Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Après Carnage Polanski réitère dans le huis clos et enferme Mathieu Amalric et Emmanuelle Seigner dans un théâtre.
Amalric incarne un auteur, qui s’apprête à mettre en scène, pour sa première fois, une adaptation de la vénus à la fourrure, roman érotique de Leopold von Sacher-Masoch.
Seigner joue une actrice qui vient passer le casting pour le rôle principal.
Le problème principal du film, très agréable et plutôt amusant au demeurant, c’est qu’il ne propose rien de véritablement neuf, ni dans ce qu’il aborde, ni dans la façon de le mettre en scène.
On sent que Polanski s’en fout un peu, et enchaine avec une deuxième récréation, pour lui, mais aussi pour les acteurs qui semblent prendre un vrai plaisir, communicatif, à jouer.
C’est avant tout un film sur le basculement ou sur le retournement. Basculement de la réalité au jeu, basculement des rapports dominants/dominés, basculement comportemental des personnages : Seigner hystérique, complètement déjantée lorsqu’elle est à la ville dans le film, devient totalement imprégnée par son rôle, juste et sobre lorsqu’elle se met à jouer. A contrario, Amalric, sérieux, professoral dans son rôle de metteur en scène, déborde dès qu’il se met à jouer.
Basculement sexuel, basculement machiste/féministe, homme/femme,… bref, le film n’est fait que de ça. Y compris au niveau de la mise en scène, de son évolution, et de l’utilisation des clairs-obscurs.
En cela Polanski ne se limite heureusement pas à du bête théâtre filmé et le film se dérègle s’habillant peu à peu d’une étrangeté et d’une folie, comme si Seigner déteignait sur les décors.
Loin d’être un grand Polanski, mais un petit truc plaisant.
Teklow13
6
Écrit par

Créée

le 29 mai 2013

Critique lue 881 fois

5 j'aime

2 commentaires

Teklow13

Écrit par

Critique lue 881 fois

5
2

D'autres avis sur La Vénus à la fourrure

La Vénus à la fourrure
Rawi
8

Quand "Je" est un "Jeu"...

Polanski est un réalisateur aux multiples facettes. Ici, dès les premières minutes, avec cette avancée dans la pluvieuse avenue parisienne jusqu'à l'entrée du théâtre on est dans le mystère...

Par

le 4 déc. 2013

52 j'aime

6

La Vénus à la fourrure
Grard-Rocher
9

Critique de La Vénus à la fourrure par Gérard Rocher La Fête de l'Art

Thomas est un metteur en scène peu chanceux car toute la journée il n'a cessé de faire passer des auditions afin de trouver une comédienne pour sa nouvelle pièce : une adaptation très personnelle de...

51 j'aime

35

La Vénus à la fourrure
Kenshin
9

Genre!

Il fallait bien clôturer cette année filmique, faire comme si tout n'était pas un éternel recommencement, ou plutôt une suite sans fin. Marquer un début, marquer une fin. Voilà donc le dernier film...

le 31 déc. 2013

46 j'aime

19

Du même critique

Amour
Teklow13
8

Critique de Amour par Teklow13

Il y a l'amour qui nait, celui qui perdure, celui qui disparait, et puis il y a celui qui s'éteint, ou en tout cas qui s'évapore physiquement. Si certains cinéastes, Borzage, Hathaway, ont choisi de...

le 22 mai 2012

88 j'aime

11

Mud - Sur les rives du Mississippi
Teklow13
5

Critique de Mud - Sur les rives du Mississippi par Teklow13

J'aime le début du film, qui débute comme un conte initiatique. Nichols parvient à retranscrire d'une jolie façon le besoin d'aventure, de mystère, de secret que l'on peut ressentir durant l'enfance...

le 31 mai 2012

56 j'aime

4

Les Amants passagers
Teklow13
2

Critique de Les Amants passagers par Teklow13

Le film possède une dimension métaphorique et repose sur une image politique plutôt intéressante même si déjà rabattue, à savoir assimiler un avion à la société actuelle, en premier lieu la société...

le 26 mars 2013

55 j'aime

4