Ghosts of Mars : Origins

Avis sur Last Days on Mars

Avatar Fatpooper
Critique publiée par le

Il est devenu courant de produire des remakes, et il semblerait que beaucoup de producteurs jettent leur dévolu sur la filmographie de Carpi. C'est un peu hypocrite quand on sait comment ceux-ci l'ont malmené. Soit. "Ghosts of Mars" ne fait pas partie des classiques du réalisateur, mais l'idée de base est alléchante, aps étonnant donc qu'on essaie d'en faire une préquelle comme ce fut le cas pour "The thing".

Je dis cela, mais en fait, "The last days on Mars" n'est pas un remake inavoué. Les sources sont différentes. Mais au vu de la situationet surtout des maquillages de zombies, on est en droit de penser que le premier a influencé le deuxième.

À la base, je ne savais rien de ce film. j'avais vu quelques images et lu un pitch qui ne révélait rien. Je 'mattendais donc à un film de science fiction lorgnant un peu sur l'horreur, mais vraiment pas à un film de zombies. D'autant plus que le début ne le laisse vraiment pas présager. S'il ne se passe pas grand chose narrativement, l'auteur parvient à créer une ambiance et à composer des personnages torturés dans une situation insoutenable : les dernières heures d'un cauchemar éveillé (du moins pour la majorité de l'équipe) en connaissance de cause. C'est presque philosophique il ne restait plus qu'à insuffler un propos sympathique et quelques conflits, surtout que les références, jusque là, sont plutôt honorables.

Et puis tout bascule. Tant pour les personnages que les spectateurs. L'horreur ! Des zombies dans la fiction, et une baisse de qualité drastique dans la mise en scène. Mais aussi l'histoire. Du peu que le début racontait, c'était intéressant et cohérent. Dès l'arrivée des zombies, plus rien n'a de sens. Si à la limite le film commençait comme ça directement, ça pourrait passer (encore que certaines décisions ne passent vraiment pas et puis surtout les propriétés du virus n'ont clairement pas été établies, ce qui donne l'impression que tout pourrait arriver), mais le fait d'installer une atmosphère non pas réaliste (on n'y croit pas à ces installations sur Mars, on dirait des serres dans un parc naturel d'une petite ville) mais plus portée sur la crédibilité des actes et tout d'un coup passer au grand n'importe quoi, ça fait mal. Dans tous les cas, ça manque de rigueur dans l'écriture.

Dans la mise en scène aussi. Des scènes qui se déroulent dans la pénombre où il est bgien difficile de savoir ce qu'il se passe ; des scènes d'action peu lisibles. Dommage car une fois qu'on est dans le travail d'ambiance, la photographie est jolie, le montage contemplatif prend. Et puis les décors sont sympa et les acteurs aussi. Non, vraiment, il y avait du potentiel. Mais tout ce qui porte sur l'action est mal pensée. Ne fut-ce que la première séquence : un zombie entre et trouve par terre... une perceuse ? Ok, je sais que tout ce qui passe su Mars reste sur Mars, on n'est pas obligé de ranger tout son bordel tout le temps, mais quand même, que foutait cette perceuse dans ce sas ? Meme s'ils l'avaient utilisée récemment, je ne comprends pas qu'on se soit dit : "ok je la dépose là à côté du sas au cas où les mecs !" Au cas où un Zombie arriverait?? Bon là j'exagère, ce n'est pas bien grave. Ce qui est triste, c'est que pour un zombie dans l'espace, tuer un astronaute avec une perceuse, c'est pas très graphique ni exploiter la situation ! On tue avec une perceuse quand on est dans un garage, sur un chantier ou que sais-je... pas dans l'espace nom d'un petit bricoleur ! Cela est symptomatique du reste du film : le réalisateur et les scénaristes ne parviennent jamais à vraiment tirer parti d'une situation ni du contexte. Même le côté gore manque cruellement de générosité.

Bref, "The last days on Mars" semblait sympathique mais se révèle décevant. Il reste quelques qualités techniques indéniables, une ambiance claustrophobique qui prend, mais ce n'est pas assez pour passer un bon moment.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 808 fois
4 apprécient

Autres actions de Fatpooper Last Days on Mars