Bande-annonce
Affiche Le Château de ma mère

Le Château de ma mère

(1990)
12345678910
Quand ?
6.6
  1. 28
  2. 49
  3. 123
  4. 264
  5. 824
  6. 1921
  7. 2556
  8. 1250
  9. 383
  10. 172
  • 7.6K
  • 197
  • 571

L'adolescence de Marcel, sa découverte de l'amour, son retour à l'amitié et les grands départs pour ses chères collines où, pour arriver plus vite, toute la famille passe en cachette sur un domaine privé.

Casting : acteurs principauxLe Château de ma mère

Casting complet du film Le Château de ma mère
Diffusion TV
Le Château de ma mère
  • mardi 19 novembre sur TF1 Séries Films à 23:05
Tous les films diffusés à la TV
Match des critiques
les meilleurs avis
Le Château de ma mère
VS
Nostalgie, quand tu nous tiens

En gros, même note et avis que le premier volet La Gloire de mon père, parce que pour moi les deux films se complètent pour, au final, n'en faire qu'un. Ici donc, Yves Robert nous replonge dans l'enfance ensoleillée et insouciante de Marcel Pagnol, à ceci près qu'il devra cette fois faire face à la sournoiserie d'une petite peste riche et du décès abrupt...

20 6
Avatar Stephenballade
5
Stephenballade
Le château de son père

On prend les mêmes recettes et on recommence pour le deuxième volet des « Souvenirs d’enfance » de Marcel Pagnol, avec les mêmes acteurs. Les mêmes ? Oui, même si certains sont mis en retrait par rapport à "La gloire de mon père". C’est le cas de l’oncle Jules alias Didier Pain. Eh oui, même si les deux films du diptyque datent de la même année, les souvenirs d’enfance de Marcel Pagnol s’étalent sur plusieurs années. Et forcément, durant ce laps de temps, des intervenants disparaissent (par... Lire la critique de Le Château de ma mère

Critiques : avis d'internautes (25)
Le Château de ma mère
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Critique de Le Château de ma mère par -Marc-

Décidément, Yves Robert excelle à transcrire l'univers de Pagnol. A l'humour et la tendresse des souvenirs de "La gloire de mon père", s'ajoute ici le drame: « Telle est la vie des hommes. Quelques joies très vite effacées par d’inoubliables chagrins. » Et toujours cette évocation d'une France simple, honnête et travailleuse de ce début de 20ème siècle: "Et il répétait sans cesse: «Comme on... Lire la critique de Le Château de ma mère

17 1
Avatar -Marc-
7
-Marc- ·
Le Château de la Buzine et l'hommage au temps qui passe

Le château de ma Mère, c'est le Château de la Buzine, à proximité de Marseille. Pour se rendre à sa maison de campagne La bastide - voir La gloire de mon Père auquel ce film fait directement suite -, la famille Pagnol emprunte un chemin longeant le canal de Marseille et traversant un ensemble de propriétés. L'une d'elles que le petit Marcel voit comme un grand château les oblige à se... Lire la critique de Le Château de ma mère

15 2
Avatar m-claudine1
9
m-claudine1 ·
Infiniment nostalgique

Beaucoup plus nostalgique que le premier volet, le chateau de ma mère s'inscrit plus dans le domaine du regret et de la douleur de voir tout ce monde de l'enfance se déteriorer peu à peu, au fur et à mesure que les personnes aimées disparaissent. Plus rien ne sera plus jamais comme avant à partir du moment où la mère du petit Marcel disparaît. A partir de là, c'est tout l'univers de l'enfance... Lire la critique de Le Château de ma mère

16
Avatar caiuspupus
10
caiuspupus ·
"Maman" avé l'accent !

« En ce temps-là, j'étais encore un petit garçon et j'avais rencontré l'amour de ma vie : les collines de Provence. » Cette phrase de Pagnol fidèlement restituée par la voix off parfumée à la lavande de Jean-Pierre Darras ouvre Le Château de ma mère, la suite de La Gloire de mon père. Elle illustre parfaitement ce qu'on ressent devant ces deux films d'Yves Robert au casting et aux sentiments... Lire l'avis à propos de Le Château de ma mère

2 1
Avatar Chicago
8
Chicago ·
Découverte
Et si Pagnol...

Je ne suis pas certain que, s’il avait lui-même tourné l’adaptation de ses "Souvenirs d’enfance", Marcel Pagnol aurait trouvé un ton aussi juste que celui d’Yves Robert. On peut toujours rêver et la chose n’était pas impossible, la publication des trois volumes s’étageant de 1957 à 1960 et le père de Marius n’étant mort qu’en 1974. Peut-être la très grande proximité de... Lire la critique de Le Château de ma mère

12 5
Avatar Impétueux
9
Impétueux ·
Toutes les critiques du film Le Château de ma mère (25)
Bande-annonce Le Château de ma mère
Vous pourriez également aimer...