Pixar #06 Les Quatre Fantastiques (ft Jack-Jack)

Avis sur Les Indestructibles

Avatar KiraYagami
Critique publiée par le

Après cinq succès de rang, dont Le Monde de Nemo qui a établi un nouveau record au box-office en devenant alors le film d'animation le plus lucratif de tous les temps, Pixar confie pour la première fois les clés d'un film à un réalisateur extérieur au studio, Brad Bird, jusqu'alors connu pour avoir réaliser un seul film, The Iron Giant, film d'animation en 2D qui malgré de bonnes critiques avait fait un flop au box-office, ainsi que deux épisodes des Simpson (notamment le génial Un clown à l'ombre de la saison 1, un des mes préférés au passage). Les Indestructibles fait partie des rares Pixar que je n'ai vu qu'une fois, à l'époque de sa sortie DVD qui plus est, forcément je n'avais presque aucun souvenir du film avant de le relancer, je me rappelais juste ne pas avoir été envoûté et qu'il fut à l'époque une déception pour moi. Après revisionnage je l'ai adoré, et je comprends pourquoi, Les Indestructibles est sans doute le Pixar le plus mature jusqu'à présent. L'histoire est celle d'une famille de super-héros forcée de cacher leur super pouvoirs car les super-héros coûtent trop cher à l'Etat en terme de procès et donc a fortiori de dommages et intérêts.

Techniquement Pixar est une nouvelle fois au-dessus du lot, s'il n'y a pas un grand défi à relever, il y en a de nombreux petits qui s'additionnent pour devenir un véritable casse-tête. Les animateurs ont ainsi du gérer pour la première fois des humains comme personnages principaux. Les cheveux présentent eux-aussi des problèmes dignes de ceux rencontrés quelques années plus tôt pour la fourrure de Sulli dans Monstres & Cie. La technique est surtout sollicitée lors des scènes d'action, qui sont à couper le souffle, Brad Bird est pour moi l'un des meilleurs réalisateurs actuellement, et que ce soit en animation ou en prise de vue réelle il filme l'action mieux que personne. Je regretterai cependant une certaine froideur ressentie dans la ville, quasi déserte de monde, mais remplie d'immeubles.

Les personnages sont quant à eux la grosse réussite du film, puisque ce dernier prend son temps avec eux, d'abord pour nous les présenter, puis pour les faire évoluer lentement tout du long. Déjà la famille est très librement inspirée des Quatre Fantastiques, par le nom original d'une part (Incredibles), mais aussi par leurs différents pouvoirs, l’élasticité et l’invisibilité étant commun aux deux. Il y a d'abord le père, M. Indestructible, qui comme son nom ne l'indique pas vraiment dispose d'une force surhumaine. Il est clairement le plus touché par son retrait de la vie héroïque, boulot minable, routine inconfortable, injustices environnantes, c'est cela qui va le plus à affiler de nouveau un costume devenu beaucoup trop étroit pour son embonpoint. Héros préférant agir en solo, c'est ce trait de caractère qui va lui causer des soucis tout au long du film, c'est lui qui crée involontairement le méchant en le rejetant, c'est lui qui va se mettre en danger ainsi que sa famille par relation de cause à effet. Sa femme Elastigirl a l'air d'accepter plus facilement cette retraite super-héroïque, bien que ce ne soit qu'une façade, elle est désormais femme au foyer et a mis au monde trois enfants (ce qui doit être un peu moi douloureux vu qu'elle est élastique, non?). Parmi les enfants il y a d'abord Violette, jeune fille très timide et dont le pouvoir principal est de pouvoir se rendre invisible, Fleche qui peut courir très vite, et Jack-Jack, dont les pouvoirs sont dévoilés à la fin. Comme je l'ai dit plus haut on observe une évolution impressionnante de ces personnages tout au long du film, lorsqu'ils n'ont pas à cacher leurs pouvoirs, parallèlement cela leur permet de s'affirmer en tant qu'êtres humains.

Une fois n'est pas coutume chez Pixar, les personnages secondaires sont tout bonnement excellents et volent la vedette aux principaux, mon personnage préféré du film est Frozone, pour le résumer c'est Samuel L. Jackson (qui assure le doublage en VO) qui crache de la glace. Je regrette qu'il soit sous-utilisé dans le film, même si cela rend ses apparitions encore plus délicieuses, notamment lorsqu'il cherche son super costume. La styliste Edna Mode est elle aussi hilarante, multipliant les références, notamment au fait que les capes sont une mauvaise idée pour les super-héros et refuse catégoriquement d'en intégrer une au costume de M. Indestructible. Quant au méchant, Syndrome, il s'agit de mon méchant préféré de chez Pixar jusqu'à présent, le genre de méchant qui a au départ de bonnes intentions, puis qui par un acte apparemment anodin du héros principal voit sa vie bouleversé et passe du mauvais côté, il dit des choses qui font sens, et il est au final compréhensible dans sa folie, pour moi c'est le meilleur type de méchant. D'un côté il fait sens, mais de l'autre il arrive à équilibrer la menace parfaitement avec son côté ridicule.

Tous ces personnages servent à la perfection un scénario plein de rebondissement et de références culturelle, ce film est à la fois une satire des films de super-héro, mais aussi l'adaptation plus ou moins parfaite des Quatre Fantastiques. Au niveau de la musique, on a ici la première composition marquante de Michael Giacchino, qui en plus de devenir le compositeur attitré de Brad Bird sur tous ses films suivants, mais aussi un collaborateur privilégié de chez Pixar, travaillant ensuite sur Ratatouille (de Brad Bird aussi, donc ça tombe bien), Là-Haut, Cars 2, ainsi qu'Inside Out, qui n'est toujours pas sorti, et qui je le rappelle est la raison pour laquelle je critique chacun des films Pixar en ce moment.

Au final, je dirais que les Indestructibles est plus un film de Brad Bird qu'il n'en est un de Pixar, c'est pour cela qu'il me sera difficile de le classer parmi mes films préférés du studio, bien que je l'adore. C'est un film beaucoup plus mature qu'il n'en a l'air a premier abord, ainsi qu'un des meilleurs films de super-héros jamais réalisé, on a rarement vu un aussi bon développement des personnages le long d'un film du genre et le fait que ce film n'ai jamais eu de suite m'a toujours énervé, car même à l'époque où je fus déçu par le film, je lui reconnaissais pleinement tout son potentiel, notamment avec cette fin de de salopard. Heureusement une suite a été annoncée, enfin, prévue pour les environs de 2018, et cerise sur le gâteau, Brad Bird sera sur le projet, donc j'ai vraiment hâte de voir ce qu'il pourra apporter à une époque où les salles seront envahies de films de super-héros, surtout 14 ans après le premier film.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 248 fois
3 apprécient

KiraYagami a ajouté ce film d'animation à 6 listes Les Indestructibles

Autres actions de KiraYagami Les Indestructibles