👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Bonne bande-annonce, espoir de retrouver le bon Luc Besson, casting cool.... C'est comme quand tu prends un Naan au fromage dans un restaurant indien réputé et qu'au final à l'intérieur, ce n'est que de la vulgaire Vache qui Rit. Déception, désintérêt, résignation.

Malavita part sur de bons rails vers une comédie de mafia assez originale pour au final retomber dans un bête film d'action tout formaté. On y suit la famille Manzoni dont le padre est un mafieux repenti et protégé par les services secrets. Donc nouvelle identité, nouvel endroit où crécher. Paf, cette fois-ci, c'est un obscure patelin de Normandie, Cholong-sur-Avre (pour éviter l'effet Bienvenue chez les Ch'ti, le village a été inventé) et la famille prend le nom de Blake.
Alors là, on se dit, "ho ho, va y avoir du grabuge nom d'une pipe en bois, ça va être tip top le choc des culture", et bien non. C'est simple, il suffit de dire une seule fois "non" aux membres de cette famille pour que ceux-ci entrent dans une rage folle. Des morts, des blessés, des explosions de petits commerces pour un triste beurre de cacahuètes, ou encore des humiliations publiques. Mais... mais... c'est tout ?! C'est tout ce que tu as trouvé Luc ?! Les mecs, ils sont juste violents mais de façon totalement gratos. Et puis, c'est hyper surréaliste. Le gamin des Blake parvient en 2h à se mettre tout le collège dans la poche et à maitriser toute la triste populace de campagnards français qui passent pour de gros ignares Outre-Atlantique.

Et donc, vu qu'on est pas trop idiots, on se dit "olalah, les mafieux vont le retrouver, ça va être un grand moment d'affrontement de gangster à l'ancienne, j'aimerais pas avoir mon popotin dans le coin". Et bien, non. Ils sont retrouvé, les méchants et les gentils tirent dans tous les sens. Les méchants meurent. Et c'est fini. Rentrez chez vous, bonne soirée. La famille Blake va bien. La moitié de la population du petit village a été décimée dans l'indifférence générale. 'Murica Style.

Les acteurs sont fades, on s'en fout.

A noter qu'on fait tout un foin sur les fameux écrits du père de Niro dans le film, qui raconte ses mémoires et donc raconte l'histoire de la mafia New-yorkaise. Oubliez cet élément, il ne sert à rien. Peut-être bien comme le film au final. Pas vilain à regarder, mais tellement vide et pas réaliste qu'on se demande bien si Luc Besson peut tomber encore plus bas que ça.

PS : vous vous demandez pourquoi ce film s'appelle "Malavita" ? c'est le nom du chien qu'on voit deux fois dans le film. Un clin d'oeil ridiculement mené à Indiana Jones. C'est nul.
marckpedro
2
Écrit par

il y a 8 ans

Malavita
Al_
3
Malavita

Badfellas

Ce film est un véritable tour de force : avoir un casting composé de Robert de Niro, Michelle Pfeiffer et Tommy Lee Jones et réussir à nous donner l’impression qu’on regarde un téléfilm de France 3...

Lire la critique

il y a 8 ans

43 j'aime

5

Malavita
Gand-Alf
3
Malavita

Le débarquement.

Sans détester son cinéma pour autant, je n'attend, comme c'est le cas pour beaucoup de monde, absolument rien du cinéma de Luc Besson depuis au moins "Le cinquième élément". Au point que "Malavita",...

Lire la critique

il y a 7 ans

30 j'aime

6

Malavita
Truman-
4
Malavita

La légende veut que Luc Besson écrive ses scénarios les yeux bandés

Quand Luc Besson ne produit pas des films a fric ou qu'il ne met pas en place un cinéma VIP il se met a son ancienne activité, réaliser lui même des films a fric . Malavita c'est le symbole même du...

Lire la critique

il y a 8 ans

24 j'aime

9

In the Loop
marckpedro
9
In the Loop

Téléphone arabe entre rosbif et big mac.

Aaaah les comédies anglaises, mon petit péché mignon. J'aime cet humour britannique très porté sur le bon mot qui fait mal. J'aime ces situations simples d'apparences mais qui tournent toujours au...

Lire la critique

il y a 9 ans

8 j'aime

Touche pas à mon poste !
marckpedro
1

La mort du 9ème art

Des milliers d'exemplaires vendus quand à côté, des artistes talentueux galèrent. Ou alors les auteurs de cette infâme œuvre avouent que les histoires ont été écrites par les élèves de CM1 de...

Lire la critique

il y a 4 ans

6 j'aime

Gravity
marckpedro
9
Gravity

Dans l'espace, personne ne vous entend crier.

Il est enfin arrivé ce Gravity d'Alfonso Cuaron (le mec qui m'a réconcilié avec Harry Potter le temps d'un film, qui m'a claqué la tronche avec le plan séquence des Fils de l'Homme, bref pas un...

Lire la critique

il y a 8 ans

5 j'aime