Au même titre que boire son propre sang suite à un coup dans les dents, ou bien concourir au plus gros mangeur de quenelles en moins d'une minute, Ma nuit chez Maud fait partie de ces activités réjouissantes mais à la limite du dégueulasse.
Les activités réjouissantes, mais à la limite du dégueulasse procurent des sensations variables, dont une forme de plaisir animal, une certaine fascination, un peu de hargne et pas mal de hauts-le-coeur vers la fin.

A l'évidence, les quarante-cinq premières minutes du film ne présageaient pas d'un si bon sort, puisque leur vanité n'avait d'égale que leur suffisance. J'attribuai d'abord ce dédain à mon mauvais goût réputé, ou bien à une légère sous-estimation de mes capacités intellectuelles, mais non : on me méprise bien en toute affection (en prime via une horripilante voix off). C'est bien noté.

A deux doigts d'une chute sans fin dans le gouffre de l'ennui, le film épouse pourtant un tournant inattendu, dès la nuit tombée. C'est là qu'il s'extraie du rien, et prend une saveur hypnotique largement nourrie par la grâce des deux acteurs. L'incroyable beauté des plans, le charme en suspension des dialogues font de cette phase centrale un moment envoûtant.

Mais voilà, il fallait que la morale nécessaire exhibe une jeune créature infâme aux yeux de bichon. Censée incarner la désillusion, elle m'a surtout violemment agacée, en plus de me laisser franchement incrédule (= fameuse sensation d'indigestion). Amis de la javel et du beurre doux (à moins de le consommer tout cru), s'abstenir.

PS : L'intellectualisme comme prétexte d'adoration à tout bout de phrase, bof-bof.
goldie
5
Écrit par

Le 27 décembre 2010

31 j'aime

9 commentaires

Ma nuit chez Maud
JZD
8

Critique de Ma nuit chez Maud par J. Z. D.

Oh, Maud, ces caresses égarées entre les fourrures de ses draps, ses joues tendues, les coins de ses lèvres posés contre des baisers d’au revoir. Maud, précieuse, aux jolies jambes, princesse...

il y a 10 ans

39 j'aime

3

Ma nuit chez Maud
goldie
5

Critique de Ma nuit chez Maud par goldie

Au même titre que boire son propre sang suite à un coup dans les dents, ou bien concourir au plus gros mangeur de quenelles en moins d'une minute, Ma nuit chez Maud fait partie de ces activités...

il y a 12 ans

31 j'aime

9

Ma nuit chez Maud
EricDebarnot
8

Clermont-Ferrand cinquante ans plus tard...

S'est posée à moi la question de la modernité de "Ma Nuit Chez Maud", cinquante ans après que Rohmer ait filmé Trintignant faisant des maths le soir après sa journée de travail chez Michelin à...

il y a 7 ans

30 j'aime

7

Parle avec elle
goldie
10

Critique de Parle avec elle par goldie

Fébriles et aveugles au milieu des chaises, les comédiens de Café Müller pressent aux larmes. Fébrile et ambrée dans la poussière de l'arène, Lydia attend son dernier adversaire. Fébrile et ému...

il y a 12 ans

48 j'aime

1

Restless
goldie
9
Restless

Critique de Restless par goldie

Rieur, piquant et douloureux, Restless sait faire preuve d'autodérision et d'une distance à son récit qui n'est pas aussi bancale qu'on le prétend. Ce recul intensifie l'effet de surprise des...

il y a 11 ans

39 j'aime

4

Ma nuit chez Maud
goldie
5

Critique de Ma nuit chez Maud par goldie

Au même titre que boire son propre sang suite à un coup dans les dents, ou bien concourir au plus gros mangeur de quenelles en moins d'une minute, Ma nuit chez Maud fait partie de ces activités...

il y a 12 ans

31 j'aime

9