Avis sur

Les Gardiens de la galaxie Vol. 2 par Jethro Paris

Avatar Jethro Paris
Critique publiée par le

Le film "Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2" de James Gunn s'ouvre sur une séquence de crédit qui définit la franchise. Alors qu'une bataille en images de synthèse incroyablement coûteuse se déroule en arrière-plan, la caméra reste sur un adorable bébé Groot, qui danse sur la chanson "Mr. Blue Sky" d'ELO. Il s'agit d'une série plus axée sur la fantaisie, l'excitation et la famille que sur les "choses qui font boum", et c'est ce qui fait la différence dans le Marvel Cinematic Universe en ce moment. Et l'astucieux générique de début, dans lequel les autres personnages ont le culot d'interrompre le numéro de danse de Baby Groot alors qu'ils se battent pour leur vie, donne parfaitement le ton de ce qui va suivre : un blockbuster d'été tout à fait agréable. Il s'agit de l'une des rares orgies hollywoodiennes en images de synthèse qui ne se prend pas trop au sérieux, comme les films de super-héros qui pullulent actuellement, et qui se veut aussi purement divertissante que possible. À cette fin, une vague de discours sincères et de séquences apocalyptiques entrave le dernier acte et empêche le film d'atteindre la grandeur pure, mais vous vous serez suffisamment amusé à ce moment-là pour ne pas vous en soucier. Pour être franc, "Vol. 2" évite de nombreux défauts du premier film, et fait plusieurs choses nettement mieux. Il est amusant, intelligent et constituait un excellent coup d'envoi pour la saison estivale.

Conformément à la simplicité de son titre, "Vol. 2" reprend relativement peu de temps après la fin du premier film. Groot est encore un bébé, et les quatre autres membres des Gardiens sont en mission pour la race souveraine, dirigée par une femme en or nommée Ayesha (Elizabeth Debicki). Peter Quill alias Star-Lord (Chris Pratt), Gamora (Zoe Saldana), Drax (Dave Bautista), Rocket (interprété par Bradley Cooper) et Baby Groot doivent défendre un groupe de batteries de valeur contre un monstre appelé Abilisk. Ils le font en échange d'une prisonnière détenue par les Souverains, la sœur maléfique de Gamora, Nebula (Karen Gillan). La mission se déroule sans problème, mais Rocket vole les batteries en chemin, ce qui amène toute une race de personnes à s'en prendre aux Gardiens.

Pour se venger, Ayesha finit par engager quelqu'un qui connaît bien les Gardiens, Yondu (Michael Rooker), le Ravageur à la peau bleue qui a élevé Peter, mais il y a des dissensions parmi les Ravageurs. Pour des raisons qui deviendront claires plus tard, Yondu a été exilé de son propre peuple et son équipage commence à envisager une mutinerie, surtout lorsqu'il hésite à suivre Quill. Au même moment, Quill rencontre enfin son père, un Céleste nommé Ego, interprété par Kurt Russell. Par des moyens que je ne dévoilerai pas, Star-Lord est finalement déchiré entre sa famille biologique et sa famille de fortune avec les Gardiens.

Bien sûr, comme Dom Toretto lors d'une séance de confession, la famille revient sans cesse dans "Vol. 2". Elle est surtout présente dans l'arc entre Star-Lord et Ego, mais la dynamique de compétition entre Gamora et Nebula est explorée dans ce volume, et la relation de père adoptif entre Yondu et Peter joue également un rôle majeur. Et, bien sûr, comme dans tant de films de groupes de super-héros, ce sont les Gardiens eux-mêmes qui constituent la "famille" ultime. En tant que scénariste, Gunn bat le rappel un peu trop souvent, mais il traite la question de la famille au-delà de la biologie pure d'une manière qui donne à ces films une dimension émotionnelle qui fait défaut aux autres films de super-héros.

Le fait que la "famille" bénéficie d'un développement et d'un temps d'écran presque égaux dans cette aventure est d'une grande aide. Il aurait été facile de pousser Pratt sur le devant de la scène et de faire reposer l'action du film sur ses épaules, mais chaque membre des Gardiens est plus développé cette fois que dans le premier film, qui était alourdi par des arcs d'origine/introduction. La sous-estimée Saldana fait de Gamora le membre le plus pratique du groupe ; Bautista fait rire autant que n'importe quel autre personnage du MCU en jouant le grand type sans filtre social ; Cooper fait un excellent travail vocal en découvrant comment Rocket déguise son insécurité en auto-sabotage ; même Gillan et Rooker prennent des personnages qui auraient pu être simplement secondaires et leur donnent une profondeur surprenante. C'est sans aucun doute le meilleur ensemble du MCU.

Ce qui est peut-être le plus surprenant dans "Vol. 2", c'est que Gunn ne se repose pas du tout sur son succès en termes de production. Cette franchise est trop importante pour échouer à bien des égards, et le film aurait pu facilement être bâclé. Et pourtant, Gunn et son équipe réalisent certains des visuels les plus saisissants de tout le MCU. Le film est parsemé de fantastiques éléments de conception de la production, de la "salle de combat" des Souverains à l'ensemble de la planète d'Ego en passant par la fonctionnalité grunge du vaisseau des Ravageurs. Gunn et le directeur de la photographie Henry Braham ne prennent pas les visuels de leur suite à un milliard de dollars pour acquis, trouvant la beauté dans des plans que beaucoup d'autres cinéastes auraient jetés. Le "Vol. 2" est étonnamment beau.

Ce souci du détail s'applique aussi bien aux petites scènes qu'aux grandes séquences d'action, qui semblent également plus abouties que dans le premier film. Il y a une scène d'évasion incroyable, quelques batailles spatiales intéressantes et, bien que la finale soit indéniablement surpeuplée, Gunn fait un excellent travail en nous permettant de savoir où chacun se trouve dans le combat et ce qu'il fait. Plus particulièrement, la bataille finale tire pleinement parti de chacun, l'action jouant sur le développement des personnages qui l'ont précédée. Certains éléments des scènes finales (que je ne veux pas spoiler) donnent l'impression de tomber dans le piège où tout film de super-héros doit se terminer par l'apocalypse, mais les actions individuelles au sein de ces grands moments résonnent plus que la plupart des films de ce type.

"Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 utilise la musique de la même manière que le premier film, souvent en scène, comme un produit des mix-tapes de Star-Lord. Il est donc tentant de comparer ce film au deuxième album d'un artiste après un premier succès bien-aimé. Bien sûr, les chansons sont familières. Vous avez déjà entendu les rythmes de base. Mais il ne s'agit pas d'une rechute. C'est un film qui ne se répète pas et qui ne se repose pas sur son personnage principal. Et surtout, ce n'est pas un simple pont vers la prochaine aventure, même s'il prépare un troisième volume de manière passionnante. Comme la plupart des critiques de cinéma, je souffre un peu de l'épuisement des super-héros. C'est inévitable à ce stade du spectre de la culture pop. Personne n'est plus surpris que moi de voir à quel point "Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2" m'a réveillé.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 7 fois
Aucun vote pour le moment

Jethro Paris a ajouté ce film à 1 liste Les Gardiens de la galaxie Vol. 2

Autres actions de Jethro Paris Les Gardiens de la galaxie Vol. 2