Bande-annonce
Affiche Le facteur sonne toujours deux fois

Le facteur sonne toujours deux fois

(1946)

The Postman Always Rings Twice

12345678910
Quand ?
7.2
  1. 1
  2. 0
  3. 5
  4. 7
  5. 40
  6. 121
  7. 221
  8. 147
  9. 39
  10. 24
  • 605
  • 32
  • 561

Frank Chamber rencontre, lors de ses pérégrinations, Nick Smith qui tient un café au bord de la route. Quand il voit Cora, la très jolie femme de Nick, il accepte le travail qui lui est proposé. Il séduit Cora, ils deviennent amants et décident de s'enfuir. Mais Cora répugne à quitter la sécurité...

Casting : acteurs principauxLe facteur sonne toujours deux fois
Casting complet du film Le facteur sonne toujours deux fois
Match des critiques
les meilleurs avis
Le facteur sonne toujours deux fois
VS
Les Amants Diaboliques

Frank Chambers décroche un job dans un petit restaurant en bordure d'autoroute. Il tombe alors amoureux de la femme de son patron... Avec son intrigue mêlant meurtre et adultère, Le Facteur Sonne Toujours Deux Fois, sorti en 1946, est un film noir des plus sulfureux. Derrière la caméra, on retrouve le cinéaste Tay Garnett qui livre ici une mise en scène raffinée dont le glamour tranche harmonieusement avec les événements scabreux de l'intrigue. On...

16 5
Le crime ne paie pas, par contre on paie toujours pour ses crimes... à Hollywood !

Déçu ! Le scénario est vraiment bizarrement écrit : la structure est mal construite, on se retrouve avec plein de scènes décousues et une série de retournement de situations en fin de métrage plutôt déplaisants. Ça commence bien. Enfin, bien... c'est déjà un peu bizarre, mais que ce soit volontairement ou pas de la part des auteurs, j'ai trouvé du plaisir dans cela. C'est-à-dire que c'est un peu maladroit, la manière de faire rencontrer les personnages : les auteurs y vont avecf... Lire l'avis à propos de Le facteur sonne toujours deux fois

1 2
Critiques : avis d'internautes (16)
Le facteur sonne toujours deux fois
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
♪♫ Les histoires d'amour finissent mal... en général ♪♫

Alors qu'il se rend à San Diego en auto-stop, Frank s'arrête en chemin dans un café qui cherche un nouvel employé. Engagé, il tombe très vite sous le charme de la femme du patron et dès que ce sentiment devient réciproque, ils voudront tout faire pour vivre ensemble... Troisième adaptation du roman de James Cain et première américaine, cette version de Tay... Lire l'avis à propos de Le facteur sonne toujours deux fois

20 7
Avatar Docteur_Jivago
7
Docteur_Jivago ·
Très Hollywoodien

Est-ce parce-que j'avais vu récemment le premier film de Visconti : Ossessione, Les Amants diaboliques, adapté trois ans auparavant, en 1943, du même James Caïn, que j'ai trouvé la version de Garnett on ne peut plus surfaite et Hollywoodienne? Sans doute, et j'ai dû faire un réel effort pour m'habituer à la sophistication poussée à l'extrême d'une Lana Turner blonde et tirée à... Lire l'avis à propos de Le facteur sonne toujours deux fois

13 23
Avatar Aurea
6
Aurea ·
Le Plus brillant des colis

Un immense classique, voire LE classique du Film noir. La mise en scène de Tay Garnett est particulièrement brillante, et l'atmosphère sinistre assez unique en son genre. Le ton, grave, désespéré, donne également un relief tout particulier à cette superbe œuvre. Fin splendide. Lana Turner, éblouissante de sensualité et John Garfield, impressionnant, apportent leur pierre à l'édifice de cette... Lire la critique de Le facteur sonne toujours deux fois

4
Avatar Caine78
9
Caine78 ·
Découverte
Tu respecteras la femme du patron

Lorsque Frank Chamber (John Garfield) entre dans le restaurant- station essence le "Twin Oaks" , un tube de rouge à lèvres roule au sol jusqu'à ses pieds. Levant les yeux il découvre des chevilles, des jambes nues très sensuelles, le corps diaboliquement voluptueux de Cora (Lana Turner), la femme de son nouveau patron, le naïf et ventripotent Nick Smith. Femme fatale bien trop jolie... Lire la critique de Le facteur sonne toujours deux fois

11 6
Avatar Yoshii
8
Yoshii ·
Code vénal

Par son esthétique, la récurrence des ses ressorts narratifs et la caractérisation archétypale de ses personnages, le film noir est particulièrement exposé à la caricature. On pourrait même dire qu’il en est l’incarnation, et que sa réussite tiendra dans sa capacité à jouer avec des motifs ultra formatés pour à la fois séduire l’amateur qui sait ce qu’il est venu chercher, et renouveler son... Lire l'avis à propos de Le facteur sonne toujours deux fois

10 3
Avatar Sergent Pepper
6
Sergent Pepper ·
Toutes les critiques du film Le facteur sonne toujours deux fois (16)
Bande-annonce Le facteur sonne toujours deux fois