A la douzième bière, il sera ... fini !

Avis sur Le Dernier Pub avant la fin du monde

Avatar Real Cosmic M
Critique publiée par le

Oliver : Tu sais que les 3 mousquetaires était une fiction d'Alexandre Dumas
Gary : Oui ! Mais c'est comme la Bible !
Steven : La Bible a été écrite par Alexandre Dumas ?
Gary : Mais non c'est Jésus !

On est reparti à la trilogie du Cornetto ! L'an dernier j'avais vu Hot Fuzz qui a été une sacré surprise. Aujourd'hui, on va parler de The World's End qui a été en partie rejetée parce qu'il a été considérée comme un Very Bad Trip low cost. Problème : Non seulement c'est mieux Very Bad Trip mais c'est un film qui conclut vraiment bien la trilogie, après la parodie de film de zombie et de buddy movie d'actions.

Bouquet final

Ce film conclue vraiment bien la trilogie et je le trouve plus qu'énergique en terme de réalisation. Il avait déjà mis la barre très haute dans Hot Fuzz mais cela n'a pas empêché de l'augmenter dans ce film. La réalisation est dans le pur style d'Edgard Wright, mais elle suit bien les intentions de l'auteur, à savoir : parodier les films du style body snatcher. Ouais, on est bien loin du very bad trip là. J'aime bien Very Bad Trip ! Mais là mis à part le thème de prendre une cuite, le film va bien plus loin. Et surtout cela montre à quel point Edgar Wright va à fond dans la réalisation. Il ne s'interdit rien à ce qu'il peut faire et on sent que tous les acteurs s'éclatent dans ce film. Sérieux, même les effets spéciaux sont bien gérés dans ce film, les plans sont bien cadrés et une ambiance qui rappelle bien les films d'invasions Aliens. Et maintenant place aux personnages.

King Gary et les Chevaliers des 12 Pubs

Au niveau du casting, on a les habitués principaux, Simon Pegg et Nick Frost, suivi des secondaires Martin Freeman, Paddy Casadin et David Bradley qui sont un peu comme d'habitude.

Simon Pegg qui joue le rôle de Gary King et Nick Frost le rôle de Andy Knightley ont des rôles à l'opposé de leur précédent film. Cette fois c'est Gary le grand enfant et Andy le plus sage. D'ailleurs Gary est une personne qui assume pleinement son coté adulescent et qui est à l'extrême opposé d'Andy qui est le plus sage. Bizarrement, même si leur tandem fonctionne aussi bien, il est bien moins exploité que d'habitude où là il s'agit de la dynamique de groupe qui prime.

En parlant de dynamique de groupe, leurs acolytes que sont Oliver Chamberlain (Martin Freeman), Steven Prince (Paddy Casadin) et le nouveau de la trilogie Peter Page (Eddie Marsan) sont respectivement le distingué, le rival et le peureux. Ils sont quasiment à l'image de Gary, des personnes qui ont une vie plus ou moins bien régler mais qu'au final n'ont pas eu ce qu'ils désiraient alors que Gary même s'il est resté un grand enfant à en apparence eu ce qu'il désirait, même si au fond il n'est pas heureux.

Sam (Rosamund Pike) est en gros la petite amie d'enfance et un peu l'objet de discorde entre Gary et Steven. Même si elle apparaît sporadiquement, elle n'est pas la potiche de service (malgré le running gag qui l'a fait intervenir comme par hasard à de nombreux point du film).

Guy Shepherd (joué par ...Pierce Brosnan ?) possède un rôle assez proche de son prédécesseur de Hot Fuzz. A savoir le méchant qui a main basse sur la ville (en apparence)

Basil (joué par David Bradley) est l'archétype même du vieux qui sait tout et qu'on le prend pour un fou.

Comment faire un film sur la fin du monde...au sens propre

Bizarrement, ce film mélange beaucoup de genre à savoir le body snatcher, les buddy movie

et les films catastrophes

Ce film est assez intelligent dans son traitement dans la mesure où il présente bien les personnages et fait un changement de ton et d'ambiance tout à fait naturel.

Mise à part les personnage karateka et catcheur en un coup.

Il est vrai qu'il y avait des signes que quelque chose ne tournait pas rond dans la ville de Newton Haven mais les héros vont vite s'en rendre compte. Ce qui est assez incroyable est le fait que malgré le coté atypique, les héros semblent plus concernés par les soubresauts de Gary et aussi par ce qu'ils sont devenus. Ce qui leur permet de poser cette question, est-ce qu'il faut volontairement suivre la masse ou chercher à se distinguer dans la masse. A la fin ils choisissent presque tous de rester eux même quoiqu'ils adviennent. Et bizarrement, chacun à finalement trouver son compte

Même si la planète a été détruite par le blackout. Si si

Et c'est un peu ça le message du film, peu importe nos choix, ce qui compte n'est pas forcément de suivre la masse indistinct mais de chercher nous même notre propre voie, même si tout s'écroule autour de nous. Chacun de nous doit faire ses propres expériences, ses sacrifices, ses erreurs et au final apprendre totalement de la vie et assumer les conséquences afin d'être heureux

Cela dit, pour Peter et Oliver, c'est un peu tard car ils sont devenus "les choses" à l'inverse de Gary resté un grand enfant, Andy qui a renoué avec sa famille et Steven & Sam qui ont fini par se lier

Malgré le double sens de lecture, le film n'oublie pas d'être divertissant, d'avoir des dialogues qui sont savoureux (avec des scènes d'actions plutôt bien trouver)

The Cornetto's End

Bref, ce film est une parfaite conclusion à la trilogie du Cornetto (qui apparaît à la toute fin). Un film fun , drôle , bien conçu et vraiment prenant. Il ne me tarde de voire quel film Edgard Wright réalisera (sachant qu'il n'a pas fait Ant-Man) et ce film c'est ... Baby Driver ? Ok !

Version fun de la critique ici

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 108 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

Real Cosmic M a ajouté ce film à 31 listes Le Dernier Pub avant la fin du monde

Autres actions de Real Cosmic M Le Dernier Pub avant la fin du monde