Ha, sacré nom d'une pipe en bois ! Que cela fut bon ! Un délice !

Je n'ai pas pour habitude d'apprécier autant un film à sketches ; en général il s'agit soit d'horreur, soit de comédie, deux genres qui se prètent facilement au format. Je fus donc surpris de découvrir ce film, alliant plusieurs registres : comédie, drame, sentimental, thriller un peu aussi... le tout sous une bonne couche de convictions sur le temps. C'est parfois presque un essai théorique, c'est tellement étrange. Les idées défendues restent simples, et traîtées aussi superficiellement, médium oblige. Mais quel bonheur !

Les courts sont très bien écrits. Il y a comme des relents fantastiques issus de la "Twilight Zone" ; en effet, la présence onirique de Hora ajoute une dimension surnaturelle à tout ce qui est ; ses interventions, d'ailleurs, sont souvent divines. Mais les auteurs ne sombrent pas dans la facilité des résolutions. Ni dans le misérabilisme (car certaines scènes auraient pu facilement). Non, les auteurs, avec efficacité, se tournent vers les dialogues : dialogues pour véhiculer des idées, dialogues pour vivifier les personnages, dialogues pour résoudre les conflits. C'est fin, c'est bon. Yvan Noé a fait de l'excellent travail.

Mais ce nest pas tout. La mise en scène est assez soignée. Bon, on sent un manque de budget, on voit bien que la pellicule n'a pas été gâchée. Ce n'est pas grave, s'il persiste quelques maladresses, rien ne tache vraiment la vision du film. Le découpage est assez bien pensé en règle général. Et puis ces acteurs. Tous bons. Tous complètement dedans. J'avais peur que Fernandel ou Trénet ne prennent trop de place par rapport aux autres, ce n'est pas le cas (même s'ils ont les segments les plus longs, les meilleurs personnages ne sont pas forcément les leurs). Puis il y a ce rythme. Le réalisateur prend son temps. Parfois il prend même le temps d'écouter un ou deux morceaux de Trenet avant de relancer la machine narrative. Ces suspensions sont idéales.

Bref, "La cavalcade des heures" est un film à sketches brillant : drôle, tendre, émouvant, triste, joyeux, fatal, optimiste, ... tout y est. Et pourtant ça n'aura pas duré longtemps.
Fatpooper
9
Écrit par

Le 8 septembre 2014

4 j'aime

2 commentaires

La cavalcade des heures
6nezfil
6

Pendant ce temps

Le temps envoie Hora, une de ses heures, chez les humains pour les aider à prendre conscience de leur destin. Elle prend différentes formes pour transformer la vie des uns et des autres. Un film à...

il y a 3 ans

1 j'aime

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

il y a 7 ans

116 j'aime

35

Strip-Tease
Fatpooper
10
Strip-Tease

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

il y a 9 ans

103 j'aime

45

Calvin et Hobbes
Fatpooper
10

Une fiction historique

J'avais beaucoup entendu parler de Calvin et Hobbes. Jusque là je m'étais refusé à acheter les albums car ceux trouvés en librairire sont franchement cher. Puis un jour, j'ai trouvé le tome 9 en...

il y a 10 ans

80 j'aime

29