Les films de Rohmer, on en entend souvent plus parler qu'on les regarde.


Ca a été largement mon cas, avec à mon actif Un conte d'été et un premier visionnage de Ma nuit chez Maud, que j'avais brutalement relégués dans la catégorie masturbation intellectuelle. Mais justement, Ma nuit chez Maud, c'est probablement la clé du cinéma de Rohmer : exprimer par des dialogues, volontairement scandés et dignes de débats de France Culture à 6h du matin, la contradiction entre les principes moraux et leur traduction.


Ces dialogues léchés, ampoulés, voire pédants, s'avèrent un tribunal cruel pour les intentions de leurs auteurs. On voit ainsi une Françoise Fabian magnifiée par le noir et blanc, et un Jean-Louis Trintignant impeccable se heurter de plein fouet à ses contradictions et à son identité de catholique fervent. A travers une intrigue implacable, son image d'homme rigoureux et sincère laisse la place à un sentiment profond d'hypocrisie et de regret. En fin de compte, une récompense pour le spectateur attentif.

remicito
8
Écrit par

Le 1 mars 2016

2 j'aime

1 commentaire

Ma nuit chez Maud
JZD
8

Critique de Ma nuit chez Maud par J. Z. D.

Oh, Maud, ces caresses égarées entre les fourrures de ses draps, ses joues tendues, les coins de ses lèvres posés contre des baisers d’au revoir. Maud, précieuse, aux jolies jambes, princesse...

il y a 10 ans

39 j'aime

3

Ma nuit chez Maud
goldie
5

Critique de Ma nuit chez Maud par goldie

Au même titre que boire son propre sang suite à un coup dans les dents, ou bien concourir au plus gros mangeur de quenelles en moins d'une minute, Ma nuit chez Maud fait partie de ces activités...

il y a 12 ans

31 j'aime

9

Ma nuit chez Maud
EricDebarnot
8

Clermont-Ferrand cinquante ans plus tard...

S'est posée à moi la question de la modernité de "Ma Nuit Chez Maud", cinquante ans après que Rohmer ait filmé Trintignant faisant des maths le soir après sa journée de travail chez Michelin à...

il y a 6 ans

30 j'aime

7

L'Homme irrationnel
remicito
4

Whatever does not work

Aller voir un Woody Allen, c'est un peu comme acheter un Nothomb à la rentrée littéraire. On se dit que même si le scénario est mal ficelé et tient sur un ticket de métro, ce sera forcément...

il y a 7 ans

8 j'aime

1

Mommy
remicito
9
Mommy

Steve Anyways

Mon deuxième Dolan après Lawrence Anyways, pour lequel j'avais déjà été enthousiasmé par la finesse des images et par la justesse du jeu d'acteurs. Avec Mommy, le réalisateur québécois signe un...

il y a 8 ans

8 j'aime

2

Vingt Mille Lieues sous les mers
remicito
6

Livre insubmersible

Cet ouvrage de Jules Verne me paraît incritiquable au XXIème siècle, car il constitue tout en même temps un récit haletant, une tentative encyclopédique hasardeuse et un manifeste pour une vision...

il y a 4 ans

6 j'aime