👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Il y a trois plongées dans Les Seigneurs de la mer. La première plongée est contemplative, elle immerge le spectateur dans des paysages marins et océaniques magnifiques où les requins cohabitent avec les autres espèces et se nourrissent, conformément à leur place haute dans la chaîne alimentaire qui fait d’eux les dieux de ce monde aquatique. La deuxième plongée est militante, elle confronte le spectateur à une réalité assez peu médiatisée, à grand renfort de témoignages et de séquences prises sur le vif ; une plongée en horreur, dans la barbarie humaine, loin des clichés attenants à la représentation traditionnelle des requins comme monstres sanguinaires. La troisième plongée est autocentrée, elle relate l’amour qu’éprouve, depuis tout petit, le réalisateur Rob Stewart pour les requins ; une plongée qui s’apparente à un culte de la personnalité avec moult ralentis, plans excessivement esthétisées et mises en scène ridicules. On ne saurait reprocher à un documentaire engagé d’être démonstratif ; toutefois, lorsque la démonstration prend l’allure d’un règlement de comptes à coups de corail, problème. Le réalisateur confond prise de conscience et prise d’otage, nous spectateurs sommes ses captifs, et les nombres panneaux de textes sur écran noir agressent l’œil, témoignant d’un manque de confiance dans les images et les séquences rapportées. Le paradoxe qui sous-tend l’entièreté du long métrage réside dans sa volonté de faire choir de son statut de surhomme tout en brossant le portrait d’un dieu-protecteur, le réalisateur lui-même.

Les Seigneurs de la mer reste néanmoins un réquisitoire sans concession sur la folie humaine, cette folie qui pousse l’homme à se mesurer aux dieux à ailerons sans comprendre que sa lutte ridicule a des conséquences sur la survie de la biodiversité ainsi que sur la survie de notre espèce. « On se prend pour des dieux, alors qu’on n’est qu’une bande de primates déchaînés ». Un documentaire imparfait mais important.

il y a 2 ans

3 j'aime

Les Seigneurs de la mer
minimum
9

Les requins ou notre déclin...

Un très bon documentaire du grand Rob Stewart, qui a donné toute sa jeune vie pour faire comprendre au monde l'importance des requins dans nos océans. Toute notre survie en dépend, entre autres...

Lire la critique

il y a 5 ans

4 j'aime

Les Seigneurs de la mer
Antoine3
9

Une soupe qui est censée requinquer

L'être humain a peur de l'eau, peur de cette vaste étendue bleue dans laquelle il n'est pas le maître. Alors si dans cet espace qui lui est inconnu se trouve un prédateur aux dents acérées qui, tout...

Lire la critique

il y a 7 ans

3 j'aime

Les Seigneurs de la mer
Fêtons_le_cinéma
7

Le monstre en cache souvent un autre

Il y a trois plongées dans Les Seigneurs de la mer. La première plongée est contemplative, elle immerge le spectateur dans des paysages marins et océaniques magnifiques où les requins cohabitent avec...

Lire la critique

il y a 2 ans

3 j'aime

Sex Education
Fêtons_le_cinéma
3

L'Ecole Netflix

Il est une scène dans le sixième épisode où Maeve retrouve le pull de son ami Otis et le respire tendrement ; nous, spectateurs, savons qu’il s’agit du pull d’Otis prêté quelques minutes plus tôt ;...

Lire la critique

il y a 3 ans

74 j'aime

15

Ça - Chapitre 2
Fêtons_le_cinéma
5

Résoudre la peur (ô malheur !)

Ça : Chapitre 2 se heurte à trois écueils qui l’empêchent d’atteindre la puissance traumatique espérée. Le premier dommage réside dans le refus de voir ses protagonistes principaux grandir, au point...

Lire la critique

il y a 2 ans

73 j'aime

14

La Fille au bracelet
Fêtons_le_cinéma
9

En présence d’un doute

On ne sait pas, on ne saura jamais. On traque les signes, on tente de décrypter les traits du visage de Lise. Si, je la sais coupable. Ah non, en fait je n’y crois pas. Pourquoi ne répond-elle pas ...

Lire la critique

il y a 2 ans

51 j'aime

4