Avis sur

Les Guichets du Louvre par Johannes Roger

Avatar Johannes Roger
Critique publiée par le

Premier film à traité de la rafle du vel d’hiv, « les guichets du Louvre » s’oppose en tout points à « La rafle ». Il prend pour personnages principaux un jeune couple auquel il est facile de s’identifier, un étudiant républicain entêté, idéaliste et courageux et une jeune juive, ouvrière résignée à son sort (la regrettée Christine Pascal). La mise en scène insiste sur l’aspect angoissant de la situation, la répétition du passage des bus vert et le quadrillage des rues par les forces de l’ordre, finis par créer un climat de traque anxiogène plutôt réussis, proche de l’univers de Kafka. L’histoire sentimentale prend tout de même le dessus au final. Le film vaut aussi pour le portrait assez manichéen qu’il fait du comportement des français à l’époque, partagé entre les justes, les antisémites et les profiteurs qui pillent les appartements fraîchement désertés, en cela il rejoint le film de Rose Bosch, sans doute est il difficile de nuancer son récit quant on évoque une époque où les sentiments et les opinions étaient aussi tranchés. Reste un film sobre et sensible, réalisé avec tact et talent. A (re)découvrir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1796 fois
3 apprécient

Autres actions de Johannes Roger Les Guichets du Louvre