Drame gore et flegmatique

Avis sur Le métro de la mort

Avatar Zogarok
Critique publiée par le

Derrière le titre barbaque se trouve un pseudo film d'horreur, un drame social et humain pathétique enrobé avec des tics de proto slasher et surtout de comédie douce-amère. [Le britannique] Raw Meat (Death Line pour les américains, Le Métro de la mort pour les français) est le premier long-métrage de Gary Sherman, qui enchaînera avec Dead & Buried puis Vice Squad, où il s'agira encore de passer des 'frontières' pour voir la démence et la perdition résolue : du premier au troisième s'opère une évolution de la fantaisie surnaturelle à la mesquinerie en action (Death & Buried étant peut-être le plus apprécié et le plus éloquent à cause de cette position de passeur et de 'trieur').

Dans ce premier opus, la pudeur ou du moins des scrupules froids se substituent à la compassion, ce qui donne l'impression d'un film démissionnant mais seulement arrivé au bout du chemin crucial, en autorisant la contemplation, même en ne ratant pas une miette. Sur le plan horrifique, il s'en tient à une collection d'abjections, avec une poignée de déferlements hors-champ par la suite résolus ou relativisés ; 'dédramatisés' serait inadéquat car le vrai drame est celui des monstres, qu'on ne sonde pas et ne 'vivra' jamais en dépit des coups-d'œils insistants mais prudents. La construction donne l'impression d'une désinvolture mitigée, encadrée : les personnages se fréquentent, les investigations ne récoltent rien de décisif ; en marge on investi quelquefois le métro où c'est folklo – et folklo 'autrement' (comme le son de Will Malone en ouverture). Ce n'est qu'à la toute fin que toutes ces latences doivent trouver leur accomplissement en accéléré. Ce temps de la descente en métro suite à l'enlèvement se décompose en deux axes : la poursuite de l'otage et le semi-zombie s'activant avec sa lampe-torche en crachant « Je veux vivre » ; les quelques révélations concernant ce peuple des tréfonds et son histoire. La générosité du film trouve sans cesse des limites qui peuvent aider à constituer une 'aura' de mystère, mais ne remplisse pas ce dernier, surtout que le script se coltine de sévères angles morts et se fonde sur des pirouettes faiblement justifiées ; c'est probablement qu'ici on redoute (et donc confronte) plus, à raison, les dégâts de la corruption que l'emprise des mystères.

C'est bien le mélange des registres et son originalité qui font la saveur du film, pas son intensité. En premier lieu, ce fond de comédie, persistant même face à des scènes de cauchemar, jusqu'à ce que le filtre froid et organique finisse par réduire toute tension (un peu comme les Guinea Pig y parviennent, à force d'extrémités charriées dans la banalité et la platitude du réel). Les vieux enfermés dans leur fonction et en train de se gâter sont le fil conducteur comique. Cette tendance culmine lorsque Calhoun le psychorigide se fait poivrot ou sort de sa zone de confort (son bureau, ses ruminations et les moments où il est habilité à travailler l'autre). D'ailleurs Donald Pleasance (aussi acteur de théâtre, apparu dans une centaine de films, passé à la postérité via Halloween) est avec les 'exploits' visuels le principal intérêt. Dans la peau de cet inspecteur Calhoun, il est de ces types si blasés qu'il en oublient presque leurs plaintes fondamentales, s'accrochant à leur humeur et à leurs habitudes, tout en jetant des petits commentaires injurieux ou sans pitié. Il ne cesse de menacer ou 'calmer' à un quelconque degré. En gardant malgré tout une attitude inquisitrice naturelle, il fait penser à un reflet de l'inspecteur des impôts du Dîner de cons : lui a troqué le masque de bon camarade et les enthousiasmes médiocres avec une espèce d'aigreur hautaine, tranquille, un dépit assumé et finalement agréable (que c'est bon d'être bougon).

Plaisant et contenant un fatras valant le détour, Raw Meat est loin d'être passionnant ou très remuant, mais a un bon potentiel de fascination. D'après son rythme et les terrains où il s'épanouit le plus et le mieux, c'est d'abord une enquête policière lorgnant sans s'agiter vers la comédie. Finalement le reste paraît anodin, surtout bon à faire le lien avec les gadgets parfois impressionnants. Ainsi la première visite de l'arrière-monde sous le métro, avec ses cadavres et ses miasmes bizarres balayés lentement dans un souterrain incertain, fait penser à un négatif 'placide' (et 'cru', raw effectivement) d'une dégringolade effroyable contenue dans La maison près du cimetière de Fulci. Du point de vue 'entertainment', le tort est de donner tout clés en mains, sans organiser de chasse aux trésors, en accordant peu d'importance à la gestion de l'attente et aux émotions. Le montage 'flegmatise' avec les vices et vertus inhérentes, multipliant les beaux plans songeurs face aux profondeurs. Toutefois le film arrive tôt par rapport aux outrages conséquents des 70s (il sort en 1972) et peut aussi s'apprécier comme chaînon manquant entre un cinéma feutré et pragmatique, dissipé par rapport à l'épouvante classique et 'hors-réel' mais conventionnel à-côté ; puis un autre à venir, embrassant sans réserve les libertés du bis et du 'cinéma de genre'. Par ailleurs il ne démérite pas par rapport à ses successeurs indirects, ceux qui invitent l'Horreur dans le métro (Creep -2005, End of the Line, Kontroll d'Antal) ou aux premiers films de Del Toro manifestement sous le charme (Mimic).

1000e critique film (sur 1032)

https://zogarok.wordpress.com

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 206 fois
1 apprécie

Zogarok a ajouté ce film à 5 listes Le métro de la mort

Autres actions de Zogarok Le métro de la mort