👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Je me suis rappelé qu'il fallait que je voie La proie lors de la séance de dédicace de l'équipe de Starfix où j'ai parlé avec François Cognard de Maléfique, film génial, et qu'on a dérivé sur les autres réalisations d'Eric Valette depuis. Me suis rendu compte que malgré ma foi en ce réalisateur, je n'avais vu qu'un seul de ses longs-métrages.
Je me souviens encore de cette discussion que j'avais eu le jour de la sortie de Scream 4, où l'on évoquait les films à voir au cinéma. Quelqu'un a cité "La proie", et sans être allé le voir, et sans l'avoir vu avant aujourd'hui carrément, j'ai dit qu'il fallait aller le voir. "Parce que c'est par le mec qui a fait Maléfique et que rien que pour ça je le défends", j'avais dû dire un truc comme ça. C'est vrai que je place beaucoup de confiance en ce réalisateur en n'ayant vu que Maléfique et les deux courts-métrages visibles sur le DVD de ce dernier. Mais pour moi Maléfique est le meilleur film d'horreur/fantastique français que j'ai vu, et j'ai vu de bonnes choses dans l'avenir d'Eric Valette, s'il continuait ainsi.
Je crois que depuis toutes ces années, j'attendais le bon film, celui qui pourrait ressembler à Maléfique. Et si je n'en ai vu aucun autre de Valette depuis, c'est parce qu'il a sorti un thriller politique qui ne m'intéresse pas, et deux films US dont on dit bien du mal. Et je me rappelle maintenant que son épisode sur la série Sable noir m'avait déplu.
Un producteur qu'on avait vu intervenir en cours avait évoqué un projet de Valette, un truc d'héroïnes lesbiennes qui chassent des loup-garous, ou un truc comme ça (ou alors je l'ai fantasmé, mais en gros c'est ça). Et il lui avait dit que ce n'était pas faisable. Depuis, je vois Valette comme le mec qui ne peut faire du film fantastique fun dans son pays. Peut-être que je me trompe.
Mais La proie semblait être celui le plus apte à se rapprocher de ce que j'attendais ; à défaut d'un film d'horreur/fantastique, un film d'action n'était pas de refus.

Le début du film nous offre la surprise, après une séquence au générique, de placer l'action en prison. Ca ne peut que rappeler Maléfique, qui commençait avec une même idée, moins bien exploitée toutefois. Et en plus, on retrouve dans La proie l'acteur qui jouait Pâquerette.
La comparaison entre les deux films est comme forcée pour moi, ainsi je peux dire que les informations sur les prisonniers sont distribuées moins naturellement dans La proie, contrairement à Maléfique où c'était admirable de constater comme on en apprenait sur les personnages, l'air de rien. Maurel, le codétenu du personnage principal, dit aux gardiens qu'il ne peut sortir, ce à quoi l'un répond qu'il fallait y penser avant de "sauter sur cette fille". Et plusieurs prisonniers font allusion à cet intérêt pour les enfants.
C'est pratique, mais notre héros, Franck Adrien, trouve un carnet indiquant que Maurel est innocent juste avant la scène où il va subir la colère d'autres prisonniers par rapport à cet acte. Le film n'est pas en manque de ce genre de hasards, concentrant pleins d'évènements et de coïncidences en une même scène.
Tout le début du film en prison est appréciable. Je trouve déjà bien le parti pris de faire durer ce séjour en cellule, avant de présenter les personnages de la traque qui s'ensuivra avec l'évasion. L'ambiance en prison marche bien aussi, maintenant une dureté et un sentiment de danger. J'ai plusieurs fois eu peur pour les personnages, mais heureusement Frank, joué par Dupontel, se révèle être une sorte de surhomme. Tant mieux pour lui.

Malgré ce qu'en disait Cognard, j'avais trouvé que c'était bien écrit. Ca m'a marqué dans les scènes de parloir, avec la caractérisation des personnages qui s'y renforce : le couple du pédophile présumé qui veut un enfant, le héros qui refuse que sa fille le voie comme un taulard, ...
J'ai changé d'avis plus tard. Le policier qui vient voir Frank et lui raconte sa vie au bout de 5mn, l'incendie chez lui, la mort de sa femme, ... c'est pas trop crédible.
L'évasion express de Frank qui enfile tout simplement un costume de gardien en baissant la tête, non plus.
La fusillade dans l'appart parisien où le décor et l'attitude du gangster qui tire partout font tous deux penser à Scarface, c'est limite, mais on peut se dire que dans le délire...
J'étais un peu préparé à ce que le film soit dans son délire justement, puisqu'on avait comparé à du Tex Avery une des fuites du héros. Mais même avec ça en tête, j'ai eu du mal avec son passage par la fenêtre, son atterrissage sur un véhicule, suivi immédiatement d'une course-poursuite où il gagne, ... D'ici à la fin du film, il se sera aussi fait tirer dessus à trois reprises, dont deux fois avec des fusils, aura chuté d'une falaise, mais ce n'est pas grave.
Et finalement, les personnages sont écrits n'importe comment.
La façon dont est présenté le couple de kidnappeurs est ridicule : la femme se tourne vers la petite fille en disant à son mari "Merci de me l'avoir donnée".
Les motivations des personnages ne sont par ailleurs pas du tout crédibles, et eux sont inconsistants. Il y a ce couple qui veut un enfant et le vole au héros, et pourtant le mari menace de tuer la fille si l'autre se ramène. La femme, en remerciement pour lui avoir trouvé une enfant, l'aide à assouvir ses penchants pédophiles avec une autre jeune fille. Et le mari, qui a un air de Ned Flanders du Sud de la France, finit par tuer des gens comme si c'était rien, en passant dans leur jardin, comme ça quoi.

L'enquête, elle finit par ressembler à celle d'une série de TF1, mais essentiellement à cause de ces personnages de policiers grotesques. On en a un qui est catégorisé comme étant le gay de service dès sa première apparition.
Le personnage de la flic qu'on prend pour une prostituée pour la première fois alors qu'elle est sous couverture et se révèle être une femme forte peu après aurait pu être intéressant, mais Alice Taglioni n'est pas crédible. Et elle ne joue pas très bien. Bon, elle est belle, certes, mais elle ne joue pas très bien.
(au passage, elle jouait dans Brocéliande, film d'un autre ancien de Starfix ; tout est lié !)
Une autre idée qui aurait pu être bonne, mais qui finit par être gâchée par un film auquel on ne croit pas, c'est celle de la fille du héros qui a des problèmes de locution. Bon, on s'attendait au premier mot qu'elle prononcerait dans le film, mais c'était pas trop mal quand même.

Côté réalisation, Eric Valette est bon, et se démarque seulement de temps à autre par quelques éléments qui sortent de l'ordinaire : un plan subjectif du personnage étranglé avec un sac plastique, un plan où l'on est dans l'intériorité du personnage assourdi et assommé, ... Rien de bien plus original que ça, mais c'est correct.
Ce qui peut sortir du lot, c'est ce gros plan sur le flingue que Frank pose sur un bureau alors que jusque là il tenait un homme en joue, ça instaure une tension car on croit que l'autre va saisir l'arme... ce qui n'arrive pas. Bonne idée.
Ce qui va pas, c'est ce cliché du plan débullé pour représenter la démence d'un personnage, truc grossier depuis la série Batman des années 60.
Comme pour le reste, c'est bien au début, mais après il y a pleins de choix étranges ou erreurs désolantes : un cri Wilhelm replacé de façon totalement ratée ; les pieds de l'équipe vus dans des lunettes de soleil ; et puis ce choix d'une colorimétrie toute grise complètement immonde dans toute une séquence vers la fin, pour représenter l'approche de l'aube. Immonde !

J'étais préparé à La proie, sachant ce que je ne devais pas en attendre, même si je tenais toujours à le voir. Ca commençait plutôt bien, mais finalement, non, ce n'est pas un bon film.
Je pense toujours qu'Eric Valette est capable de grandes choses, je vais juste continuer d'attendre son prochain grand film. Et peut-être voir Une affaire d'Etat si ça tarde trop.

il y a 10 ans

3 j'aime

La Proie
SanFelice
7
La Proie

Dupontel, cheveux au vent

Frank est en prison pour braquage. Il n'a plus que pour quelques mois à tirer. Alors, bien sûr, c'est tendu, comme dans toutes les prisons. Surtout que son compagnon de cellule, Jean-Louis, est un...

Lire la critique

il y a 9 ans

20 j'aime

14

La Proie
NicoBax
2
La Proie

Critique de La Proie par NicoBax

Encore un film où Dupontel joue un ténébreux taiseux mais déterminé, aux prises avec une machination qui peut lui coûter sa vie et sa famille. Le souci, c'est que c'est tourné comme un (bon) téléfilm...

Lire la critique

il y a 10 ans

15 j'aime

3

La Proie
Utopia
3
La Proie

9 euros 90 de nullité

C'est le prix que m'a coûté la place pour voir ce film. Merci Gaumont, de pas me faire passer en Scolaire à 10h du soir, alors que j'ai une carte d'identité montrant que j'ai 17 ans et une tête qui...

Lire la critique

il y a 11 ans

12 j'aime

5

Breaking Bad
Fry3000
4
Breaking Bad

Le daron de la drogue

En dépit de tout le bien que je lisais ou entendais de toutes parts sur la série, c’est suite à la lecture, il y a presque deux ans, de la fameuse lettre totalement élogieuse d’Anthony Hopkins...

Lire la critique

il y a 7 ans

52 j'aime

60

Mr. Robot
Fry3000
4
Mr. Robot

L'hacker a ses raisons (Saison 1)

Spoilers ahead. Je suis du genre à me méfier des séries qui font le buzz ; ce n'est que lorsque l'enthousiasme des débuts retombe et que les avis sont plus variés qu'on peut se faire une meilleure...

Lire la critique

il y a 5 ans

51 j'aime

1

Couche-moi dans le sable et fais jaillir ton pétrole
Fry3000
1

Critique de Couche-moi dans le sable et fais jaillir ton pétrole par Wykydtron IV

"Couche-moi dans le sable et fais jaillir ton pétrole", voilà un titre plutôt "connu", mais si insolite que beaucoup doivent ignorer que ce film existe vraiment. Encore moins nombreux sont ceux qui...

Lire la critique

il y a 7 ans

48 j'aime

12