Un monde Australien encore plus dévasté qu’auparavant !

Avis sur Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre

Avatar LeTigre
Critique publiée par le

Troisième opus de la série apocalyptique commencée par George Miller en 1979, tel qu’il était attendu après deux premiers films novateurs et visuellement ahurissants. Comme si cela ne suffisait pas, le cinéaste George Miller place le contexte du troisième long-métrage de sa célèbre série cinématographique trois ans plus tard les événements du second film, avec un contexte effroyable et des conséquences irréversibles dues à une guerre nucléaire. Les décors sont plus ravageurs, la sauvagerie des hommes est au summum, le désespoir règne plus que jamais et Max Rockatansky est devenu un guerrier plus sombre et plus solitaire que celui des deux premiers opus, dépourvu de tout ce qui est synonyme de bonheur et de joie de vivre. Le metteur en scène frappe fort, il ose, sans la moindre limite, à dessiner un des mondes les plus impitoyables qu’on a jamais vu dans le monde du cinéma, tout est de notion de barbarie, d’atrocité et de cruauté.

C’est sûr que ça fait un choc pour le public, c’est comme si on vient de se prendre une décharge électrique en découvrant le monde qui est représenté sur le grand écran, un monde qui n'a rien à avoir avec celui qu'on a toujours connu depuis le premier film. Il est clair que le metteur en scène ne manque pas d’idées pour ce qui d'agrémenter sa trilogie d'éléments fâcheux et inquiétants. Il commence son film par une séquence d’un Max capturé par une tribu de dégénérés irrécupérables. Rien qu'avec cette vision troublante, on sent que la terreur est omniprésente, que l'humanité a perdu la foi et que le désespoir régné plus que jamais, c'est un début assez prometteur pour suffisamment attiser notre curiosité. Le scénario est quasi le même que celui du second, Max doit combattre un mal envahissant en s’alliant avec une tribu d’enfant-guerriers paumés dans la nature. Même sujet, même intrigue, tout est écrit pour reprendre les bases de la trilogie, à savoir une course-poursuite finale routière, aussi phénoménale et spectaculaire à voir que celle du précédent opus.

Pour ma part, je n’attendais à rien de plus de ce que j’ai vu dans les deux premiers longs-métrages. Je suis juste un peu surpris que Max s’associe à des enfants pour combattre le mal. Je trouve que ça ne passe pas, que ça fait trop esprit familial, surtout avec la légende abracadabrante d’un pilote qui soit-disant éradiquerait le mal. J’ai l’impression que le réalisateur a perdu la logique scénaristique de sa trilogie quand je vois ce genre de sujet qui ne colle pas avec ceux des autres films, ça fait tellement bizarre que j’ai cru que je me suis trompé de film. Peu importe, ce genre d’incohérence est assez minime. Cela nous empêche pas de mater cette production qui tient bien ses promesses, bien remplie en combats farouches et en bagnoles roulant à fond la caisse sur un environnement désertique et sous un soleil de plomb. Comme dans les autres productions, le casting est bien dirigé avec un excellent Mel Gibson campant le policier guerrier vêtu de cuir et à l’allure d’un vagabond tel qu’on le connaît depuis le début et une Tina Turner pas trop mal dans le rôle d’un leader d’une tribu de guerriers intrépides. C'est donc une belle conclusion pour une trilogie phénoménale. 7/10

  • Qui es-tu ?
  • Personne !
  • Monsieur ! J’en suis certain ! Les dés sont jetés !
Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 452 fois
19 apprécient · 1 n'apprécie pas

LeTigre a ajouté ce film à 9 listes Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre

Autres actions de LeTigre Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre