👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le troisième film d’Orson Welles est, de son propre aveu, un exercice dans ses relations complexes avec les studios : il s’agit d’honorer un contrat et de prouver qu’il peut se comporter en bon soldat, tourner dans les temps et ne pas déborder du cadre.

Si Welles n’en assume pas la paternité (le film était à l’origine prévu pour John Huston, il n’a pas eu droit à la réécriture et toutes les parties tournées en Amérique du Sud furent supprimées par la RKO), il faut tout de même tempérer la condamnation unilatérale qu’il fait de son œuvre.
Certes, au regard des œuvres précédentes, Le Criminel a tout du travail bien sage et linéaire. Les audaces semblent surtout être celles de expressionnisme généralisé, occasionnant un jeu qui n’est pas toujours très heureux, et des comportements parfois à la lisière du crédible.

La veine est très hitchcockienne, et c’est peut-être parce qu’il n’est pas totalement sur ses terres que Welles se sent mal à l’aise ; il n’en demeure pas moins qu’un certains nombre de réussites permettent à l’œuvre de se distinguer. Tout d’abord par son sujet, qui dès la fin 1945, aborde la fuite des nazis à l’étranger et leur traque internationale, donnant l’occasion à Welles de projeter des extraits de documentaires sur les camps de concentration ( le fameux Death Mills de Billy Wilder) et de prolonger tout son engagement patriotique durant les années précédentes.

C’est aussi une belle exploration d’un espace, une obsession qu’on retrouvera dans toutes l’œuvre du cinéaste. Ici, la petite ville dans laquelle s’est intégré l’ancien nazi (Welles, toujours prêt à jouer le salopard de service, et à se faire mourir à la fin du film…) se résume à quelques rues, un clocher (l’obsession du personnage, le mécanisme de l’horloge nécessitant une maintenance constante) et un droguiste, sorte de coryphée aussi omniscient qu’inquiétant.

On pense bien entendu à Soupçons pour la dimension conjugale, ou Cinquième colonne pour celle de l’espionnage alliée aux séquences vertigineuses finales. Effectivement, le thriller l’emporte un peu sur un fond qu’on sait si puissant d’habitude chez Welles, mais il ne bâcle pas pour autant sa mise en scène : les jeux de regards lors des parties d’échec, la prévision minutieuse avec laquelle le mari prévoit d’assassiner sa femme, cette maitrise illusoire de l’espace et de du temps conduit à l’élaboration d’un joli piège graphique, exacerbé par cette interminable échelle conduisant au clocher.

Même si le film passe inaperçu, Welles a gagné son pari : on lui lâche la bride pour son prochain film, dans lequel il va pouvoir réactiver sa créativité : ce sera La Dame de Shanghai.

(6.5/10)

Sergent_Pepper
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Historique, Espionnage, Vus en 2016, Intégrale Orson Welles et Les meilleurs films d'Orson Welles

il y a 5 ans

22 j'aime

Le Criminel
Sergent_Pepper
7
Le Criminel

Stalk around the clock

Le troisième film d’Orson Welles est, de son propre aveu, un exercice dans ses relations complexes avec les studios : il s’agit d’honorer un contrat et de prouver qu’il peut se comporter en bon...

Lire la critique

il y a 5 ans

22 j'aime

Le Criminel
guyness
5
Le Criminel

Un Orson bien mal léché

Bien sûr, il y a une certaine ambiance et deux-trois grands acteurs qui justifient ma note complaisante. Le reste ? Un sujet gâché, un scénario qui regorge d'incohérences, prévisible 10 kilomètres à...

Lire la critique

il y a 10 ans

13 j'aime

6

Le Criminel
blig
6
Le Criminel

Orson Welles 117 : Harper ne répond plus

John Huston au scénario, Welles derrière et devant la caméra en compagnie de Robinson et Loretta Young et une superbe affiche estampillée Lion d'Or 1947... tout est réuni pour faire un grand film. Et...

Lire la critique

il y a 8 ans

10 j'aime

4

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

710 j'aime

103

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

648 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

578 j'aime

53