J'invoque mon droit à l'errance.

Avis sur Las Vegas Parano

Avatar Bayardien
Critique publiée par le

Pendant combien de temps peut-on invoquer son droit à l'errance ?
Indéfiniment espèrent sans doute les deux protagonistes, qui essayent de perpétrer une espèce d'idéal hippie. Que cherchent-ils ? Rien hormis vivre l'instant présent. Bien qu'ils essayent de se persuader de la légitimité de leur quête, par une sorte de jeu de rôle du journaliste et de l'avocat, bons citoyens et patriotes. Ils ne trompent rapidement plus le spectateur, qui peut alors savourer leur extravagance. Cependant, le surréalisme de ces deux personnages devient de plus en plus confondu avec leur environnement et on s'aperçoit qu'on est complétement plongé dans une Amérique encore plus surréaliste qu'eux (Cf. le passage du casino-cirque).
Ainsi on voit comment deux êtres plongés dans la nostalgie des années 60 cherchent à transformer leur errance en aventure. Sans doute une façon que l’homme à trouver pour supporter la mélancolie d’une époque qui n’existera plus, cherchant perpétuellement le voyage pour oublier son état et son ennuie.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 91 fois
3 apprécient

Autres actions de Bayardien Las Vegas Parano