👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Il y a près de 3000 ans naissait le théâtre, cette exercice dramaturgie ou un homme parle à une foule, déclamant diatribes, réflexions et émotions. Notre cher cinéma ne peut se vanter que d'un peu plus de 200 ans d'existence et il a rejoint au panthéon des arts son illustre frère aîné. Leur point commun? Les mots. Le pouvoir des mots, la portée de la parole. Yvan Attal mélange subitement la scène et l'écran pour nous offrir un joli moment d'éloquence.

Daniel Auteil raciste? Camelia Jordana banlieusarde? En fait on s'en moque. Au risque de me répéter seul le poids des mots incombe dans ce film et Attal préfère ranger au placard un énième discours social pour se concentrer sur la beauté du langage, l'évolution labiale d'une jeune femme un peu paumée et d'un professeur réactionnaire et provocant. Les dialoguistes ont réussi un merveilleux travail d'écriture et on se délecte des discours de Naïla (Camélia Jordana) et des propos acides de Pierre Mazurin (Daniel Auteuil). Chacun se revoit la balle et leurs échanges verbales prennent de plus en plus d'ampleurs au fur et à mesure de l'intrigue, l'un apprenant de l'autre.

Des mots, des discours, des saillis. Une avalanche de lettres qui nuit sur le fond du film. Bien que l'oeuvre ne se veut pas militante, elle tente de décrypter le fossé banlieue/bourgeois mais elle n'effleure que la surface. Le film est un poil court et on passe sous silence de multiples interrogations: la mal-être de Daniel Auteuil, la relation amoureuse de Camélia Jordana, l'élitisme social des grandes universités... Lorsqu'un sujet sérieux est approché il est aussitôt soufflé par le prisme de l'oraison, sorte d'excuse à tous les maux.

Un bon film, un agréable moment. Des comédiens qui jouent du théâtre sur grand écran, qui articulent, récitent les plus beaux textes de la littérature pour atteindre un sommet d'élégance rhétorique. La fin constitue l'apogée de la parole et j'invite tous les amoureux de la particule à aller voir Le brio.

Wynner92
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs films français de 2017

il y a 4 ans

1 j'aime

3 commentaires

Le Brio
6nezfil
6
Le Brio

Le poids des mots

Depuis Ils se marièrent ..., Yvan Attal a tenté d'élargir sa palette de réalisateur, avec les résultats catastrophiques que l'on sait (Do not Disturb et Ils sont partout). Le brio peut sembler loin...

Lire la critique

il y a 4 ans

41 j'aime

1

Le Brio
SBoisse
5
Le Brio

Trop gentil

Pour paraphraser Henri Jeanson, on ne fait pas de bon cinéma avec de bons sentiments. Yvan Attal nous propose une actualisation du conte du prince et de la bergère. Jadis, les contes étaient cruels,...

Lire la critique

il y a 3 ans

23 j'aime

3

Le Brio
verypops
3
Le Brio

Un magnifique sujet réduit à néant.

C'est l'histoire d'un brillantissime et charismatique professeur de l'université Assas, un peu raciste mais plutôt incompris en fait, qui va être amené à devoir éduquer cette pauvre petite arabe de...

Lire la critique

il y a 4 ans

21 j'aime

2

Kingsman - Le Cercle d'or
Wynner92
5

Elton John... Vraiment?

Mais qu'est-il arrivé au charme et à l'élégance britannique? Kingsman premier du nom était une perle d'inventivité pop soutenue par un flegme soooo british qui soufflait un vent de fraîcheur dans le...

Lire la critique

il y a 4 ans

38 j'aime

Terminator : Dark Fate
Wynner92
6

Tu veux dire que ce film peut copier tout ce qu'il touche?

Il avait dit qu'il reviendrait. Schwarzenegger ? Non, Cameron. On fait table rase des trois derniers opus de l'immortel machine tueuse et on obtient Terminator : Dark Fate, suite canonique du...

Lire la critique

il y a 2 ans

22 j'aime

1

Les Enfants de la mer
Wynner92
3

Ecstasy japonaise sous-marine.

Les lumières s'éteignent et après une dizaine de minutes en somme très classiques on se dit que l'on va passer deux heures à regarder un énième anime traitant de l'adolescence, de l'amitié, de la...

Lire la critique

il y a 3 ans

17 j'aime

17