Bande-annonce
Affiche Les Lumières de la ville

Les Lumières de la ville

(1931)

City Lights

12345678910
Quand ?
8.2
  1. 14
  2. 9
  3. 18
  4. 49
  5. 149
  6. 533
  7. 2164
  8. 3920
  9. 2566
  10. 1511
  • 11K
  • 868
  • 4.4K

Voir Les Lumières de la ville sur salto

Un vagabond s’éprend d’une belle et jeune vendeuse de fleurs aveugle qui vit avec sa mère, couverte de dettes. Suite à un quiproquo, la fleuriste s’imagine le misérable, qui vient de lui acheter une fleur, en milliardaire...

Casting : acteurs principauxLes Lumières de la ville
Casting complet du film Les Lumières de la ville
Match des critiques
les meilleurs avis
Les Lumières de la ville
VS
Big City Lights

Il est facile de réduire ce City Lights à sa bouleversante scène finale. Elle le vaut bien cependant tant elle se fait la synthèse de ce que le cinéma muet a de meilleur. L’absence de parole est alors un atout. Car elle sublime le jeu des acteurs. Car elle laisse le champ libre à la musique en tant que vecteur sentimental. Le silence a rarement été aussi beau et riche. Chaplin, maître en sa demeure, démontre avec une facilité déconcertante que cinq petites minutes suffisent à balayer dans les...

65 13
Avatar Kroakkroqgar
5
Kroakkroqgar
Critique de Les Lumières de la ville par Kroakkroqgar

Il est indéniable que le son et la musique jouent des rôles importants dans les comédies modernes. Du coup, les premiers travaux de Charlie Chaplin sont assez déstabilisants pour un spectateur habitué aux productions actuelles. Evidemment, certaines situations sont amusantes, certaines mimiques font sourire, mais ça s’arrête là : l’acteur-réalisateur a beau se démener comme un diable, on ne rit jamais vraiment. En soi, ce n’est pas forcément dérangeant, mais certains comiques de... Lire l'avis à propos de Les Lumières de la ville

4 4
Critiques : avis d'internautes (77)
Les Lumières de la ville
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Cécité of lights

En 1931, Chaplin a bien conscience de ce qu’il représente pour le cinéma, et la séquence d’ouverture des Lumières de la Ville en atteste : il est un monument. Il est donc logique qu’il rivalise avec ceux que la ville érige à ses morts pour la patrie, en y insufflant la vie et l’inventivité dans un numéro ébouriffant où chaque élément de l’ensemble minéral est asservi à son comique. Le... Lire l'avis à propos de Les Lumières de la ville

97 2
Avatar Sergent_Pepper
9
Sergent_Pepper ·
Il y a un avant et un après City Lights…

Dire « ce film a changé ma vie », ça peut sembler banal, un brin exagéré…Mais dans mon cas, le premier visionnage de City Lights fut la cause première d’une véritable révolution. Celle-ci eu lieu il y a environ un an… Avant la découverte de City Lights et de Charlie Chaplin, Je ne connaissais rien ou pas grand-chose au cinéma muet, mes goûts cinématographiques étaient assez limités,... Lire la critique de Les Lumières de la ville

34 9
Avatar Miss Moustache
10
Miss Moustache ·
Raging Bum

La fin des Lumières de la Ville est certainement la plus belle de la carrière de Chaplin, cruellement ironique, et loin des habituels Happy Endings (quoique le cinéaste n'en ait jamais abusé). Mais l'heure et quart qui la précède déçoit un peu. Ses gags parfois très faciles (devant la vitrine de sculptures, cette trappe improbable qui s'ouvre derrière Charlot, et le grand... Lire la critique de Les Lumières de la ville

3
Avatar Bluesy Bastard
7
Bluesy Bastard ·
Découverte
L'amour rend aveugle

534 jours de tournage avec un record de 342 prises pour la scène où l'aveugle prend Charlot pour un homme riche, voilà ce que représente d'abord Les Lumières de la Ville, ce fut un très lourd chantier qui, heureusement, n'influa jamais négativement la réussite du film. En effet, dès le début le ton est donné et Chaplin, tout en préparant son adieu au muet, se révolte contre... Lire l'avis à propos de Les Lumières de la ville

21 3
Avatar Docteur_Jivago
9
Docteur_Jivago ·
Critique de Les Lumières de la ville par Pierre-er

Dans la vie il y a deux types de film Il y a tous d'abord les films et Les putain de bon dieu de sa mère de FILM City lights fais parti de la 2e catégorie .. Pourquoi ? Car Chaplin est un génie ! ce petit vagabond d'un mètre soixante cinq arrive a mettre dans une bobine de quatre vingt sept minutes de quoi faire rire les enfants et faire pleurer les parents ! En signant l'adieu du "Tramp"... Lire la critique de Les Lumières de la ville

20 2
Avatar Pierre-er
10
Pierre-er ·
Toutes les critiques du film Les Lumières de la ville (77)
Bande-annonce Les Lumières de la ville