👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

L'usage d'un mythe urbain riche de potentialités se transforme entre les mains de Neil burger en un divertissement tape-à-l'œil, facile et creux.

Ecrivain sans le sou, tirant sa flemme de gamineries en bitures au rythme d'une procrastination bien établie, Eddie Morra (Bradley Cooper) voit sa vie se déliter à mesure que passent les heures et les pages blanches. Jusqu'au jour où son chemin croise celui de son ancien beau-frère, petit dealer sans avenir devenu, par le biais d'une bienveillante providence, un riche consultant de l'industrie pharmaceutique. Les vieilles habitudes ayant la peau dure, de leur entrevue Morra hérite d'une nouvelle drogue dont les propriétés confèrent à son usager une utilisation optimum de ses capacités intellectuelles. Ainsi boosté, l'écrivaillon voit s'ouvrir devant lui des possibilités jusqu'ici hors de portée, et pour ainsi dire, sans limites.

Auteur, pour son premier film, d'un sympathique – mais déjà pompeux – Illusioniste, Neil Burger creuse avec Limitless un peu plus le sillon tracé avant lui par des cinéastes issus du monde de la pub ou du clip - Fincher en tête - aficionados de l'image choc et de la déstructuration filmique. Ponctuant son film de punchs graphiques à la pertinence douteuse, Burger déroule une histoire banale et sans surprise, où jamais le script ne prend le contre-pied de la facilité. Cooper – nouvelle coqueluche de l'Hollywood branchouille depuis le carton Very Bad Trip – fait ce qu'il peut – c'est à dire pas grand chose – pour donner consistance à un personnage en manque total d'imagination. De l'utilité de l'omnipotence quand on n'en a pas l'intérêt... Quant au sieur De Niro, tête de gondole en roue libre, ses interventions pèsent autant sur l'oeuvre que ladite oeuvre sur sa carrière : aucunement.

Pêle-mêle se croisent ainsi des thématiques à peine effleurées – addiction aux stupéfiants, conséquences de l'ambition, questionnements identitaires – comme autant de promesses non tenues pavant la route d'un divertissement qui semble-t-il, pour des réalisateurs comme Burger, ne doit s'encombrer des atours de la réflexion que pour se donner bonne conscience. La démarche accouche d'une œuvre hétérogène louvoyant maladroitement, et sans jamais se décider, du pulp décomplexé au B réflexif, laissant le spectateur dubitatif, perdu entre deux des trop nombreuses ellipses du scénario.

En meublant son œuvre de starters réflexifs au potentiel rapidement rendu caduc et en l'embellissant de trouvailles graphiques rentabilisées à l'excès, Neil Burger éveille avec Limitless l'envie de spectateurs qui jamais ne se verront comblés. 105 minutes d'un inoffensif touche-pipi, qui devrait néanmoins satisfaire les cinéphiles au seuil de l'adolescence.
Dardefion
4
Écrit par

il y a 11 ans

37 j'aime

3 commentaires

Limitless
Dardefion
4
Limitless

Eloge du toc

L'usage d'un mythe urbain riche de potentialités se transforme entre les mains de Neil burger en un divertissement tape-à-l'œil, facile et creux. Ecrivain sans le sou, tirant sa flemme de gamineries...

Lire la critique

il y a 11 ans

37 j'aime

3

Limitless
drélium
6
Limitless

Wall Street sous coke

C'est pas fin, clipesque déjà périmé (les zooms fractals mouhou), bourré de raccourcis en mousse avec voix off omniprésente, frimeur, plein de cratères allègrement enjambés, De Niro aurait pu jouer...

Lire la critique

il y a 10 ans

33 j'aime

3

Limitless
guyness
4
Limitless

NRV

Je ne suis pas coutumier de ce genre de critique, mais le film ne mérite pas vraiment beaucoup plus. C'est l'histoire d'une pilule (NZT) qui développe énormément les facultés du...

Lire la critique

il y a 10 ans

30 j'aime

1

Black Swan
Dardefion
9
Black Swan

[Black Swan] Troublante altérité

Plongée traumatisante dans la paranoïa d'une danseuse étoile soumise à la pression morbide de son entourage. Délesté des artefacts qui empesaient son art, Aronofsky signe son œuvre la plus fragile et...

Lire la critique

il y a 11 ans

3 j'aime

X-Men : Le Commencement
Dardefion
7

Sweet sixties

Un voile trouble de la mythologie X-Men se lève avec la sortie en salle de Commencement. Que les férus d'action se montrent indulgents, il est ici question d'hommes avant tout. Source de...

Lire la critique

il y a 11 ans

2 j'aime

Alan Wake
Dardefion
6
Alan Wake

[Alan Wake] Peine de carcan

Remedy s'émancipe des frontières créatives et tente de transposer le mythe couru de la mise en abîme écrivailleuse au monde du jeu. Hélas le média, pourtant jeune, pâtit déjà de conventions...

Lire la critique

il y a 11 ans

2 j'aime