La vie d'Abdel

Avis sur La Vie d'Adèle : Chapitres 1 et 2

Avatar thetchaff
Critique publiée par le

J'ai du mal à décrire ce qui me fait apprécier ce film, et surtout à trouver quel est son meilleur public. Car les critiques qui lui reprochent de n'aller nulle part ont raison : en dehors de son début où Adèle se cherche, on ne peut pas dire que le film s'intéresse réellement aux relations homosexuelles et à ce qui en découle. Et encore, ce qui m'a plu dans cette partie n'est qu'une retranscription telle quelle de la BD, bien plus attachante à tous les niveaux. D'ailleurs une amie bisexuelle m'a dit qu'elle détestait le film qui faisait une très mauvaise représentation de l'homosexualité, je ne peux pas m'engager là-dessus (je ne suis jamais allé à la Pride ni dans un bar gay) mais j'ai effectivement trouvé son imagerie assez cliché. J'ai aussi lu des avis parlant d'une opposition de classes prolo/bobo, mais je me suis désintéressé de ce sujet et ne l'ai pris que comme un élément de décor. Je n'ai également rien ressenti de tragique, ce dont je pouvais me passer. Les gens qui trouvent le film vide, je vous comprends.

Mais malgré tout je me suis laissé prendre à cette chronique de la vie quotidienne. J'y voyais une certaine véracité dans les dialogues et dans le jeu qui me plaisait, le film a beau étirer ses discussions je m'y suis senti à l'aise. Sans chercher de sujet d'analyse et encore moins de chose à apprendre, je me suis laissé porter par Adèle que je trouvais attachante dans sa simplicité. Les 3h ont connu des longueurs mais elles ne m'ont pas assommé comme certains films de 1h30 ont pu le faire, preuve que je n'avais pas envie de quitter le personnage. Je m'identifie facilement à quelqu'un qui traverse ce genre de doute adolescent, cette exclusion au milieu des beaufs qui veulent juste se caser avec un bon coup, cette hésitation entre le risque de finir seul et le risque de se tromper de conjoint. J'ai apprécié le jeu d'Adèle Exarchopoulos et cela a suffit à me faire passer les 3h. C'est à vous de voir si c'est un argument suffisant à vos yeux, sachant que je me suis refusé à voir de vrai message dans ce film.

Je tiens quand même à revenir sur ses problèmes, et d'abord sur ses scènes de sexe. J'avais un bon a priori à leur sujet, le sexe est quelque chose d'expressif qui permet d'en dire beaucoup sur les personnages et qui illustre bien leur épanouissement. Dans le cas d'Adèle cela peut aussi servir à lui offrir un apprentissage, un moment où elle se découvre progressivement avec Emma et où elle se libère en sa compagnie. Une scène importante pour elle, j'acceptais l'idée que ce soit cru si ça nous rendait leur relation limpide. Je passe sur la scène hétérosexuelle et vais directement à la première fois avec Emma, une scène clé donc. Eh ben aux chiottes tout ce que j'ai souhaité. Le dévoilement n'a rien de progressif, on les voit à poil sans préambule comme si ça coulait de source alors qu'on a insisté pour dire qu'Adèle avait du mal à se positionner à ce sujet. On a ensuite un montage cut de leur diverses positions. Donc au lieu de les voir s'approcher pour s'étreindre et se découvrir, elles se trouvent en situations de spéléologie sans nous laisser le temps de vivre le truc. Un peu comme une histoire d'amour qui enchaînerait la première rencontre d'un couple avec leur mariage sans passer par la déclaration, on n'a rien vu de leur relation. Dans la BD on voit éclater leur désir, on les voit se lancer à cœur perdu l'une vers l'autre, se toucher, avancer dans leur intimité. On voit aussi Emma empêcher Clémentine (Adèle dans la BD) de tenter le cunnilingus parce qu'elle ne l'a jamais fait. On constate ainsi la maladresse des débuts, c'est très bien présenté. Dans le film il n'y a ni maladresse ni hésitation, Adèle maîtrise déjà tout de A à Z, ce qui tue la spontanéité et empêche le personnage de recevoir l'apprentissage qu'on attendait d'une telle scène. Le montage cut ne montre que des diapositives de pratiques en zappant la découverte de l'autre et de soi. Je ne retiens que le dernier beau plan de cette scène où les filles sont enlacées, pour le reste je trouve ça purement érotique. Ce n'est pas que ça me gêne profondément dans l'appréciation du film mais c'est inadapté, le reste du film n'est pas érotique comme le serait un Mademoiselle. J'en attendais plutôt un traitement comme celui d'Anomalisa qui rend sa scène assez crue mais bien plus mignonne et utile au récit. Là il n'y a pas de développement et pas d'authenticité, il manque des préliminaires pour fusionner avec les personnages et il ne reste plus que l'insistance sur leur performance. Ce traitement malhabile se fait facilement exploser par la BD (dans un genre similaire je vous recommande Sunstone, une BD érotique bien plus subtile et attachante que le film).

Ce problème est finalement léger en ce qui me concerne, ça ne suffit pas à me gâcher un film mais c'est une belle opportunité manquée. Heureusement que les actrices sont investies, cela me permet de continuer d'apprécier leur relation. Je mentionnerai comme autre défaut que le film contient pas mal de gras : les 3h passent correctement pour moi, mais il y a des scènes et des dialogues qui alourdissent l'ensemble. Je pense au dîner avec les membres des Beaux-Arts, surtout le mec qui explique aux filles que leur orgasme est mystique, sisi je vous assure j'ai plus d'expertise là-dessus que vous mesdemoiselles. L'ellipse séparant les deux chapitres est également assez sèche, faute de marqueur temporel évident. Par contre je dois être l'un des rares à ne pas avoir été gêné par l'omniprésence des gros plans, mais peut-être que c'est moins étouffant quand on regarde le film à la télé plutôt que sur grand écran.

J'ai listé pas mal de défauts et peu de qualités, mais c'est un film dont l'appréciation ne s'explique pas vraiment, pas plus que l'amitié qu'on peut éprouver pour quelqu'un d'un peu lourd. Je ne me sens pas grandi par le film, finalement je l'apprécie comme on apprécie un film popcorn : sans trop me poser de question, cherchant juste à passer du temps avec un personnage que j'aime dans une ambiance qui me parle.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 197 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de thetchaff La Vie d'Adèle : Chapitres 1 et 2