👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Deux choses sont sûres à propos de Nathan Juran. Premièrement il s'améliore au fil de ses films ; deuxièmement, il est fasciné par les géants. Ainsi, oui, The Deadly Mantis se regarde plus facilement que The 50 foot woman, et il semblerait que Jack the Giant Killer, ou encore le voyage de Sinbad soient encore meilleur. Pour les géants c'est encore vrai ; et quand il n'en utilise pas, l'auteur s'attaque tout de même à un monde imaginaire, un peu dans la prolongation de Méliès (il a d'ailleurs lui aussi fait un voyage sur la lune!).

Le gros problème du film, c'est le manque de personnage principal. On a bien quelques heros qui s'accaparent l'attention petit à petit, on termine même sur une romance (macho) entre deux de ces protagonistes principaux... mais ils restent trop superficiellement construits et ils se démarquent trop tard dans le récit : du coup, leurs existences ne semblent pas aller au delà de ce film. C'est dommage. Le scénario est très simple et y intégrer des personnages un peu plus solides n'aurait pas demandé veaucoup plus d'effort.

La réussite de Nathan, en revanche, c'est d'utiliser des images d'archive pour compléter son film, ce qui donne une impression d'épique malgré un budget assez restreint. Et en plus, il les utilise intelligemment, rendant ainsi crédible les interactions entre ces avions de guerre et cette mante géante. On dirait que le montage l'a beaucoup préoccupé tant il est soigné justement lors de l'intégration de ces vieux films. Par de petites choses le réalisateur donne l'illusion d'avoir filmé lui même ces plans. C'est la magie du montage. Peut être Nathan était il plus préoccupé par cet aspect de son film que par son scénario (tant qu'y a un monstre géant...).

Il reste tout de même quelques coups de mous dûs à ce manque de psychologie dans les personnages qui fait parfois défaut à l'intrigue, mais dans la globalité, le film convainc et divertit. C'est fun, c'est fou, c'est encore un peu maladroit... Mais on ne s'emmerde pas devant ce film catastrophe.

Bref, un chouette vieux blockbuster avant l'heure.
Fatpooper
6
Écrit par

il y a 9 ans

2 j'aime

La chose surgit des ténèbres
Alligator
3

Critique de La chose surgit des ténèbres par Alligator

Ouf, grosse déception! C'est le genre de petits films que j'aime. A priori. Un cinéma de jeunesse. Or, je me suis légèrement emmerdé. Le scénario met du temps à s'installer. Les parlottes...

Lire la critique

il y a 9 ans

1 j'aime

La chose surgit des ténèbres
Procope
6

Critique de La chose surgit des ténèbres par Procope

Nathan Juran, ex-directeur artistique chez Universal et collaborateur du grand Richard Day sur des dizaines de métrages dont "Qu'elle était verte ma vallée" de John Ford, pour lequel il remportera un...

Lire la critique

il y a 10 ans

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

Lire la critique

il y a 6 ans

116 j'aime

33

Strip-Tease
Fatpooper
10
Strip-Tease

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

Lire la critique

il y a 8 ans

98 j'aime

43

Calvin et Hobbes
Fatpooper
10

Une fiction historique

J'avais beaucoup entendu parler de Calvin et Hobbes. Jusque là je m'étais refusé à acheter les albums car ceux trouvés en librairire sont franchement cher. Puis un jour, j'ai trouvé le tome 9 en...

Lire la critique

il y a 9 ans

80 j'aime

27