LE TEMPS DU MASSACRE de Lucio Fulci

Avis sur Le Temps du massacre

Avatar littlebigxav
Critique publiée par le

Lucio Fulci se lance dans le western et montre son goût pour mettre en images la violence. Si le film est une réussite c'est avant tout à son scénario de grande qualité signé Fernando Di Leo (1932-2003) qui écrit beaucoup de westerns, puis à la mort du genre s'est retourné avec un certain bonheur vers le film de mafia et policier.
Fernando Di Leo a notamment collaboré sur Les deux premiers westerns de Sergio Leone : "Pour une poignée de dollars" ("Per un pugno di dollari") (1964) et "...Et pour quelques dollars de plus" ("Per qualche dollaro in più") (1965) et Avec Duccio Tessari il co-écrit "Le retour de Ringo" ("Il ritorno di Ringo") (1965). Autant dire que le bougre a du métier et qu'il offre ainsi à Lucio Fulci un scénario en béton.
Reste au réalisateur à y mettre sa patte. Ce qu'il ne se prive pas de faire.
Lucio Fulci filme la violence d'une façon encore jamais vue dans le genre : Un homme déchiqueté par une meute de chiens, les flaques de sang sous les cadavres, les impacts de balles dans les crânes de fillettes avec un éclairage très froid quasi clinique qui fera les beaux jours du "giallo", et une longue séance de coups de fouets donnés au héros qui lui marquent la peau. Autant de stigmates de la violence qui jusqu'à présent étaient sous entendus et qui sont ici soulignés.
Mais le film réserve aussi quelques bonnes scènes de comédie. Notamment sur le contraste des deux frères l'un alcoolique et picaresque l'autre cérébral et sérieux. Mais tous deux aussi redoutables dans l'action. Le film est écrit comme un buddy movie : deux caractères opposés qui vont dans un même sens, ici, l'élimination du potentat local.
Franco Nero alterne entre la tenue vestimentaire de "Django" du film homonyme de Sergio Corbucci tourné la même année dans le premier tiers du film, pour le finir dans celle de Blondin du film "Le bon, la brute et le truand" (1966) de Sergio Leone.
George Hilton révèle un certain talent pour la comédie avec une montée de violence fulgurante assez saisissante. C'est lui qui amène le leitmotiv comique "Excuse me gentleman!" signalant la mort imminente de l’interpellé.
Disons-le clairement, George Hilton vole la vedette à Franco Nero comme Elli Wallach la vole à Clint Eastwood dans "Le bon, la brute et le truand".
Quant à Nino Castelnuovo il joue un personnage odieux, visqueux, et sadique avec une belle délectation. Le méchant est réussi ce qui dans ce genre de film est primordial.
Je regrette cependant que les extérieurs n'aient pas été recherchés avec un peu plus de rigueur. Lucio Fulci utilise un peu trop les carrières à ciel ouvert, pour y faire les chevauchées et son Texas (dans la scène d'ouverture) est un peu trop verdoyant. Scène d'ouverture ratée non seulement par ses décors mais par sa longueur. L'homme aurait dû être rattrapé par les chiens dans les 15 secondes. Ce qui est loin d'être le cas.
Enfin Lallo Gori illustre son film de thèmes divers et variés qui font parfois appel au style morriconien, mais pas à chaque fois.
On peut dire que ce film est un bon western italien.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 572 fois
10 apprécient

littlebigxav a ajouté ce film à 7 listes Le Temps du massacre

Autres actions de littlebigxav Le Temps du massacre