui est tout de même maîtrisée mais qui peut parfois voler la vedette à des émotions issues de la continuité de scène très belles et impressionnantes. L'humour réduit parfois le ton froid, sombre et profondément brutal. Au final le film reste dans une ligne directionnelle niveau ton ne vacillant pas trop vers le pas assez ou le exagéré, c'est convenable, parfois excellent, et parfois on sent un petit manque mais cela est vite compensé par de très grandes scènes. Grâce à ses scènes d'humour le film garde une certaine humanité ici représenté plus par les singes que par l'Homme.

En effet, on est en droit de se poser la question suivante, qui est le primate et qui est l'Homme ? On a un fort attachement aux singes, plus humains que les hommes eux même, ils possèdent une réelle identité, on a un très bon développement (humain comme singes bien évidemment) et la touche d'humour apportée donne certes, plus d'humanité aux singes, mais en échange de la continuité d'une ambiance quasi apocalyptique.

La musique quant à elle, est très bien orchestrée, parfois on se perd un peu dans certains thèmes, semblant inadaptés, notamment lors de la deuxième partie (épopée vengeance). Sinon le reste de la BO est très bonne, bien accordée et forte en émotion, notamment au début de la seconde partie et durant toute la fin. Dans la prison, certains thèmes changent le ton pour le rendre en accord avec des scènes d'évasion, cela est assez logique avec les scènes, mais ramène une ambiance plus faible, moins brutale, parfois en désaccord avec l'ambiance déjà installé.

Il faut aussi noter la présence de très très bon dialogues, réussi et intelligent notamment le monologue de Woody Harrelson qui est aussi parfait que sa performance. Le scénario est génial, il est bien ficelé même s'il use parfois de quelques facilités mais sinon il est très bien adapté à tout le reste. De plus, cette intrigue permet de faire des liens avec le film original, mis à part le personnage de Nova, il y en a beaucoup d'autres qui sont dissimilés subtilement dans le film sans trop le gêner.

Donc ce film de part ses nombreuses qualités termine dignement cette trilogie, créant ainsi les liens pour le lier au film original de 1968, des liens qui vont sûrement raviver le bonheur des fans des premières heures.

Emouvant, puissant et maîtrisé, cette saga se termine en Ape-pothéose avec cet ultime volet.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 309 fois
3 apprécient

sdtheking a ajouté ce film à 3 listes La Planète des singes : Suprématie

Autres actions de sdtheking La Planète des singes : Suprématie