👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Il faut, une fois pour toute, que je justifie ce dix, ce coeur, et cette place un peu malhonnête en tête de mon top film. En effet, ce film n'a pas les épaules (encore que c'est plus des jambes qu'il lui faudrait) pour regarder de haut Kurosawa, Herzog ou Wenders.

- That's an endangered species at most. What would be the scientific purpose of killing it?
- Revenge.

J'aime ce film réalisé au millimètre, cette précision, ce goût des détails qui se glissent partout jusque dans les petits crabes berlingo réalisé par Henry Sellick. J'aime ce côté "fake", les plantes marines, les poissons étranges, les claquements de doigts au fond de la mer, le petit sous-marin jaune largement quinze places. Le bâteau lui-même sonne faux, mais la présentation au départ en est drôle et un peu magique.

J'aime les acteurs, Bill Muray en premier, qui est parfait, en commandant Cousteau lâche, vieux, embarqué par orgueil et ennui dans un dernier voyage aussi vain que sa vie dont on croise des restes de ci, de là. Owen Wilson, Cate Blanchet, Willem Defoe, Angelica Huston y sont très bien aussi, ainsi que le second rôle, que demander de mieux ?

J'aime la musique aussi, entre Sigur Ros et Bowie jusque dans ces reprises en portugais parfaitement collées aux images.

J'aime les changement plans trop rapides pour des détails, un orque qui bondit hors de l'eau, une paire d'Adidas, les effets de lumière qui jouent sur les ambiances. Les scènes qui trainent sur la musique, le temps d'fumer une cigarette.

Et puis, évidemment, il y a l'histoire de famille, de père, principalement. Des enfants perdus qui cherchent un père, une future mère qui cherche un père pour son fils, et un héros qui a "toujours détester les pères et jamais voulu en être un".

Une conclusion à tout ça ? J'laisse le dix, j'laisse le coeur, et ce film reste tout en haut de mon top film. J'ai vu ce film bien plus que tous les autres, et chaque fois il me rend étrangement triste, mélancolique. Il y a quelque chose de plus que touchant que je n'explique pas encore.

- Goodbye Steeve.
- Don't say that. Even if it's true, don't say that. It's too painful.
- What do you want me to say?
- Say "Bon voyage".
JZD
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes A force, je les connais par coeur !, Claque !, Top 7 acteur : Bill Murray !, Les films pour s'endormir ! et Top 7.. Tristesse.

il y a 11 ans

157 j'aime

26 commentaires

La Vie aquatique
real_folk_blues
7

Comme quoi on peut faire un film avec 3 francs Zissou

Il est des films qui vous rappellent ce qu'est le cinéma à la base. Je ne parle pas de Cinéma avec un grand « C » comme Cahier du Cinéma. Je parle d'une machine à fantasme, d'une machine à trucs,...

Lire la critique

il y a 10 ans

131 j'aime

39

La Vie aquatique
Sergent_Pepper
7

L’odyssée de l’impasse.

L’une des raisons qui fait que Wes Anderson cristallise des réactions aussi tranchées à son endroit réside notamment dans son rapport à l’insolite. Brandi ici comme une pose un peu étouffante, il...

Lire la critique

il y a 7 ans

68 j'aime

9

La Vie aquatique
Gwimdor
8

Bill Cousteau, raconte moi une histoire !

Demain le messie arrive, le nouveau Wes Anderson, film que j'attends le plus cette année et qui me hante chaque jour un peu plus en contemplant les différentes affiches. L'occasion de me replonger...

Lire la critique

il y a 8 ans

60 j'aime

7

Malcolm
JZD
10
Malcolm

Critique de Malcolm par J. Z. D.

Francis qui veut pas travailler ! La peluche bleue qui parle à Dewey, et Reese pom-pom-boy ! Les microbes qui veulent entrer dans ses yeux ! Les objets s'évanouissent à proximité de Al ! Les nouveaux...

Lire la critique

il y a 11 ans

177 j'aime

35

La Vie aquatique
JZD
10

Critique de La Vie aquatique par J. Z. D.

Il faut, une fois pour toute, que je justifie ce dix, ce coeur, et cette place un peu malhonnête en tête de mon top film. En effet, ce film n'a pas les épaules (encore que c'est plus des jambes qu'il...

Lire la critique

il y a 11 ans

157 j'aime

26

The Grand Budapest Hotel
JZD
8

The Budapest Hotel.

Inlassablement, le cinéma de Wes Anderson est parfait. Il est même de plus en plus parfait. Et pourtant, je ne suis pas sûr d'aimer de plus en plus ces films. Déjà, depuis un moment, ses notes...

Lire la critique

il y a 8 ans

105 j'aime

9