De l'origine des blagues sur les blondes...

Avis sur Le Village des damnés

Avatar Jambalaya
Critique publiée par le

Wolf Rilla, Roman Polanski ou encore Philip Kaufman sont un peu les MacGyver du cinéma, capables avec un bout de corde usé, une pile usagée et un chewing gum machouillé de vous pondre trois des meilleurs films fantastiques de l’histoire du cinéma. Le Village Des Damnées est un jalon, une pierre blanche inaltérable par les progrès technologiques qui tentent de nous faire croire que le salut passera par les effets spéciaux.

Il a tout compris Wolf Rilla, que l’horreur la plus flippante sera toujours celle que l’on suggère, celle qui fait fonctionner l’imaginaire du spectateur, celle qui ne dit pas tout et laisse planer le doute dans les esprits. Un village de campagne britannique où tout le monde s’évanouit même moment pour quelques heures. Neuf mois plus tard, toutes les femmes en âge de procréer accouchent d’enfants bien blonds au regard bien vide, à l’intelligence exceptionnelle et aux pouvoirs qui en font une menace pour les habitants. Qui sont-ils ? Quelle est leur origine ? Que veulent-ils ? Soyez rassurés, on n’en saura rien car en fait, même si c’est ce que vous tenez à savoir ce n’est pas le plus intéressant et puis quoi de plus jouissif qu’une fin ouverte et pleine de questions en suspens ?

Le film est d’une sobriété à toute épreuve, le seul et unique trucage restant la lumière dans les yeux des enfants quand ils ont décidé d’en finir avec un des ces pénibles adultes. Cette sobriété est la source de l’angoisse, l’affrontement entre des têtes blondes clonées au regard bovin et des adultes au mieux perdus, au pire agressifs, cet affrontement donc a l’avantage de préserver jusqu’au bout une fin très incertaine. On ne peut rien penser de la performance des acteurs adultes tant celle des enfants est bluffante. Ils sont parfaits en petits merdeux propres sur eux, polis, intelligents et surtout sans aucune émotion bref, énervants de perfection parce-qu’ils font passer les vôtres pour de parfaits sauvages.

Finalement c’est peut-être là qu’est la clé de ce film et de l’angoisse qu’il provoque. Ces enfants n’en sont pas c’est sûr, des extra-terrestres ? Peut-être. Ce qui fait flipper c’est qu’ils sont incroyablement adultes dans leur autonomie, dans leurs comportements et leurs savoir-être. Ce qui effraie ce n’est pas seulement le danger qu’ils représentent car sans leurs capacités télékinésiques, ils sont justes anormaux sans que cette anormalité ne représente un danger. C’est finalement ce côté contre-nature qui effraie le plus car c’est lui qui soulève le plus d’inconnues. En somme un film qui dit très peu de choses, qui en montre encore moins et qui restera un des plus effrayants

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1048 fois
33 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Jambalaya Le Village des damnés