👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

La fin un peu longue et moins surprenante mais toujours réussie d'une belle trilogie.

Dans un été (ou même une période serait-on tenté de dire) où tous les blockbusters se ressemblent et où on a l’impression d’arriver dans un système en surchauffe où règnent remakes, suites, reboots ou autre prequelles, cette trilogie antérieure chronologiquement à l’œuvre initiale de « La Planète des singes » de Schaffner est une réussite qui se clôture plutôt en beauté même si ce dernier volet est peut-être le plus faible. Une belle trilogie de films qui nous a amené à comprendre comment les singes ont pris le contrôle de la planète. Cependant celui-ci est certainement le moins impressionnant, ou plutôt le moins surprenant des trois. « La Planète des singes, suprématie » fait près de deux heures et vingt minutes et au vu de son récit, somme toute assez simple et direct, il aurait pu facilement faire trente minutes de moins. Cela aurait moins fait traîner le récit en longueur et l’aurait rendu plus tendu.

De plus, cet opus privilégie le drame à l’action, ce qui n’est pas forcément un tort surtout qu’on le droit à de très beaux moments empreints de tragédie familiale ou d’émotion pure. A ce titre, le personnage de la petite fille muette est un plus non négligeable qui véhicule beaucoup de sentiments et même de larmes comme lors de la scène avec la fleur. Mais ce n’est pas une raison pour délaisser les morceaux de bravoure et les scènes d’action, et c’est là que le bât blesse un petit peu. Hormis la scène d’ouverture et le dernier quart d’heure efficaces mais qui ne resteront pas inoubliables (comparés, par exemple, au duel final sur le pont de San Francisco dans le premier opus), il y a peu d’action dans ce troisième volet et ça joue un peu sur le rythme général. Sur un blockbuster de cette trempe c’est un peu dommage qu’un gros combat ou une belle cascade en milieu de récit ne vienne pas donner encore plus de nerf à l’ensemble.

En revanche, la précision et la magnificence des effets spéciaux pour le réalisme des singes est ici poussé à son apogée. C’est tout à fait bluffant, on les croirait vraiment l’égal des humains dans leurs expressions faciales, leurs mouvements et même leurs sentiments. Comme dans les précédents chapitres, il y a ici des questionnements moraux intéressants qui sont développés, des questionnements qui rendent « La Planète des singes, suprématie » plus intelligent que la moyenne des blockbusters actuels et sont en phase avec certains événements de notre époque. Dommage qu’ils ne soient pas encore plus poussés, cela aurait rendu le film encore plus fort. Ce volet emprunte à beaucoup de genres, que ce soit le western, le film de guerre à la « Apocalypse Now » (hommage peut-être un peu trop poussé avec le personnage du colonel) ou même au film d’évasion. D’ailleurs cette dernière partie souffre d’invraisemblances, difficile de croire en effet qu’aucun soldat ne voit les primates s’enfuir. Une conclusion de haute tenue et bien au-dessus de la moyenne du genre mais en deçà du bouquet final espéré.

JorikVesperhaven
7

il y a 5 ans

2 j'aime

La Planète des singes - Suprématie
Nez-Cassé
9

We are the beginning ! And the end !

Wow. Et bien, je ne m'attendais pas à ça du tout à vrai dire. Tous les retours que j'avais eu du film étaient très bons, et à en voir les notes de mes éclaireurs, le film ne pouvait qu'être super. Je...

Lire la critique

il y a 5 ans

65 j'aime

10

La Planète des singes - Suprématie
Sergent_Pepper
5

The looooooong goodbye.

Dans la cohorte infinie des franchises, conclure une trilogie ou une saga est devenu un sous genre en soi : il s’agira d’être solennel, de poser les jalons d’un dénouement (qui, dans les prequel,...

Lire la critique

il y a 5 ans

63 j'aime

9

La Planète des singes - Suprématie
Rcan
9

La Planète des singes : L'apothéose

Ultime volet de cette superbe trilogie, "Suprématie" met à mal bons nombres de blockbusters. Les 2 précédents films étaient déjà de très belles réussites malgré des défauts évidents, mais ce dernier...

Lire la critique

il y a 5 ans

51 j'aime

6

First Man - Le Premier Homme sur la Lune
JorikVesperhaven
4

Chazelle se loupe avec cette évocation froide et ennuyeuse d'où ne surnage aucune émotion.

On se sent toujours un peu bête lorsqu’on fait partie des seuls à ne pas avoir aimé un film jugé à la quasi unanimité excellent voire proche du chef-d’œuvre, et cela par les critiques comme par une...

Lire la critique

il y a 3 ans

77 j'aime

12

Once Upon a Time... in Hollywood
JorikVesperhaven
5

Tarantino déçoit avec cette belle et clinquante reconstitution bien trop longue et qui ne va nulle p

On l’attendait comme le Messie ce neuvième film de Quentin Tarantino, son avant-dernier s’il maintient ses dires, surtout vu le duo en tête d’affiche qu’il nous propose. En effet, il recrute deux des...

Lire la critique

il y a 3 ans

69 j'aime

15

Don't Look Up - Déni cosmique
JorikVesperhaven
9

Féroce, subversive et totalement jouissive, une satire au casting caviar synthétisant notre époque m

Un superbe cadeau de Noël cinématographique vient de tomber du ciel! C’est le cas de le dire et il tout autant corsé que génialement satisfaisant. Et c’est sur la plus célèbre plateforme de streaming...

Lire la critique

il y a 5 mois

63 j'aime

3