Le bonheur ne se partage pas, il se prend.

Avis sur Le Bonheur

Avatar Boubakar
Critique publiée par le

Troisième film de Agnès Varda, celui-ci fut un gros scandale à l'époque, car il montrait qu'un homme pouvait tromper son épouse tout en se persuadant d'être dans le bonheur et de ne pas faire le mal.
N'oublions pas qu'en 1965, divorcer était encore rare, et le libertinage encore plus, c'était quasiment du blasphème !

C'est d'autant plus troublant que le couple principal est interprété par Jean-Claude Drouot (plus connu pour avoir interprété Thierry La Fronde !) et sa femme dans la vie, ainsi que leurs propres enfants ! La femme pécheresse, incarnée par la sublime Marie-France Boyer, ressemble beaucoup à Mme Drouot avec sa blondeur innocente, mais qui ne semble pas elle aussi coupable de sa faute.

Le titre vient de la conception du plaisir pour cet homme, à savoir vivre avec deux femmes, mais qu'il ne sente mal pour ça, car sa joie de vivre envahit son entourage, et donc ses femmes. A noter que le film fut interdit aux moins de 18 ans, non pas pour du sexe (quoique un voit un sein ou une superbe chute de reins), mais pour le côté amoral de l'histoire.

Peu importe l'époque, j'aime voir des films qui bousculent les idées établies, et celui-ci est quelque part visionnaire de la liberté sexuelle qui arrivera quelques années plus tard.
On sent aussi que la personne qui réalise ce film est une femme, car malgré le côté scandaleux de l'histoire, il y a une très grande tendresse qui s'en dégage, en plus de ces acteurs tous très bons, et criants de naturel. Et quelle image ! On perçoit aussi la photographie assez jaunie de l'histoire, comme si celle-ci figurait déjà au passé.
On peut aussi penser à Godard, dans le côté parfois bricolé (comme des slogans qu'on voit à l'image qui symbolisent l'état d'esprit de l'homme), et dans les scènes adultérines dont les plans sur des parties du corps de l'homme et de la femme renvoient à Une femme mariée.

Ce film a vraiment quelque chose de très moderne, mais avec une douceur qui fait que l'on se laisse emporter par l'histoire, qu'elle soit immorale ou non.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1477 fois
4 apprécient

Autres actions de Boubakar Le Bonheur