Le crépuscule des idoles

Avis sur La Rose et la Flèche

Avatar Hyunkel
Critique publiée par le

Entre Errol Flynn et Kevin Costner (nous somme d'accord que Russell Crowe n'a jamais campé Robin des bois...), le justicier anglais a été incarné par Sean Connery lui même, qui reviendra d'ailleurs plus de dix ans après dans la forêt de Sherwood sous les traits de Richard Coeur-de-lion. Un film de cape et d'épée loin des canons habituels du genre.

Richard Lester est un habitué du genre, ayant pondu Les Trois Mousquetaires et sa suite On l'appelait Milady juste trois ans auparavant. Sa reconstitution du mythe de l'homme qui volait aux riches est assez loin de l'image du héros chevaleresque que l'on a pu s'en faire après les productions de Flynn, ou la version de Disney, pour ne citer que celles-ci.

Ici, la reproduction de l'époque transpire le réalisme, une image assez crasseuse en fait. Les hommes ne portent pas de pantalons, les paysans pataugent dans la boue et les combats à l'épée sont généralement courts et violents, très éloignés de l'image d'Epinal du duel durant plus d'un quart d'heure. Le spectateur est confronté de façon brutale à la fin de vie d'un homme finalement comme les autres, incapable de se faire à l'idée que les plus belles années de sa vie sont désormais derrière lui.

Ce réalisme brut est peut être dû aussi à un manque de budget, en tout cas on ne peut pas dire que le film transpire la super production. Les décors sont simples voire sommaires, les accessoires font parfois franchement cheap, et les plans souvent serrés autour des acteurs, comme pour mettre en valeur ce qui a sans doute coûté le plus cher aux producteurs.

Car, de ce côté là, il y a du beau monde. Le couple Robin Marianne est interprété avec panache par Sean Connery, sans doute le seul acteur capable d'assumer avec classe les aspects presque beauf de son personnage, et Audrey Hepburn, qui porte avec majesté et dignité les années de la belle. On retrouve aussi l'excellent Robert Shaw, superbe Shérif de Nottingham, Richard Harris en souverain déchu ainsi que Ian Holm, futur Bilbo, dans une apparition en tant que Jean Sans Terre.

Une relecture du mythe de Robin des bois au réalisme cru et à la désuétude assumée, film de cape et d'épée à nul autre pareil.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1149 fois
7 apprécient

Hyunkel a ajouté ce film à 1 liste La Rose et la Flèche

Autres actions de Hyunkel La Rose et la Flèche