👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Un écrivain raté se fait larguer par sa copine et rencontre le même jour un ex beau-frère qui lui propose un médicament expérimental, qui lui permet de décupler ses facultés intellectuelles. Même si ça n'est pas sans risques, il tente le coup, et sa vie en devient changée, pour le meilleur et le pire.

Deux choses viennent rapidement à l'esprit en voyant ce film ; d'une part, on sent fortement l'inspiration littéraire de par les très nombreuses voix off du personnage de Bradley Cooper qui relate les effets du médicament qui lui font, en gros, sortir les doigts, et devenir un autre. Et d'autre part, c'est une réalisation faisant penser à du Tony Scott avec cette image constamment trafiquée, ces filtres, et ces accélérés sur les scènes de rue, mais sans le talent véritable de son ainé.

Mais malgré ça, c'est un film qui se regarde sans honte, et même avec un certain plaisir, car le personnage n'est pas si moral que ça. Au lieu de profiter de son surplus d'intelligence pour sauver des vies, ou trouver des remèdes aux maladies, il va devenir trader, et une sorte de gourou pour un magnat de la finance joué par Robert De Niro, qui fait le minimum syndical.
Bradley Cooper, qui est ce fameux écrivain, est plutôt bon, car il passe vraiment par tous les états, d'un homme sûr de lui quand il a son médicament jusqu'à être une loque quand il est en manque, car bien entendu, on peut faire un parallèle avec la drogue. Quant à Abbie Cornish, jouant sa compagne, la pauvre est également en retrait, à part une seule scène où elle se sert une fois du médicament pour fuir un malotru qui la poursuit. Car cette drogue, au sens métaphorique du terme, est convoitée par pas mal de monde.

Limitless n'est pas parfait, avec une fin un peu abrupte, mais dans le genre où on utilise 100 % de son cerveau, c'est déjà mieux que Lucy, qui reposait sur le même thème. D'ailleurs, le succès sera tel qu'il y aura une série télé en 2015, où Bradley Cooper reprend son personnage le temps de quelques épisodes.

Boubakar
6
Écrit par

il y a 2 ans

4 j'aime

Limitless
Dardefion
4
Limitless

Eloge du toc

L'usage d'un mythe urbain riche de potentialités se transforme entre les mains de Neil burger en un divertissement tape-à-l'œil, facile et creux. Ecrivain sans le sou, tirant sa flemme de gamineries...

Lire la critique

il y a 11 ans

37 j'aime

3

Limitless
drélium
6
Limitless

Wall Street sous coke

C'est pas fin, clipesque déjà périmé (les zooms fractals mouhou), bourré de raccourcis en mousse avec voix off omniprésente, frimeur, plein de cratères allègrement enjambés, De Niro aurait pu jouer...

Lire la critique

il y a 10 ans

33 j'aime

3

Limitless
guyness
4
Limitless

NRV

Je ne suis pas coutumier de ce genre de critique, mais le film ne mérite pas vraiment beaucoup plus. C'est l'histoire d'une pilule (NZT) qui développe énormément les facultés du...

Lire la critique

il y a 10 ans

30 j'aime

1

Total recall
Boubakar
7
Total recall

Arnold Strong.

Longtemps attendues, les mémoires de Arnold Schwarzenegger laissent au bout du compte un sentiment mitigé. Sa vie nous est narrée, de son enfance dans un village modeste en Autriche, en passant par...

Lire la critique

il y a 9 ans

43 j'aime

3

Dragon Ball Z : Battle of Gods
Boubakar
3

God save Goku.

Ce nouveau film est situé après la victoire contre Majin Buu, et peu avant la naissance de Pan (la précision a son importance), et met en scène le dieu de la destruction, Bils (proche de bière, en...

Lire la critique

il y a 8 ans

42 j'aime

11

De rouille et d'os
Boubakar
9

La rencontre entre la destruction et la reconstruction.

Comme souvent, je vais voir un film en en sachant le moins possible (d'ailleurs, je n'ai pas vu la bande-annonce), tout au plus, je savais qu'il était question d'amputation, et c'est tout. Et ce que...

Lire la critique

il y a 10 ans

37 j'aime

1